Union Africaine: Le 22e Sommet des chefs d’États et de Gouvernement s’ouvre à Addis

521 3

Le 22e sommet des chefs d’États et de gouvernements de l’Union africaine s’est ouvert ce jeudi 30 janvier, à Addis-Abeba. Un sommet consacré à l’agriculture et à la sécurité alimentaire mais qui se penche aussi sur les crises sur le contient.

Si l’agriculture et la sécurité alimentaire sont inscrites à l’ordre du jour principal du sommet de l’Union africaine des 30 et 31 juillet, à l’ouverture, les crises qui secouent certains pays du continent ont été largement évoquées. Faisant le bilan de sa présidence à l’Union, le premier ministre éthiopien, Haile Mariam Desalegn a marqué sa préoccupation face à la situation au Sud Soudan et en République centrafricaine.

Celui qui passe la main au président mauritanien à la présidence tournante de l’Union, a aussi salué les efforts de la CEDEAO dans les crises malienne et bissau-guinéenne. De même, comme un point positif de son mandat, le premier ministre éthiopien a rappelé qu’au cours de 2013, des pays ont connu un processus électoral paisible, ayant permis le retour à l’ordre constitutionnel ; des propos en référence au Mali et au Madagascar, dont les présidents ont été accueillis solennellement.

-

L’ombre de Mandela à jamais sur les sommets de l’UA

Le tout nouveau président malgache, Hery Rajaonarimampianina, s’exprimant à la tribune à la cérémonie d’ouverture, s’est dit très ému du “retour de Madagascar, pays fondateur, au sein de sa famille naturelle”.

Alors que de nouveaux présidents, comme Hery Rajaonarimampianina, le malgache et Ibrahim Boubacar Kéita sont accueillis pour leur premier sommet, l’absence de certains chefs d’États a été constatée. Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, président en exercice de la CEDEAO n’était pas l’ouverture de ce sommet. Blaise Compaoré, le président du Faso s’est fait représenté par son ministre des affaires étrangère Djibril Bassolé qui a conduit la délégation burkinabè.

Un grand absent qui a fait parlé de lui, c’est Nelson Mandela, en mémoire de qui une minute de silence a été observée à l’ouverture du sommet. Mieux, le délégué algérien, dès le début de la cérémonie, a proposé de baptiser la grande salle de conférence, où se tient le sommet, au nom de Nelson Mandela. Une initiative très applaudie.

Justin Yarga

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Blaise compaore ne manq pas d’intelligence. Il sai que par ces temps-ci tou deplacement peu lui couter son fauteuil par cou d’etat puisque ?a reste une Des options a l’alternance politiq.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *