Cohésion sociale au Burkina : importer l’expérience américaine

614 0

L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Burkina a invité les usagers de sa bibliothèque à une conférence ce jeudi 6 février. Le but était d’échanger sur l’éducation de la jeunesse à la paix et à la non-violence, au travers d’une communication donnée par Mme Ouédraogo Valérie. Celle-ci propose d’appliquer un modèle américain pour cette éducation.

Mme Ouédraogo Valérie, Alumni IVLP 2012
Mme Ouédraogo Valérie, Alumni IVLP 2012

Chaque année, les Etats-Unis d’Amérique accueillent des leaders des quatre coins du monde, dans le cadre du Programme de Leadership des Visiteurs internationaux (IVLP). Mme Ouédraogo Valérie a bénéficié de ce programme en 2012, au moment où elle était Coordonnatrice nationale de WANEP Burkina (Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix).

Aussi, pour permettre à la bénéficiaire d’IVLP 2012 de partager son expérience et ses acquis, l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Burkina organisent des rencontres avec des jeunes. La première a eu lieu ce jeudi 6 février dans la salle de la bibliothèque de l’ambassade à Ouagadougou.

Devant une trentaine d’élèves et étudiants, Mme Ouédraogo a fait un exposé sur « L’utilisation de l’art pour l’éducation à la paix et à la non-violence des jeunes à partir de l’expérience américaine en vue de renforcer la cohésion sociale au Burkina Faso »

Une vue des participants à la conférence. Ph B24
Une vue des participants à la conférence. Ph B24

Ayant visité des organisations de la société civile dans quatre Etats en Amérique, Mme Ouédraogo a pris connaissance de « City at Peace », désormais appelée « The Possibility Project » (TPP). Cette organisation a été créée en 1994 à Washington DC en tant que réponse locale à la violence qui régnait dans cette ville.

TPP utilise l’art de la scène dans des programmes dynamiques avec les jeunes pour créer des communautés pacifiques, sécurisées et productives.

Les stagiaires sont amenés à se libérer, et partager leurs propres expériences. Celles-ci serviront à monter une comédie musicale qu’ils présenteront à la fin de la saison.

C’est un modèle qui a séduit Mme Ouédraogo au point qu’elle souhaite qu’il soit reproduit au Burkina. Elle propose qu’il soit greffé à une émission comme ‘’Faso Academy’’, qui rassemble déjà des milliers de jeunes chaque année.

Cela permettrait d’atteindre et de former les jeunes, vu qu’ils sont les leaders de demain.

Stella Nana

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *