Sénégal : La semaine culturelle des Burkinabè bat son plein.

677 0

semaine culturelleAprès le Yemdou d’accueil de la FEFAS, c’est au tour de l’UFRBS (Union fraternelle des ressortissants Burkinabè vivants au Sénégal), la structure qui réunie en son sein tous les membres de la diaspora vivant au Sénégal sans distinction aucune, de faire vivre la communauté des hommes intègres à Dakar.

Depuis le samedi 15 Février 2014 a lieu la première édition de la semaine culturelle des Burkinabè du Sénégal. Placée sous le thème de « la culture facteur d’intégration régionale », elle consiste en une série d’activités, s’étalant sur trois jours. Elles ont débuté ce samedi par une randonnée pédestre et une nuit culturelle et se poursuivront tout le weekend des 22 et 23 février prochains.

Durant ledit weekend auront lieu deux matchs de football (entre les aînés et les femmes d’une part et un match d’intégration d’autre part), un dîner gala, une conférence et une rue marchande.

Il s’agit pour l’UFBRS, de magnifier la culture Burkinabè, de donner l’occasion de retrouvailles à grande échelle mais aussi de permettre aux membres de la communauté de se connaitre d’avantage.

Quoi de mieux qu’une semaine culturelle car, il faut le dire, c’est véritablement depuis environ deux ans que la communauté sort d’une sorte de léthargie dans laquelle elle était plongée tant au niveau de sa partie estudiantine que professionnelle. Pour preuve, pendant un certain temps, les seules occasions de retrouvailles et de communions générales étaient la réception du 11 décembre à la résidence de l’ambassadeur et la journée de la femme organisée par l’association des femmes burkinabè ; manifestations auxquelles il faut ajouter les activités des amicales burkinabè de certaines écoles/universités même si elles revêtent un caractère spécifique.

Cependant, depuis deux ans, la diaspora Burkinabè regagne du souffle, avec la sortie estudiantine au parc zoologique de Hann, le Yendou d’accueil des étudiants, les activités sportives, et maintenant la semaine culturelle ; cette communauté fait preuve de dynamisme ; toute chose qui doit être encouragée.

Si cette première édition est à saluer, il faut toutefois noter qu’elle se doit pour les éditions avenirs de s’améliorer et de palier aux insuffisances constatées à savoir le choix des dates qui ne permettent pas la participation de toutes les composantes de la communauté, notamment les étudiants qui en milieu de mois pour des raisons financières sont difficilement mobilisables. Il faut en plus améliorer la programmation des activités de sorte à permettre au grand nombre de participer car il est certain que cela ne peut être réalité si certaines activités sont programmées à des heures de cours ou de travail de certains comme c’est le cas les samedis matin.

Il y a également que pour les éditions prochaines, l’UFRBS doit revoir le caractère « sélectif » de certaines activités comme le dîner gala dont le prix est fixé à 30 000 F CFA ; toute chose qui exclut certainement la grande majorité de la communauté constituée par les étudiants que l’on verrait très mal débourser pareille somme ; laquelle somme dans une ville comme Dakar n’est rien de moins que l’équivalent d’au moins la moitié d’un mois de  loyer pour beaucoup.

Youssouf Bâ

Pour Burkina 24



Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *