Médiation : Le Premier ministre apporte ses encouragements aux sages

684 28

Les médiateurs auto-saisis ont reçu ce 17 février 2014 à Ouagadougou le Premier ministre Luc Adolphe Tiao et son directeur de cabinet, accompagnés de deux autres membres du gouvernement, Arsène Bongnesssan Yé en charge des réformes politiques et Jérôme Bougouma de l’administration et de la sécurité. S’enquérir de l’état d’avancement des travaux et apporter le soutien du gouvernement ont constitué l’ordre du jour de cette rencontre, a confié Luc Adolphe Tiao à sa sortie du huis clos.

Le Premier ministre, accompagné des membres du gouvernement, a rencontré les médiateurs (Ph : B24)
Le Premier ministre, accompagné des membres du gouvernement, a rencontré les médiateurs (Ph : B24)

Sur l’objectif de la visite, le chef du gouvernement a souligné qu’il s’agissait de venir prendre connaissance de l’état d’avancement des travaux et de prodiguer des encouragements.

Néanmoins, le gouvernement n’a pas manqué de donner son point de vue sur la question du mandat demandé par l’opposition.  A propos du mandat donc qui semble bloquer les travaux, le Premier ministre dira que  « le gouvernement n’a pas de décision à prendre ».

Pour lui,  la question de mandat ne relève pas du gouvernement, « mais nous avons donné notre position parce que le chef de l’Etat est au-dessus, il est l’arbitre ».

La question du mandat en passe d’être résolue

Pour l'ancien Président Jean Baptiste Ouédraogo, tout va bien à la médiation (Ph : B24)
Pour l’ancien Président Jean Baptiste Ouédraogo, tout va bien à la médiation (Ph : B24)

Le porte-parole de la médiation, l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo sur la question du préalable, a fait comprendre qu’elle est en passe d’être résolue : « nous sommes entrain de chercher à l’évacuer et nous pensons y arriver. Mais en dehors de ce préalable qui nous empêche de travailler sérieusement, tout va bien ».

Il ajoutera qu’en tout état de cause, le préalable ne devrait pas empêcher la suite des travaux. Au-delà de tout, Luc Adolphe Tiao estime que l’essentiel est que les acteurs puissent se parler et qu’ils aillent au -essus des questions figées et travaillent pour l’essentiel.

Mais la médiation a-t-elle déjà rencontré le chef de l’Etat sur la question du préalable ? L’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo répondra qu’il n’est pas nécessaire de le faire car le président du Faso est au dessus des institutions.

Amener les deux groupes à dire « non et oui à la fois »

La médiation dit voir en face d’elle uniquement l’opposition et la majorité. Le premier « qui ne sait que dire non » et le second « qui ne sait dire que oui ». Ce sont les deux principales positions qu’il faut œuvrer à rapprocher  afin que « tous les deux groupes puissent dire non et oui à la fois ».

Les trois médiateurs comptent amener les deux parties à dire "non et oui à la fois" (Ph : B24)
Les trois médiateurs comptent amener les deux parties à dire “non et oui à la fois” (Ph : B24)

Par ailleurs l’ancien président confiera que, si l’opposition souhaite discuter directement avec le chef de l’Etat, elle est libre de le faire mais cela n’entre pas dans le cadre de la médiation. Il en est de même pour le Front républicain qui comme tout groupe qui se crée devrait se retrouver soit dans l’opposition, soit dans la majorité.

Luc Adolphe Tiao a saisi l’occasion pour saluer cette initiative de médiation car pour lui, ce sont des bonnes volontés qui veulent aider le pays à sortir de la crise et de ce fait, « le gouvernement croit en la sincérité des médiateurs ».

Lorraine KALMOGHO (Collaboratrice)

Pour Burkina 24 



Article similaire

Il y a 28 commentaires

  1. Tout a ?t? dit, esp?rons que le directeur du cabinet du pr?sident sait utiliser l?internet et lire ces messages, si le pr?sident Blaise Compaor? s?ent?te ? demander un referendum pour violer notre constitution, il mettra le feu dans le pays des hommes int?gres qui sera tr?s difficile ? ?teindre. Que lui reste t?il a justifi? ? il fut soldat, r?volutionnaire, pr?sident pragmatique, m?diateur, p?re de famille, riche, et a l??ge de la retraite selon nos lois, le peuple Burkinab? lui a tout donn?.
    Mr. le pr?sident il y a un temps pour tout, Songez ? jardiner dans votre belle villas de Ziniar? ?pres 2015, en ce qui concerne le Burkina vous avez tout donn?, et vous avez tout pris, le compte est bon. Acceptez l?alternance et laissez une nouvelle ?quipe avec des nouvelles id?es pour faire avancer notre beau pays.

  2. Merci Ka. Le pr?sident Jean-Baptiste Ouedraogo est un utilis? par le syst?me Blaise Compaor?. Le pr?sident essaye de maitriser le tumulte burkinab? comme ce qui s?est pass? avec l?assassinat de Norbert Zongo. Cette m?diation n?est qu?un man?uvre d?un chef cam?l?on qui se croit malin plus que le peuple, malgr? qu?il est consid?r? comme un bon m?diateur, le pr?sident Blaise Compaor? reste le m?me comme le mois d?Octobre 1987, il assume tout ce qu?il fait. Ce n?est pas vous son excellence Mr. le pr?sident JBO qui peut r?soudre le probl?me entre le peuple et son pr?sident. Voyons les choses en face comme a dit Ka (les sages ont sauv? le pr?sident Blaise dans l?affaire De Norbert Zongo, le peuple tr?s solidaire a la sagesse ont ?cout? les sages et respecter ce qui a ?t? conclu et scell? par un article de loi qui est l?article 37.) Et voila que le cam?l?on de Ziniar? change sa peau pour trahir le peuple, il est garant de nos lois et de nos constitutions, il n?a jamais certifi? qu?il sera d?accord pour signer un accord d?une m?diation, son excellence Mr. le pr?sident JBO , avec le respect que le peuple vous doit, rentrez dans votre clinique, et laisser le peuple avec son pr?sident cam?l?on car un assassin reste un assassin, un chat reste un chat. Le pr?sident Blaise Compaor? est l?incendie et le pompier du Burkina, il croit qu?apr?s Dieu c?est lui, alors que le premier nous vienne en aide.

  3. N'IMPORTE QUOI OUI: LA CRISE QUI L'A AMENER AU POUVOIR EST-CE QUE Y A EU MEDIATION OU AUTOSAISINE…..
    20 F?VRIER 2011 ? 03 JUIN 2011 : 100 JOURS DE TUERIES, DE TERREUR ET DE DESTRUCTION AU BURKINA FASO

    En 2011, le Burkina Faso a connu la pire p?riode d?instabilit? de son histoire. Les militaires mutins ont m?me rendu des visites muscl?es ? Simon Compaor?, Dominique Djind?r?, Auguste Barry, Y?ro Boly, Alain Yoda ou Odile Bonkoungou? Pourtant ? l??poque, aucun groupe de m?diateur ne s?est auto saisi pour ?uvrer ? ramener la paix.

    La chronologie des ?v?nements :

    ? Dimanche 20 f?vrier 2011 : mort du lyc?en Justin Zongo ? Koudougou tu? par la police.

    ? Mercredi 23 f?vrier 2011 : les rues de la ville de Koudougou sont en flammes, barr?es ? l?aide de troncs d?arbres, de barres de fer, de grosses pierres ?. le gouvernorat du Centre Ouest, le commissariat de police, les locaux de la CRS, les pourtours du march? central et le centre ville sont aux mains des manifestants et des forces de s?curit?.

    ? Vendredi 11 mars 2011 marche-meeting organis?e par l?ANEB en direction de la DGPN ? pour protester contre les agissements des ?l?ments des forces de l?ordre et pour r?clamer v?rit? et justice sur les assassinats d??l?ves et d??tudiant dans la r?gion du Centre-Ouest et pour dire non ? la culture de l?impunit? dans notre pays ?. Cette manifestation s?est rapidement transform?e en course-poursuite dans les art?res de la capitale, notamment dans les quartiers Zogona, 1200 Logements, Wemtenga, Dassasgho et Zone Une.

    ? Le m?me jour, le Pr?sident du Faso, Blaise Compaor?, a lanc? un appel au calme depuis Addis Abeba, en Ethiopie, o? il participait ? la rencontre de l?Union africaine sur la crise ivoirienne. Dans un entretien diffus? sur les antennes de la Radiodiffusion t?l?vision du Burkina (RTB), il a d?plor? le d?c?s du jeune Justin Zongo le 19 f?vrier dernier ? Koudougou.

    ? Dans la nuit du 22 au 23 mars 2011, des tirs de sommation ont d?but? d?abord au camp Sangoul? Lamizana de Gounghin puis au camp Guillaume Ou?draogo pour ensuite s??tendre ? d?autres quartiers de Ouagadougou. Les cr?pitements des armes ont dur? de 20h au petit matin du 23 mars 2011. Ce mouvement est parti du verdict d?un jugement rendu le 22 mars par la Chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Ouagadougou contre 5 militaires reconnus coupables de coups et blessures volontaires sur un civil et d?attentat ? la pudeur.

    ? 23 mars 2011 : A l?issue de deux r?unions tenues au cours de la journ?e, trois syndicats de magistrats (SAMAB, SBM, SMB) protestent contre la remise en cause de la d?cision du juge par le gouvernement et d?cident de la suspension de toutes les activit?s juridictionnelles jusqu?? nouvel ordre.

    ? Mardi 29 mars 2011 : attentat ? la roquette contre le palais de justice de la ville de Fada N'Gourma. Les responsables sont des militaires en col?re qui tentaient de lib?rer de la prison civile l'un des leurs accus? du viol d'une jeune fille et ont ensuite bloqu? les acc?s ? la ville avec des chars.

    ? Mercredi 30 mars 2011 : le pr?sident Blaise Compaor? annonce ? des mesures vigoureuses . Le couvre-feu nocturne est instaur? sur tout le territoire national.

    ? Vendredi 15 avril 2011 : mutinerie de la garde pr?sidentielle ? Ouagadougou. Le chef de l'?tat Blaise Compaor? s'est r?fugi? ? Ziniar?. Des pillages ont eu lieu. Le pr?sident est revenu au bout de quelques heures.

    ? Samedi 16 avril 2011 : des centaines de commer?ants m?contents des pillages de la veille ont incendi? le si?ge du CDP et d'autres b?timents publics. Le gouvernement de Tertius Zongo a ?t? dissous, le chef de l'?tat-major des arm?es g?n?ral Dominique Djindj?r? est remplac? par le colonel-major Honor? Nab?r? Traor?17. Nouvelle mutinerie ? Kaya.

    ? Dimanche 17 avril 2011 : dans la nuit, le mouvement de mutinerie gagne la garnison de P? o? des pillages ont eu lieu dans la ville, faisant deux bless?s.

    ? Lundi 18 avril 2011 : violente manifestation d'?tudiants et de lyc?ens ? Koudougou; le si?ge du CDP a ?t? incendi? ainsi qu'une r?sidence de l'ex-premier ministre Tertius Zongo et le lyc?e de la ville.

    ? Mardi 19 avril 2011 : nomination du nouveau premier ministre Luc-Adolphe Tiao. Le pr?sident Blaise Compaor? s'attribue le minist?re de la D?fense et des Anciens combattants.

    ? Mercredi 27 avril 2011 : nombreuses manifestation dans tout le pays faisant au moins six morts, des bless?s et de nombreux pillages et d?g?ts mat?riels. ? Koudougou, une manifestation des commer?ants et des jeunes d?g?n?re et plusieurs b?timents ont ?t? incendi?s et pill?s.

    ? Jeudi 28 avril 2011 : le pr?sident Blaise Compaor? annonce l'ouverture de n?gociations avec les militaires sur l'am?lioration de leurs conditions de vie. D'autre part, des policiers ont commenc? ? se mutiner ? Ouagadougou et dans plusieurs autres villes.

    ? Vendredi 29 avril 2011 : mort d'un enfant bless? par une balle perdue lors d'une manifestation de policiers. Le ministre de la Sant? Adama Traor? indique que 6 personnes ont ?t? tu?es accidentellement et 10 autres bless?es ? Ouagadougou depuis le d?but des mutineries de soldats et de policiers.

    ? Samedi 30 avril 2011 : manifestation ? Ouagadougou de plusieurs centaines de personnes pour exiger le d?part du pr?sident Blaise Compaor?. Quelque 34 partis politiques avaient appel? ? une ? grande mobilisation ?

    ? le 15 mai : au centre commando de P?, mutineries, marqu?es par des tirs nocturnes au sein des casernes

    ? du 29 au 30 mai : les militaires de Kaya, Tenkodogo et Dori, rejoints par ceux de D?dougou et Koup?la et les gendarmes de Tenkodogo, Bagr? et Garango faisant quatre nouveaux bless?s.

    ? du 31 mai au 3 juin : ? Bobo Dioulasso, r?volte des militaires du camp Ouezzin Coulibalyqui tirent au canon, pillent des commerces et blessent plusieurs personnes ce qui provoque une manifestation des commer?ants qui saccagent la mairie le 2 juin. Le r?giment de s?curit? pr?sidentielle (RSP), le R?giment para-commando de D?dougou (RPC) et des ?l?ments de la Gendarmerie nationale interviennent pour mater la mutinerie. J?r?me Bougouma, ministre de la S?curit? et de l?Administration territoriale, a pr?cis? que six soldats avaient ?t? tu?s ? l?int?rieur du camp. Une jeune fille a ?galement succomb?, atteinte par une balle ? l?ext?rieur du complexe militaire. Les combats ont aussi fait 25 bless?s dans la population civile et huit parmi les militaires. Cinquante-sept soldats rebelles ont ?t? arr?t?s.

  4. blaise doit bouger sans tousser l’article ne prend pas ton peuple comme des bettes.ceux qui soutiens blaise dans son reve prot?ge leur inter

  5. Monsieur le Docteur JBO, je vous prie de r?fl?chir deux fois et d?abandonnera cette m?diation, car on vous traine dans la boue comme les sages qui ont forc? le cam?l?on de ziniar? ? accepter la limitation de son mandat. Mr. Compaor? les a tous trahis ? la fin, les a humili? un a un, et chacun ?tait oblig? de rester dans son coin. Les sages sont aujourd?hui des oubli?s malgr? qu?ils ont sauv? le pr?sident Blaise Compaor? des cendres de l?assassinat de notre humble et h?ros Norbert Zongo. Avec le respect que j?ai pour vous depuis les rues d?Alsace, je vous prie de ne pas se faire rouler comme les sages l?ont ?t?. Pour la majorit? des Burkinab?, les d?cisions et la confirmation de nos sages concernant la limitation du mandat des pr?sidents et sceller en article 37 est intouchable. Je crois que vous-m?me son excellence Mr. le pr?sident JBO, au fond de votre c?ur, le peuple Burkinab? par son porte-parole qui est l?opposition et la soci?t? civile, ne trahiront pas la parole de nos sages qui reste notre r?f?rence pour un Burkina ?mergent de demain. Alors Mr. le pr?sident JBO, gardez votre dignit? et l?amour de votre famille, et respectez la parole de vos ain?s les anciens sages qui ?tait ???le mandat du pr?sident se limite ? 5 ans et peut ?tre renouvel? qu? une seule fois??? et cette d?cision est scell? par un article 37 de nos lois. Une loi est une loi, une constitution est une constitution, et le pr?sident Blaise Compaor? le sait et doit l?appliquer en ?tant le garant de nos constitutions. FEDAP/BC, et autres ne sont que secondaires : Nous devons peuple Burkinab?, respectez nos lois et notre constitution pour la paix dans notre pays. JBO, le feu I. Jos?phe Conombo ne me dira pas le contraire. Alors cette m?diation n?ira nulle part, sauf la compr?hension de son excellence le pr?sident Blaise Compaor

  6. il est des jours o? on a vraiment honte d'?tre burkinab?: tout un pays a le souffl? coup? car blaise doit quitter le pouvoir et parce qu'il a peur ne veut pas.ce monsieur "faiseur de paix et de progress" sait tout le mal qu'il a caus? ? bcp de familles ,au pays et meme ? l'etranger.blaise avait 9 ans ? l'ind?pendance.il est un citoyen burkinab? comme tout autre;le destin du pays n'est pas li? au sien.il partira et repondra de ses actes,j'en suis convaincu.les prof de droit constitutionnel ont parl?:notre constitution est truff?e de contradictions et d'imperfections,le senat version cdp est anticonstitutionnel,la modification de l'art 37 est contraire aux textes de la cedeao et de l'uemoa.chers sages on vous demande de dire la v?rit? ? blaise.on ne doit pas transiger avec les principes.faites un sondage aupr?s des jeunes et vous verrez le raz-le bol,

  7. il n’y a pas ? trop se tiraill? sur cette m?diation d’hypocrite. ils savent tr?s bien qui ? raison qui ? tord ils n’ont cas dire ? Blaise C. que son mandat finit en 2015 et qu’il peut plus se repr?sent?! un point c’est tout ! la majorit? du peuple ne veut plus de lui et sa compagnie pour qu’il ait la paix sociale au BF. les m?diateurs s’ils sont honn?te ne devraient pas impliqu? l’opposition dans cette m?diation. car le probl?me c’est Blaise C. qui met en p?ril la paix sociale donc c’est ? lui qu’il faut d?adress? pour qu’il parte en 2015! mais c’est ceux l? meme qui l’encore ? rester qui me font pitier et me donne envie de vomir!!! comme s’ils avaient li? leur destin ? celui DE LA FAMILLE COMPAOR? et s?y accroche! Quel honte!!!

  8. encore une preuve de consid?ration des int?r?ts de la nation de la part du gouvernement ,et cela montre que le pr?sident a d?l?gu? des repr?sentants au pr?t de la m?diation alors si l opposition estime autre chose nous allons exiger le respect de normes par la tenue du r?f?rendum

  9. L?ancien pr?sident Jean Baptiste Ou?draogo r?pondra qu?il n?est pas n?cessaire de le faire car le pr?sident du Faso est au dessus des institutions.
    et le Premier ministre dira ? nous avons donn? notre position parce que le chef de l?Etat est au-dessus, il est l?arbitre ?.

    les m?diateurs ont une position donc ce n’est plus une m?diation.
    un arbitre est toujours sur le terrain de jeu mais si l’arbitre ne pas pas venir sur le terrain pour jug? le match. arretez cette m?diation ?a na plu de sens.

  10. Tu n’as rien compris monsieur ouoba quand tu parle de la majorit? pr?sidentielle c’est le gouvernement aussi.je pense que le premier ministre est libre d’aller rendre visite aux m?diateurs car il fait parti des 16000000 d’habitants burkinab?s.

  11. paix,paix et paix.je que tous les parties souhaite la paix . une pub dit que nous sommes fi?re d’?tre burkinab? donc chacun doit tout faire pour ?tre a l?origine d’une paix durable au Faso et c’est ?a qui va ?tre la fiert? d??tre burkinab? .cher compatriote dirigeons nous tous sur le chemin de la paix .
    merci

  12. TEO je dis simplement que le gouvernement ne devrait pas se m?ler pas parce que le gouvernement ne pr?ne pas la paix mais c’est par soucie que les gens ne disent que Blaise a achet? les m?diateurs. Quand ils ont re?u le gouvernement l’opposition n??tait pas la alors imagine ce que les esprits tordus pourront imaginer.

  13. L acte est tout a fait salutaire TIAO et nous vous demandons de les accompagner sous tous les formes car ses mediatuers portent une lourde charge et la direction de tous ce que le pays travers

  14. Cette m?diation n'est pas sinc?re! C'est simplement encore un leurre, un os jet? ? son chien pour l'?loigner de l'essentiel! Pas touche ? notre Constitution dans l'int?r?t d'un seul, c'est aussi simple que ?a!

  15. ouoba c est le gouvernement qui gere le pays donc doit savoir ce qui ne va pas et ce qui va alors il faut te revoir

  16. ouoba qu’est ce que tu veut dire par l??le gouvernement ? le droit de se meler de cette m?diation.m?me toi tu as droit de te meler.ce gouvernement de Blaiso pr?ne la paix et ses sages vont egalement dans le m?me sens.Merci monsieur le ministre.du courage ? vous aussi.Prochainement tu controle ton langage.Tu ne sait m?me pas ce que tu dis.

  17. les encourager pour quoi faire? Ce n’est pas ce “lucky Luke” qui disait dans JA qu’une marche ne peut pas faire tomber un gouvernement?

  18. A mon avis l’opposition doit prendre acte et repartir sur la table de n?gociation
    quoi qu’on dise le groupe de m?diateur est t?moin, le peuple et le pr?sident lui m?me.
    qui ne dire rien consent, le silence du pr?sident sous entend qu’ils sont mandat?s(membres de la majorit

  19. Sur cette question de m?diation il convient de demander au m?dias de ne pas trop extrapol? la chose car jusqu’? preuve du contraire le burkina n’est pas en crise et prions Dieu que cela n’arrive. La m?diation est vraiment a salut si elle se pr?occupe de l’apr?s blaise car ceci serait un non ?v?nement de parler du pendant blaise. Notons que la m?diation nous permis de savoir que blaise ne voulait qu’une rallonge de deux ans esp?rons qu’elle pourra nous d?voiler d’autre chose sur les intentions de son altesse blaiso; car tout le monde se fait un sang d’encre pour son excellence.

  20. Lorraine, ? la prochaine occasion, renseigne nous sur les points suivants: quelle est la source de financement des activit?s de la m?diation? on imagine que la salle, le logement et le d?placement des m?diateurs sont pris en charge…

  21. Le gouvernement n’est pas ? se m?ler de cette m?diation. Cette m?diation c’est entre l’opposition et la majorit? pr?sidentielle. C’est aux parties politiques de trouver un terrain d’attente.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *