Le président nigérien à Ouagadougou pour parler d’intégration monétaire

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, est arrivé à Ouagadougou ce mercredi soir. Durant son court séjour, le président Issoufou, en charge du dossier de l’intégration monétaire au sein de la CEDEAO, discutera entre autre de ce sujet avec le président du Faso.

 Le Président nigérien à Ouagadougou ce mercredi 5 février 2014. © Burkina 24
Le Président nigérien à Ouagadougou ce mercredi 5 février 2014. © Burkina 24

Le président nigérien est en visite au Burkina Faso, accueilli à l’aéroport par le Président du Faso et une forte délégation d’officiels. Mahamadou Issoufou abordera avec son homologue la question de l’intégration monétaire. Avec le président Ghanaen, Mahamadou Issoufou a été désigné en octobre dernier par ses pairs de la CEDEAO pour accélérer le processus d’unification monétaire de la zone. « Je suis venu opportunément pour consulter mon aîné par rapport à cette question importante qui engage l’avenir de l’intégration au sein de notre zone » a expliqué le président nigérien à son arrivée à l’aéroport international de Ouagadougou.

Selon le président nigérien, l’objectif de l’intégration monétaire, souhaitée depuis longtemps par la CEDEAO, est de donner un coup de fouet au développement des échanges et au développement des transactions financières entre les pays. « Nous avons dans la zone huit monnaies qui ne sont pas convertibles, et cela est un frein aux échanges économiques et au développement des transactions financières entre les pays de la CEDEAO« , a rappelé le président Issoufou.

Les différentes échéances dans le processus vers une monnaie unique n’ont pas été respectées, notamment la création de la zone monétaire de l’Afrique de l’ouest (ZMAO) qui devait regrouper tous les pays autres que ceux de l’UEMOA, dans une même zone monétaire, afin de faciliter dans un  deuxième temps la fusion des deux monnaie restreintes. « Malheureusement on a pris du retard dans la mise en œuvre de cette zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest qui devait être lancée en 2003« , a indiqué Mahamadou Issoufou.

Désormais la CEDEAO, qui a confié le dossier de l’unification monétaire aux présidents nigériens et ghanéen, prévoit lancer la ZMAO en 2015 et la monnaie unique, fusion de la ZMAO avec le franc CFA, en 2020.

Justin Yarga

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Toujours le meme retard pour s'excuser nos dirigeants doivent prendre le taureau par les cornes et aller de l'avant pour tt engagement de lachose publique.ou n'ont-ils pas foi a leur peuple qui attend d'eux une reussite croissante dans la gestion de la chose publique .

  2. Vous avez pris du retard? Je me rappelle encore qu'? l'initiative m?me de cette affaire des dits ?conomistes fran?ais s'?taient invit?s sur les plateaux de nos t?l?visions pour nous raconter des bobards. Au pr?texte, que l'?conomie des 2 zones :francophone et anglophone n'?tait pas au m?me niveau – comme si l'?conomie des pays formant d?j? la zone UMOEA ?tait uniforme, ces ?conomistes n?o-colonialistes auraient r?ussi ? retarder le processus. Ils n'ont pas encore fini de consolider la zone euro qu'ils se jettent comme des fauves affam?es au fin d'expertiser la notre. Imaginez un seul instant que cette INTEGRATION se mat?rialise et que la zone d?j? CFA de l'Afrique centrale se joigne ? l'op?ration : une GRANDE ZONE ECONOMIQUE de pays, tous ? FORTE CROISSANCE au contraire de la zone euro dans laquelle des pays sont en r?cession ou en stagnation comme la France.
    AUCUN ARGUMENT ne peut et ne doit emp?cher cette INTEGRATION surtout pas venant des acteurs de l'EURO. Rien ne nous emp?che de d?crocher de l'Euro et de mettre devant la face du monde notre monnaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page