Les mutuelles sociales au Burkina: Une passerelle pour l’assurance maladie universelle

190 0
Armoiries du Burkina Faso

Au Burkina Faso, la couverture de la protection sociale s’étend sur moins de 10% de la population totale. Cette couverture concerne essentiellement les travailleurs du secteur formel public et privé. Le reste de la population avec une forte composante de personnes pauvres et vulnérables, ne bénéficie d’aucune forme de protection sociale. Cette frange est constituée principalement des personnes des secteurs informel et rural.

Pour faire face à leurs besoin de base, les ménages se sont organisés afin d’assurer eux-mêmes leur prise en charge sanitaire et éventuellement  prendre en charge d’autres types de risques et événements sociaux. Ainsi de nombreuses organisations basées  sur la solidarité, l’entraide et la démocratie ont été créées en vue d’assurer une forme de protection sociale aux populations non couvertes par le système formel de sécurité sociale. Les exemples les plus réussi de ces types d’organisations sont les mutuelles sociales.  L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), dans sa règlementation a défini la mutuelle sociale comme étant un groupement qui, au moyen des cotisations de ses membres, se propose de mener, dans l’intérêt de ceux-ci et de leurs ayants droit, une action de prévoyance, d’entraide et de solidarité visant la prévention des risques sociaux liés à la personne et la réparation de leurs conséquences.

Les mutuelles sociales existent au Burkina Faso depuis les indépendances. En effet, la première mutuelle, la mutuelle douanière de Haute Volta a été créée en 1963.

Mais c’est à partir des années 1991 que le mouvement mutualiste a  connu une véritable expansion et une diversification dans les formes à la faveur de l’initiative de Bamako et grâce à l’appui de certaines ONG et des partenaires techniques et financiers.

Le dernier inventaire des mutuelles sociales réalisé en juillet 2013, dénombrait 188 mutuelles fonctionnelles avec 103 373 adhérents et 256 015 bénéficiaires. Parmi ces mutuelles,  56% sont des mutuelles de santé classiques soit 105 mutuelles, 18% soit 38 mutuelles professionnelles, 10,7% soit 22  systèmes de partage des coûts, 8% soit 9 systèmes de prépaiement et 2 caisses de solidarité représentant 2% des mutuelles.

Actions engagées par le gouvernement  pour la promotion de la mutualité 

Le développement des mutuelles sociales est inscrit dans l’agenda du gouvernement du Burkina Faso. Depuis quelques années, il a décidé d’étendre la protection sociale à toutes les couches sociales de la population. En effet, les mutuelles sociales sont  inscrites dans la Politique Nationale de la Protection Sociale (PNPS) qui elle-même s’inscrit dans l’axe II de  la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) : « valorisation du capital humain et consolidation de la protection sociale ».

Dans la perspective de la mise en place de l’Assurance maladie universelle (AMU) décidée par le Gouvernement, et afin de favoriser son déploiement au profit de l’ensemble de la population nationale, il a été décidé que celle-ci s’appuiera sur les mutuelles sociales pour atteindre les populations du secteur informel et du secteur agricole.

Les mutuelles sociales assureront les rôles de structure déléguée chargée notamment  de la mobilisation et du contrôle social. A cet effet, des mutuelles communautaires seront créées dans toutes les communes du Burkina, des unions de mutuelles sociales dans chaque Région et une fédération d’unions de mutuelles au niveau national.

La création de mutuelles professionnelles sera également encouragée dans les différents corps de métier.

Pour ce faire, il est indispensable d’asseoir une bonne articulation entre le système de l’assurance maladie universelle et le développement des mutuelles sociales, ce qui implique la création d’un environnement institutionnel et juridique favorable.

Au regard de ce choix stratégique, le gouvernement a décidé d’élaborer un projet de loi portant mutualité sociale au Burkina Faso.  Ce projet de loi a pour objectif général de fixer un cadre juridique pour la création, l’organisation et le fonctionnement des mutuelles sociales au Burkina Faso et d’en faire un socle pour le déploiement de l’AMU.

Les mutuelles sociales sont des cadres de mise en œuvre d’expériences de facilitation de l’accès aux soins de santé pour les populations. La  capitalisation de ces expériences permettra de booster leur développement et rendre effective l’assurance maladie pour tous. 

CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT/ Ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre