Me Mamadou Traoré, Bâtonnier : « Oui, il y a des brebis galeuses dans notre profession, et oui nous allons les chasser »

547 9

Dans l’affaire des sanctions prononcées par le conseil de discipline de l’ordre des avocats contre trois membres du barreaux, le Bâtonnier s’est expliqué sur les raisons de ces sanctions. La conférence de presse qu’il a animée ce mercredi matin a été une occasion pour Me Mamadou Traoré de donner vue sur les nombreux problèmes qui minent la profession.

Me Mamadou Traoré, Bâtonnier de l'ordre des avocats, assisté du Secrétaire de l'ordre.
Me Mamadou Traoré, Bâtonnier de l’ordre des avocats, assisté du Secrétaire de l’ordre. Ph: B24

 « Au barreau, nous avons tous les jours affaire à des choses très graves » a déclaré Me Mamadou Traoré, Bâtonnier de l’ordre, pour camper le décor. Les sanctions de suspension et de radiation, prononcées le 12 février dernier contre trois avocats, et leurs motivations, donnent une idée des maux dont souffre le barreau burkinabè.

Les trois avocats qui ont écopé des sanctions, auraient violé des dispositions essentielles qui régissent la profession. En dehors des griefs individuels, il est leur a été essentiellement reproché une procédure contre un avocat, le bâtonnier en l’occurrence,  en violation du règlement intérieur de l’ordre.

Un des avocats sanctionnés serait impliqué dans un grave problème de règlement de droits de travailleurs. Me Mamadou a expliqué que l’avocat radié a usé d’une « escroquerie intellectuelle inacceptable ». Il aurait « bouffé» de l’argent dans le règlement d’une affaire, en usant de procédures à l’insu de son client et en trompant un juge; ce qui constitue une violation des dispositions de la loi, du serment et du règlement intérieur.

A cela s’ajoutent des lettres injurieuses à l’adresse du bâtonnier,  “un défi à l’autorité de l’ordre”, selon Me Mamadou Traoré.

Il s’agit, selon Me Mamadou de faits graves, et sanctionner les auteurs était nécessaire: « Une décision de suspension est une mesure grave. Une décision de radiation est une mesure grave, et ce n’est pas de gaieté de cœur que nous sommes amenés à prendre de telles décisions. Mais quand c’est nécessaire, il faut le faire. […] Si nous ne sanctionnons pas, nous sommes lâches, et au-delà, nous sommes irresponsables ».

Des problèmes de l’ordre et non personnels

Pour Me Mamadou, il y va de la vie même de l’ordre. « Lorsque les règles qui gouvernent notre profession sont violées, la profession est atteinte et ébranlée dans ses fondements ». Une profession dont le bâtonnier a rappelé la particularité: profession libérale, et service public, avec pour mission la défense de la veuve et de l’orphelin.

Sur les questions de savoir s’il ne cache pas des problèmes personnels derrière ces sanctions, Me Mamadou s’est vigoureusement défendu : « il s’agit de problèmes de l’ordre » a rétorqué le bâtonnier, et « les décisions de sanctions ont été prises par le conseil de discipline ».

Selon Me Mamadou Traoré, il ne s’agit pas non plus d’un problème de management: « Sous Me Kéré (Ndlr: Ancien bâtonnier et actuel président de la CENI), cinq avocats ont été radiés. Le problème de management c’est de ne pas appliquer les règles ».

Élu à la tête du barreaux depuis juin 2012, Me Mamadou Traoré a déclaré que la profession traîne des tares, et que cela a été relevé lors des états généraux de l’ordre. « Il y a des avocats brillants, des avocats qui font avec modération, avec tact, avec discipline, avec rigueur et compétences leur boulot », mais, a insisté Me Mamadou, « il y a quelques brebis galeuses, il y a quelques coupeurs de routes ; et si nous les rencontrons sur notre chemin, il faut en toute sincérité, en toute rigueur, appliquer les textes ».

Justin Yarga

Burkina 24

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. Vous ne connaissez pas ce monsieur!? C’est un ancien CDR! Pour lui, tout se fait par la force m?me au m?pris du droit. Il a des juges ? ses pieds! La preuve? Il a ?t? convoqu? 3 fois en justice et il n’est pas all?. 3 fois et y a rien ! Aucun juge de ce pays ne peut lui tenir t?te. Je dis bien AUCUN!!!!

  2. Me TRAORE, soyons s?rieux.Ne vous comportez pas comme un dictateur d’une r?publique banani?re.Vous refusez de vous soumettre ? deux d?cisions juridictionnelles (ordonnance de r?f?r? du TGI Ouaga n?072-2 du 09/07/2013; Ordonnance n?181/2013 de la Cour d’appel du 28/11/2013) et vous voulez que les autres vous respectent. Vous n’?tes pas juge ? ce que je sache!

  3. Pourquoi vous allez chasser les brebis galeuses pendant que dans le reste du pays on ne les chasse pas. Les brebis galeuses ils sont dans tous les minist?res et dans tous les commerces il y'en a m?me dans les ?glises et les mosqu?es; alors pourquoi tenir co?te que co?te ? les chasser. Le probl?me du Burkina-l? c'est syst?mique, ce n'est pas quelque chirurgie par-ci par-l? qui va la gu?rir, notre patrie-l

  4. Les d?cisions du conseil de l’ordre ne peuvent pas ?tre au-dessus des d?cisions juridictionnelles. La cour d’appel a suspendu la tenue du conseil de discipline de l’ordre. Vous l’avez tenu quand m?me. Le juge des r?f?r?s vous a demand? de lib?rer les ch?ques de Me KEITA et encore vous avez refus? de respecter la d?cision du juge, d?cision confirm?e par la cour d’appel. Dites moi, c’est qui le voyou dans cette histoire?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *