Grève des travailleurs de la fonction publique: une assemblée générale explicative

195 9
Les agents de la Fonction publique sont sortis nombreux à la Bourse du Travail ce 4 février 2014 (Ph : B24)
Les agents de la Fonction publique sont sortis nombreux à la Bourse du Travail ce 4 février 2014 (Ph : B24)

Ce mardi 4 février 2014, les travailleurs de la fonction publique sont entrés en grève pour 48 heures. Et pour donner plus d’explications à leurs membres, l’Unité d’Action Syndicale (UAS) qui pilote cette grève a convoqué une assemblée générale à la Bourse du travail à Ouagadougou.

C’est dans l’enceinte de la bourse du travail pleine à craquer qu’a eu lieu l’assemblée générale de l’UAS. Elle avait pour objectif de donner des compléments d’informations sur la grève.

L’ordre du jour a donc porté sur l’historique de la revendication de la relecture de la grille indemnitaire, les principaux axes de la réforme engagée par le gouvernement, la présentation  de la situation actuelle des négociations, et les perspectives.

L’UAS proteste contre les reformes indemnitaires du gouvernement

« Nous ne percevons nulle part un quelconque esprit d’équité, et pire  la pertinence des critères et sous critères est souvent contestable», s’est plaint Mamadou Barro,  porte-parole de la coordination des syndicats, à propos de la reforme indemnitaire proposée par le gouvernement à l’issue des négociations.

Deux principes régissent cette réforme. Le premier réorganise près d’une trentaine d’indemnités en quatre groupes, dont les indemnités de responsabilité, d’astreinte, de technicité et de logement.

Le deuxième définit un cadre référentiel d’allocation des indemnités, selon lequel chaque emploi obtiendra une note qui permettra de déterminer le montant de l’indemnité. «  Nous considérons que les critères, les sous critères et les éléments d’appréciations  doivent être revus », a-t-il tranché.

Et pour les 33 syndicats signataires, cette réforme s’attaque aux acquis sociaux et démocratiques historiques. Ils soutiennent par ailleurs que la démarche du gouvernement n’a rien de participatif, l’avis des syndicats ayant été ignoré dans les différentes étapes.

Les trois préalables à la fin des revendications indemnitaires

Les syndicalistes ont cité trois préalables à la fin  des revendications indemnitaires. Il s’agit de la prise en compte de leurs amendements sur la typologie et le référentiel. Ensuite, le respect de la spécificité des secteurs d’activité et la possibilité pour chaque secteur d’activité de mener les luttes.

Et enfin,  que le gouvernement donne des précisions sur le schéma progressif pour améliorer et liquider les disparités.

En attendant d’avoir une suite favorable à leurs revendications, Mamadou Barro a demandé aux travailleurs de faire confiance aux organisations syndicales, tout en soulignant la nécessité d’un travail de renforcement par des formations.

Mouniratou LOUGUE (Stagiaire)

Pour Burkina 24 

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Il y a 9 commentaires

  1. Il est malheureux que la lutte men? par les syndicalistes ne soit pas comprise par ceux qui en profiterons le plus, c’est ? dire les jeunes, les ?tudiants. Si vous saviez le boulot abattu par les travailleurs. La lutte doit continuer car chaque acquis obtenus par les travailleurs profite d’abord au peuple.

  2. je reste vigilent ? deux niveau: 1)cot? gouvernement: on les tient.je ne vais m’atarder sur ?a.
    2)cot? syndicat (mon cot?): les petites categories restez tr?s tr?s vigilentes car nos kooro qui partent negocier ne regardent souvent que ce qui les arrange eux les grands.ils nous utilient de fois pour leur propre cause.je ne delir pas.pour exemple en 2010 nous avont le SYNTAS (action sociale) pour ce qui est de l’indemnit? d’acceuil et de permanence.ils (categorie A et B) ont encaiss? des milions pourtant tous les agents menaient l’activit? sur le terrain.les gents (les petites categories) ont gr?v? et leurs salaires ont ?t? coup?s et ils n’ont rien eu.c’est les autre qui en ont benefic?.
    en conclusion mes fr?res et soeurs ouvrez voz yeux surtout les bons car parmis les kooro qui negocient d’autres sont des boulangers.ils ne voient que ce qui les arrange.les petits peuvent mourrir c’est leur probl?me.donc j’ai peur de mon propre cot

  3. Qelles pertinences et quelles clairvoyances!Si on ne s’accorde pas sur un schema progressif de liquidation des disparit?s, dans l’entendement du gouvernement cette nouvelle grille indemnitaire a corrig? les disparit?s puisqu’il pense que ses crit?res et sous crit?res d’appr?ciation pour l’octroi des indemnit?s reposent sur des bases imp?rativement techniques et en aucun cas ne doivent plus se discuter. Ses crit?res pour qu’ils soient approfondi n?cessitent dans la d?marche de l’?tude et de leurs ?laborations la participation des syndicats.

  4. A vous lire l’on sent que vous n’appr?hendez rien ? la lutte, vous n’y comprenez rien. Camarades la lutte continue…LL

  5. Quand on est devenu pareuse il faut pas accuser le gouvernement mais soit. Tr?s chers parent il ne faut pas oublier que vos enfants vont prendre exemple sur vos mauvaise habitude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre