Processus de décentralisation : des élèves s’en imprègnent

 

Les élèves ont suivi avec beaucoup d'attention cette conférence. Ph. B24
Les élèves ont suivi avec beaucoup d’attention cette conférence. Ph. B24

Une conférence sur le processus de décentralisation au Burkina Faso a été organisée par l’Association Jeunesse sans frontière Burkina (AJSFB) au profit des élèves du Collège privé Apostolique de Ouagadougou le samedi 25 janvier 2014.

Tel un cours ordinaire, ces élèves de 3e ont pu s’imprégner de ce processus dont la mise en œuvre a été entamée depuis 1991 dans notre pays. Seulement, il ne s’est pas agi d’un professeur mais plutôt de deux conférenciers, Abdoul Aziz Soulama et Chek Omar Compaoré  qui ont administré ‘’ce cours’’ à ces leaders de demain.

C’est l’occasion pour les acteurs que sont l’AJSFB, l’ONG LVIA de participer fortement à la formation des jeunes, grande majorité de la population, en vue de les préparer et les mettre sur le chemin de la gestion, de la gouvernance de demain.

Les concepts clés de la décentralisation, ses fondements ainsi que ses principes ont été enseignés aux futurs cadres dans la perspective d’une participation démocratique accrue.  Au même moment les questions du civisme ont aussi abordées.

A l’issue de ladite conférence, nous avons recueilli auprès des participants, ce qu’ils ont pu en retenir et ce qu’ils comptent véritablement entreprendre pour leur participation prochaine à la gestion de la cité.

Latifatou Sakandé
Latifatou Sakandé. Ph. B24

Latifatou Sakandé : «nous avons compris ce qu’est la décentralisation, les droits et les devoirs des citoyens. C’est ce qui est important, car il faut comprendre avant de savoir ce qu’on peut faire. Et pour ce faire il faut cultiver la citoyenneté».

Jacques Bama
Jacques Bama. Ph B24

Jacques Bama : «ce que j’ai retenu de la conférence, c’est j’ai su ce que c’est que la décentralisation ; à tout moment je suis en mesure d’expliquer ce qu’est la décentralisation. C’est la division d’un territoire, c’est un peu ça la décentralisation. Pour participer à la décentralisation, il faut être citoyen. Et, étant citoyen du Burkina Faso, je pense pouvoir mettre les mesures à ma disposition pour participer à la gestion de ma commune, de ma province ou de ma région, tout en exerçant mes droits et mes devoirs».

Mariétou Ouédraogo
Mariétou Ouédraogo. Ph. B24

Mariétou Ouédraogo : «à l’issue de la conférence, je peut définir la décentralisation à ma manière. La décentralisation c’est le processus de diviser un territoire pour mieux organiser la gestion. Il s’agit d’être en contact avec les populations, connaître et comprendre leurs problèmes et pouvoir les régler. Il faut être plus proche des populations et faire valoir ses droits et devoirs».

Adama Zoungrana
Adama Zoungrana. Ph. B24

Adama Zoungrana : «la décentralisation c’est la division de la population pour la gestion de leurs savoirs, de leurs ressources. C’est un système d’organisation, de division territoriale. Pour participer, je dois participer à des élections et aux sessions. Il me faut donc le savoir».

Boureima LANKOANDE pour Burkina 24

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page