Liberté de la presse : le Burkina jugé « en situation plutôt bonne » en 2014 par Reporters sans frontières

Reporters sans frontières a publié son classement annuel. © RSF
Reporters sans frontières a publié son classement annuel. © RSF

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a publié cette semaine son « Classement mondial de la liberté de la presse » pour l’année 2013. Le Burkina Faso est 52e dans ce classement établi cette année sur 180 pays, soit un recul de 6 places par rapport à l’édition précédente (46e sur 179 pays).

Sur la carte de la liberté de la presse, RSF loge le Burkina dans la catégorie « situation plutôt bonne« , tout comme le Niger, juste après la catégorie « situation bonne« .  Mais le pays a fait un recul de six places. Le Burkina était 46e en 2013.

Dans une Afrique de l’Ouest où conflits et menaces terroristes fragilisent la presse, c’est le Cap Vert qui s’illustre comme le bon élève (24e mondial) juste à une marche derrière de la Namibie, le modèle en Afrique australe et première sur le continent (22e mondial).

Conflit et liberté de presse, le mauvais ménage

Une fois de plus, l’ONG démontre la corrélation négative entre conflit et liberté d’information, à travers les chutes très lourdes du Mali et de la République centrafricaine dans le classement.

« Dans un contexte d’instabilité, les médias sont des objectifs et des cibles stratégiques pour les groupes ou individus qui tentent de contrôler l’information en violation des garanties apportées par les textes internationaux, en particulier l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, les conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels I et II de 1977« , commente RSF.

La sécurité nationale, l’autre épouvantail

L’autre frein à l’expression de la liberté de la presse, est « l’utilisation abusive de l’argument sécuritaire » par certains pays.

« La liberté de l’information cède trop souvent devant une conception trop large et une utilisation abusive de la sécurité nationale, marquant un recul inquiétant des pratiques démocratiques. Le journalisme d’investigation en pâtit parfois gravement comme aux États-Unis (46e), qui perdent 13 places« , affirme RSF.

Pour l’édition 2014 du classement, la Finlande conserve son rang de meilleur élève, en occupant pour la quatrième année consécutive la première place du classement.

Elle est talonnée, comme dans la dernière édition, par les Pays Bas et la Norvège. À l’extrême opposé, en queue de classement, le « trio infernal » réunit à nouveau le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée, des pays où la liberté de la presse est tout simplement inexistante.



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page