Pétition «investir plus et mieux dans l’Agriculture» pour sauver 239 millions d’africains de la faim

628 0
campagne cultivons © Oxfam International
campagne cultivons © Oxfam International

Dans la déclaration qui suit, l’ONG Oxfam International, explique le contexte et les initiatives qu’elle a entrepris dans le cadre de la campagne dénommée “Cultivons”. Elle invite par ailleurs, les internautes à signer la pétition «investir plus et mieux dans l’Agriculture» pour sauver 239 millions d’africains de la  faim. Lisez plutôt.

En juillet 2003, les Chefs d’Etats  et de Gouvernements africains ont suscité  une lueur d’espoir dans les familles de millions d’éleveurs et de paysans du continent en s’engageant à Maputo à « investir au moins 10% du budget national dans l’Agriculture afin de réduire la faim et la pauvreté». Plus de dix ans après cet engagement historique, les 10% annoncés se font toujours attendre. Sur les 54 pays du continent, seuls 8 pays ont tenu leurs promesses. La conséquence a été, comme il fallait s’y attendre, dramatique pour les paysans, les éleveurs et les pêcheurs qui sont les plus touchés par la pauvreté, les effets du changement climatique, la flambée des prix, etc. Pire, 239 millions d’africains font chaque année face à la hantise de la faim. Cette situation est inadmissible. Il faut nécessairement agir. C’est pourquoi, OXFAM et ses partenaires (CPF, SPONG), membres de la campagne CULTIVONS, avec le soutien d’un collectif d’artistes Ouest africains, parmi lesquels l’artiste chanteur burkinabè SMARTY, Prix découvertes RFI 2013, ont procédé au lancement de la chanson «Où sont passés nos 10% ». Cet hymne en faveur des paysans, dont le clip a été lancé le 10 février 2014, interpelle les Chefs d’Etat à investir plus et mieux dans l’Agriculture. Avec le soutien de ces artistes engagés, les membres de la campagne CULTIVONS ont aussi lancé, la pétition «investir plus et mieux dans l’Agriculture » en collaboration avec l’ONG ONE,  pour demander aux dirigeants des pays de  l’Union africaine de passer des promesses aux actes.

Au Burkina Faso, bien que l’Etat ait honoré ses engagements, l’insécurité alimentaire demeure un fléau chronique et touche en moyenne 35,4% des ménages. Dans les ménages agricoles qui représentent  80% de la population, la situation est encore plus alarmante. Cette année, 54% des ménages agricoles burkinabè n’arriveront pas à couvrir leurs besoins. Cela doit changer et chacun de nous a sa partition à jouer. Aujourd’hui plus que jamais, paysans et pauvreté doivent cesser d’être synonymes. Smarty et de nombreux burkinabè se sont déjà engagés dans ce combat noble en faveur de ceux qui nous nourrissent.

 Pour pousser nos dirigeants à faire de 2014, conformément à leur déclaration, une «Année de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire», votre engagement est déterminant

Transformez la vie des familles des petits producteurs et petites productrices en nous rejoignant et en signant la pétition (http://www.one.org/doagric/partners/fr/) pour que nos chefs d’Etats investissent plus et mieux dans l’Agriculture.



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *