Burkina : Nollywood se fraye un chemin dans les DVD, Wagawood s’impose dans les salles de ciné

915 10

Le cinéma passionne toujours autant les Burkinabè. Mais quels sont les films les plus regardés ou du moins les plus demandés par les amateurs de film au Burkina ?

Des DVD des productions les plus récentes de Nollywood (Ph : B24)
Des DVD des productions les plus récentes de Nollywood (Ph : B24)

Il est  une industrie cinématographique, et qui plus est africaine, qui depuis quelques années est en train de se frayer une place dans l’estime des cinéphiles burkinabè. Il s’agit des films provenant du Nigéria.

Ils aiment parce qu’ils reflètent le quotidien

Nollywood compte dans le marché du film au Burkina. Le propriétaire de la discothèque « Magic Sound » déclare : « les séries américaines attirent plus de monde mais maintenant plus qu’avant, beaucoup de gens demandent les films nigérians… »

Qu’est ce qui peut bien attirer les Burkinabè dans le cinéma nigérian ?

Mr Koanda Saïdou, propriétaire de la discothèque « SAID » a son idée : « les gens aiment ces films parce que selon eux ça ressemble beaucoup au quotidien africain tout en se rapprochant beaucoup plus du professionnalisme des Blancs ».

 D’un autre côté, ces productions nigérianes sont beaucoup plus rentables pour les propriétaires de discothèque que ne le sont les films américains et burkinabè par exemple, avancent quelques propriétaires de discothèques.

Parlant en effet des films de production burkinabè, il semblerait qu’ils ne fassent pas un tabac dans les discothèques et cela à cause du fait qu’ils sont difficiles à obtenir, du moins les versions originales et quand on en trouve, ils coûtent toujours chère et les clients eux ne sont pas prêts  à payer le prix, expliquent les gérants de discothèques.

Mais pour le moment, Nollywood reste dans les discothèques et n’a pas encore investi les salles de cinéma parce que ses films ne sont pas toujours disponibles en version française.

 C’est ce qu’explique Yacouba Kabré, projectionniste au Ciné Burkina : « Je suis sûr que si nous pouvions les obtenir en français, ils feraient un malheur dans nos salles, il n’y a qu’à voir comment les gens se les arrachent dans les discothèques et je ne pense pas qu’il y ait une famille au Burkina où l’on ne se retrouve pas autour du canal 99 dédié à la chaine Nollywood ».

Wagawood maître dans les salles de Ciné

Yacouba Kabré, projecionniste au Ciné Burkina (Ph : B24)
Yacouba Kabré, projecionniste au Ciné Burkina (Ph : B24)

Il y a pourtant un endroit ou le cinéma burkinabè rafle tous les prix. Les salles de cinéma.

 Dans la capitale Ouagadougou, les salles les plus fréquentées sont sans aucun doute celles du Ciné Neerwaya et du Ciné Burkina, qui ont d’ailleurs le même propriétaire.

Au  Ciné Burkina, Yacouba Kabré, projectionniste, déclare que le cinéma burkinabè était le plus prisé par la clientèle « ouagalaise ».

 Selon ses dires, le cinéma occidental n’a pas sa place dans les salles de projection : « nous avions diffusé en son temps le dernier film de Tom Cruise ‘’protocole fantôme’’ dans les semaines suivant sa sortie aux Etats Unis et en France, et le film a fait un vide total… ».

Kabré révèle dans la même lancée que les Burkinabè aiment les films africains mais surtout ceux du Burkina et de Côte d’Ivoire parce qu’ils leur permettent de rire et se détendre sans trop besoin de réfléchir pour comprendre.

Romarick  ZOGO ENGO (Stagiaire)

Pour Burkina 24 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

There are 10 comments

  1. A quand une jeunesse burkinab? pr?te ? triturer le fond de sa cervelle pour sortir quelque chose de plus originale. Il est vrai que chez nous,les gens apprecient l’effet de mode!Mais pourquoi ne pas trouver un nom original emprunt? ? une de nos langue locale?Ca fait plus r?flechir & suscite la curiosit? de comprendre chez les autres. Un joli nom tir? du: moor?,dioula,fulfuld?,bobo etc…suivi d’une bonne communication c’est parti!

  2. Point de vue |

    Ben, dans ce cas, changeons l’appellation du FESPACO et du SIAO. SVP, parlez des probl?mes que rencontre le cin?ma burkinab?. Par exemple, pourquoi des DVD ext?rieurs viennent damer le pion ? ceux burkinab? ? Pourquoi le gars dans l’article dit que si on diffusait des films nig?rians dans les salles, les films burkinab? vont foutre le camp ? Voil? ! ?a c’est plus s?rieux !

  3. je crois que mon koro est frustr? par rapport au mot wagawood il a un peu raison parceque tout ce centralise a waga mais faut dire que wagawood n’a rien a voir avec le fait que cest waga seulement qui produit cest tout le burkina enfait aussi si xa voit le jour chaque region peut organiser une c?r?monie pr feliciter le cin?ma burkinab?. esperons que les voix seront commun pour apprecier le Burkina est a felicit? ch?r fr?re. je pref?re aller au cin? pr un film africain que europeen ou usa

  4. pour trouver un terrain d’entente les ouagawoodistes, les bobowoodiste, les fasowoodeurs et les burkinawoodants je propose wood simplement.

  5. Hollywood pour les USA, Bollywood pour l’Inde, Nollywood pour le Nig?ria, wagawood pour le Burkina, o? est le r?gionalisme?

  6. Ekedi Benji Elton |

    le cin?ma africain prend de plus en plus d'?toiles chez les cin?philes. tr?s bien illustr? par le fr?re! valorisons le chez nous afin que ceux de l'ext?rieur l'accueillent ? bras ouvert!

  7. Dans la m?me logique mon cher Nab, on dirait plut?t USAwood ou Indewood…Arr?tez de toujours r?fl?chir en r?gionaliste. Il n’y a pas que deux villes au Burkina.

  8. Pourquoi vous dites Wagawood ou lieu de Burkinawood? Es-ce seulement a Ouaga que l’on produit des films au Burkina? Pourkoi pas Bobowood? Il ya quand meme eu de grdes series realises a Bobo et tres apprecies un peu partour en Afrique francophone.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *