Situation nationale : le PDS/Mètba informe ses militants du Kadiogo

478 4

Le bureau politique du Parti pour la démocratie et le socialisme, parti des bâtisseurs (PDS/Mètba) a organisé une Assemblée générale avec les responsables des structures de base du parti dans le Kadiogo, le 1er mars 2014 à Ouagadougou au siège du parti.

Les militants du parti à l'Assemblée générale (Ph : B24)
Les militants du parti à l’Assemblée générale (Ph : B24)

L’objectif de cette rencontre, explique le Premier vice-président du parti, Etienne Traoré, est de rompre « le déficit de communication » entre la direction et les militants et les informer « directement » sur les derniers développements de l’actualité nationale. Cela afin d’avoir « une vision commune sur la situation ».

Une circulaire a été prise à cet effet.

Concernant justement l’actualité nationale, marquée par les démissions au sein du parti au pouvoir, Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), et la création du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le premier vice-président a été interrogé par la presse si le parti ne craignait pas des défections dans ses rangs.

Indiquant que « les gens aiment ce qui est nouveau, ils aiment aussi là où il y a l’argent », Etienne Traoré déclare qu’il ne connaît cependant pas  de « situation de tentative de départs » au PDS/Mètba.

« Une certaine identité de points de vue » avec le MPP

Selon Etienne Traoré, premier vice-président du PDS/Mètba, il n'y pas de « situation de tentative de départs » (Ph : B24)
Selon Etienne Traoré, premier vice-président du PDS/Mètba, il n’y pas de « situation de tentative de départs » (Ph : B24)

Se basant sur l’expérience des leaders, il estime que le parti, au niveau de sa direction, a peu de chance de connaître ce « genre de problème ».

Mais quels rapports pourraient exister entre le PDS/Mètba et le MPP ? Etienne Traoré répondra que le parti attend de rencontrer le nouvel arrivant (accepté déjà au sein de l’opposition). Mais déjà, il notera des atomes crochus avec le MPP.

« Ils se situent à gauche où nous sommes déjà, ils se disent socio-démocrates, dit-il. Il y a, au point de vue de la proclamation de foi, une certaine identité de points de vue ».

En plus des informations, l’AG du 1er mars servira également de cadre pour discuter de la vie interne du parti.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Ces partis ressemblent plut?t ? des enfants jaloux chacun de son jouet. S’ils refusent de grandir, ils seront encore pendant longtemps les meubles de la sc?ne politique nationale

  2. la situation actuelle impose a l`opposition de faire des alliances en son sein pour mener a bien le combat de l`alternance

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *