Cri de détresse des Centrafricains du Burkina en direction de Kossyam

La crise en Centrafrique a des répercussions sur les Centrafricains vivant au Burkina, surtout dans sa sphère estudiantine. Dans la lettre ouverte qui suit, le Président de cette communauté lance un cri de détresse à l’endroit du Président du Faso, Blaise Compaoré.

 

Amos Binguelet, président de la Communauté centrafricaine au Burkina (Ph : B24)
Amos Binguelet, président de la Communauté centrafricaine au Burkina (Ph : B24)

Excellence Monsieur le président,

 Au regard de la crise sociopolitique que traverse notre pays la Centrafrique, nous Centrafricains du Burkina sommes confrontés à d’énormes difficultés pour notre séjour dans votre pays.

En effet, la Communauté vivant au Burkina est estimée à six cents (600) personnes dont plus de quatre cents (400) étudiants expulsés de leurs logements parce qu’ils n’arrivent pas à honorer leurs loyers.

 Le pire est que ceux-ci n’arrivent plus à manger à leur faim ; tout cela parce que  les bourses sont interrompues au pays et leurs familles d’origine ne parviennent plus à les soutenir convenablement.

C’est fort de tout cela que nous lançons un cri de cœur à vous dans l’espoir que notre situation retiendra votre attention et que vous viendrez au secours des cœurs meurtris.

 Tout d’abord, nous sollicitons la réalisation d’un campus des étudiants ressortissants de la Centrafrique ; ensuite une prise de mesure afin d’honorer les arriérés de paiements des loyers des étudiants.

Enfin, une Alerte de la CONAREF (Commission nationale pour les réfugiés, NDLR) pour une prise en charge totale des conditions de vie des Centrafricains du Burkina.

D’ores et déjà, recevez Excellence, notre gratitude et notre reconnaissance quant à votre engagement à assurer notre sécurité et notre intégration dans le pays des hommes intègres.

Excellence,

Nous reconnaissons en vous, un homme sage pétri de paix et de générosité, de fait, recevez toute notre considération la plus distinguée.

 Structure de références :Le président de la Communauté Centrafricaine du Burkina

–          SP/CNI

–          Coordination des communautés vivant au Burkina Faso

– (ccvbf)Amos BENGUELET

NDLR : Le titre est de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

5 commentaires

  1. mes s?urs centrafricaines et mes fr?res central-africains. J’ai confiance ? notre PAPA Joli de Kossyam Pr?sident du Faso, Blaise Compaor?. Il va agir de fa?on int?gre comme le NOM de notre pays, pays des hommes int?gre. Je pense aussi ? celles et ceux d’entre nous au Burkina Faso qui sont dans la peine et la difficult?, au courage qu’il leur faut pour tenir bon et surmonter les ?preuves de la vie, ? l’importance de pouvoir compter les uns sur les autres pour reprendre confiance et repartir de l’avant. Mes fr?res et S?urs central-africaines et central-africains chez nous au Burkina Faso vous ?tes vous. courage votre fr?re pour toujours colonel z?ro faut.

  2. Mr le president si possible faites quelque chose pour eux. Les etudiants centrafricains souffrent reellement et cela se repercute sur leur ?tude .
    Courage Chers freres de la centrafrique

  3. Ne vous inqui?te pas le president blaise compaor? va repondre ? votre demande car c’est un homme de paix et d?mocrate

  4. Il faut vraiment faire queque chose pour nos fr?res Centrafricains. La situation est tr?s d?licate en ce moment dans ce pays. Je demande aux locateurs de faire pardon et les laisser au moins ces ?tudiants terminer cette ann?e scolaire!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page