Patrimoine culturel sur le site de l’aéroport de Donsin : Les historiens et archéologues à la rescousse

802 4

C’est pratiquement du nouveau au Burkina de voir que la question des biens du patrimoine culturel soit prise en compte dans un projet du genre l’aéroport de Donsin. En effet, dans le projet de construction des logements au profit des personnes affectées, s’il y a une question qui mérite une attention, c’est bien celle du patrimoine culturel et archéologique des villages de la zone. Cette question a été prise en compte et devrait faire école. Les explications ont été données en marge de la visite du Premier ministre sur les sites d’accueil.  

Dr Zagré/Kaboré Edwige de l’Université de Koudougou, membre de l’équipe des universitaires (Ph : B24)
Dr Zagré/Kaboré Edwige de l’Université de Koudougou, membre de l’équipe des universitaires (Ph : B24)

Des universitaires, archéologues et historiens, qui contribuent dans la réalisation de l’aéroport avec la maîtrise d’ouvrage de Donsin, cela pourrait paraître curieux. Et pourtant, ils ont bien leur mot à dire.

En effet, ils sont une équipe d’universitaires burkinabè qui ont été appelés en vue d’accompagner le projet. Leur rôle, « accompagnement pour la sauvegarde, la valorisation ou l’abandon des biens du patrimoine culturel et archéologique des villages de la zone d’emprise et des voies d’accès du projet ».

Cela est pratiquement nouveau reconnait le Dr Zagré/Kaboré Edwige de l’Université de Koudougou, historienne de l’art, spécialiste en gestion du patrimoine culturel et d’étude d’impact.

Elle explique que l’équipe dont elle est membre travaille afin que les populations soient accompagnées dans la sauvegarde ou la valorisation des biens culturels.

 Ainsi, l’équipe en 2011 a conduit une phase d’étude et de recherche sur le site et l’accompagnement sur le terrain est en cours. Parmi les premiers résultats atteints, il y a 1 076 tombes et 202 biens archéologiques et ethnographiques qui ont été inventoriés, étudiés et caractérisés.

Un Musée de l’aéroport

 Un travail laborieux, minutieux et sensible qui est abattu. Dr Zagré/Kaboré Edwige confie que les populations ont été coopératives dans ces aspects du projet. Certains biens ont été délocalisés et des rites devraient suivre pour cela.

Pour ce faire, il a même été voté un budget afin de permettre aux populations de faire les rites en question. Chaque village a donc reçu un soutien pour cela.

 Les questions donc de clairières, de bosquets, arbres historiques, collines sacrées, rivières, puits, grottes, autels et sites domestiques sacrés, édifices religieux, etc. devront être résolues selon la volonté des populations concernées. Si une telle initiative n’est pas nouvelle, la dernière daterait de très longtemps.

Il est envisagé en plus, un musée de l’aéroport dans le projet qui pourrait prendre en compte beaucoup d’aspect de l’histoire de Donsin. A cela il faut ajouter, une banque de données qui existe déjà  à propos de la question archéologique et historique.

Lorraine KALMOGHO (Collaboratrice)

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Bravo! Bravo! Enfin on commence a comprendre qu,il n,ya pas d,avenir dans une nation quand on ne sait pas preserver et valoriser l,histoire,la culture. La fouille doit etre systematique avant que les buldozer ne commencent et ce sur tous les chantiers.

  2. Felicitations a tous ceux qui travail a conserver et valoriser notre culture. Ce travail doit etre repeater partout ou cela est necessaire.

  3. Bravo au service qui dirige les travaux de l’a?roport de Donsin, associ? les historiens et arch?ologues pour ?viter de frustrer les populations qui tiennent a leurs sites sacr?s et ? leur tr?sor culturel. Il faudrait qu’une telle initiative se prolonge et tout d’autres travaux comme le bitumage des voies, la construction de pont etc

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *