Abdelmadjid Benguerra, ministre algérien : « L’Algérie et le Burkina ont des positions extrêmement convergentes »

718 5

Il était inscrit ce jour 11 février 2014 dans l’agenda présidentiel, deux audiences. La première a été accordée à l’association des médiateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine AM- UEMOA. La deuxième audience du jour a servi de cadre d’échanges entre le président du Faso et le ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines d’Algérie, Abdelmadjid Benguerra.

1-Les Médiateurs de l’AM- UEMOA avec à leur tête le président N’Golo Coulibaly ont été reçus par le président du Faso (Ph : B24)
Les Médiateurs de l’AM- UEMOA avec à leur tête le président N’Golo Coulibaly ont été reçus par le président du Faso (Ph : B24)

Des Médiateurs en visite au Faso dont l’actualité est presque bouillante, mais qui n’ont pas eu au menu au cours de leurs échanges avec le président du Faso cette actualité.

En tout cas c’est ce qu’a laissé entendre N’Golo Coulibaly, médiateur de la Côte d’Ivoire et président de l’AM-UEMOA : « Ce n’est pas l’objet de notre visite. Nous n’en avons pas parlé. Nous pensons que quand nous aurons cela comme objet d’un déplacement, on pourrait l’aborder ».

Et d’ajouter « Nous observons la situation au Burkina Faso, mais nous n’avons pas de données pour l’instant pour pouvoir avoir une opinion sur la situation. Nous pensons que le moment venu si nous avons des données, nous, nous pourrons dire quels sont  nos sentiments ».

Il s’est plutôt agi pour les médiateurs de l’AM- UEMOA de rendre une visite de courtoisie au président du Faso. Cette visite se situe dans le cadre d’une autre visite au président de la Commission de l’UEMOA.

Au cours de cette visite au président du Faso, ils disent lui avoir transmis les remerciements de l’ensemble des médiateurs « pour ses efforts personnels et son soutien pour la création de l’Association et pour sa reconnaissance d’intérêt communautaire par la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA en mars 2009 ».

« L’Algérie et le Burkina Faso ont des positions extrêmement convergentes »

Le ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines d’Algérie, Abdelmadjid Benguerra en entretien avec le Président Blaise Compaoré (Ph : B24)
Le ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines d’Algérie, Abdelmadjid Benguerra en entretien avec le Président Blaise Compaoré (Ph : B24)

La deuxième audience qui a été accordée au ministre  algérien a été une occasion de reparler des relations entre les deux pays. Ils veulent ces relations désormais plus dynamiques.

«  A l’heure où je vous parle, des experts sont réunis au ministère des Affaires étrangères pour procéder à l’évaluation des acquis, à l’évaluation des enseignements que l’on doit tirer en termes positif et négatif des expériences passées et surtout en termes de perspectives.

 A la fin de cette mission, nous aurons de quoi relancer  la coopération économique, technique, culturelle et scientifique entre l’Algérie et le Burkina Faso. La délégation qui m’accompagne se compose de représentants de 22 ministères et entreprises nationales d’envergure qui pourront certainement  donner des idées et recommandations dans ce sens ».

Il a également salué les efforts du président du Faso dans sa quête de solution aux multiples crises qui  affectent à la fois le continent et la sous région.

«  Nous sommes tombés d’accord que sans le règlement de ces crises, sans la restauration de la paix, de la sécurité et de la stabilité, nous ne pourront pas enclencher  les efforts nécessaires au plan du développement économique et social. Et de ce point de vue, l’Algérie et le Burkina Faso ont des positions extrêmement convergentes.

Nous sommes décidés à joindre nos efforts pour aider nos frères Maliens à restaurer la paix et la sécurité chez eux, à résoudre la question du Nord Mali et à lancer le dialogue inclusif inter-Maliens qui pourra permettre de mettre définitivement  fin à cette situation dans le cadre  de l’intégrité territoriale du Mali, dans le cadre de son unité nationale et de sa souveraineté nationale », a fait comprendre l’émissaire algérien.

Dofini BANLO  (COLLABORATEUR)

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. merci a la d?l?gation alg?rienne. en effet si elle pouvais faire des conf?rences pour sensibiliser mes fr?res et s?urs sur l’importance de la stabilit? social et de la paix sur la vie, sur l’?conomie et le d?veloppement du pays merci de consid?rer cela.

  2. Ah ah ah,j’imagine la t?te du pr?sident malien IBK.il a gueul? et le voil? qu’il envoie l’Alg?rie demander pardon.tu n’as rien vu encore.

  3. ils ont critiqu? et insult?,maiss les voil? au Burkina demandant au Pr?dident Blaise Compaor? dde continuer sa m?diation.IBK connait quoi en politiquue.Le petit Pr?sident qu’il et a confondu vitesse et pr?cipitation et voil? ses mentors l?Alg?rie venir faire la courbette ? Blaise.IBK tu n’as rien vu d’abord,tu crois que la politique c’est du djandjoba.Tu viendra toi m?me demander pardon au Pr?sident Compaor? de t’aider ? r?soudre ton diff?rents contre tes adversaires du nord.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *