Prévention des conflits sociaux : Les inspecteurs et contrôleurs du travail appelés à la rescousse

La Conférence nationale des inspecteurs et contrôleurs du travail du Burkina se tient du 17 au 18 mars 2014 à Ouagadougou. Cette 3e session développe le thème de la « contribution de l’inspection du travail dans la prévention et le règlement des conflits sociaux au Burkina ».

Les inspecteurs et contrôleurs du travail tiennent leur 3e conférence nationale (Ph : B24)
Les inspecteurs et contrôleurs du travail tiennent leur 3e conférence nationale (Ph : B24)

Après les éditions de 2006 et 2011, la Conférence nationale des inspecteurs et contrôleurs du travail du ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale a ouvert ses portes ce lundi à Ouagadougou sous les yeux du Premier ministre Luc Adolphe Tiao.

La présente édition tient compte du contexte actuel du Burkina, marqué par l’incivisme et les revendications sociales. Des crises qui, selon le ministre de la Fonction publique, mettent à rude épreuve l’autorité de l’Etat.

De plus, ajoute le Premier ministre, « l’adaptation des pratiques s’impose aujourd’hui d’autant  plus que (…) la société burkinabè est en pleine mutation avec parfois des comportements individuels et collectifs qui défient l’autorité de l’Etat, s’ils ne la remettent pas purement et simplement en cause ».

C’est ainsi que les contrôleurs et les inspecteurs du travail, en tant que « véritables artisans du dialogue social et de la conciliation  entre acteurs en conflit en milieu de travail », selon Vincent Zakané, peuvent contribuer à prévenir et à régler les conflits.

D’où le thème de la conférence, « contribution de l’inspection du travail dans la prévention et le règlement des conflits sociaux au Burkina ».

La conférence parlera également des règles et des conditions de travail des inspecteurs et contrôleurs, notamment la valorisation du corps, la sécurité, l’éthique et la déontologie et le renforcement des capacités des agents.

« On vous comprend »

 François Murangira, Directeur de l’équipe technique d’appui au travail décent du Bureau sous-régional de l’OIT (Organisation internationale du travail), a trouvé pertinentes ces questions qui seront développées.

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao (milieu) assure qu'un cadre de dialogue s'ouvrira pour discuter de la revalorisation du statut des inspecteurs et contrôleurs du travail (Ph : B24)
Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao (milieu) assure qu’un cadre de dialogue s’ouvrira pour discuter de la revalorisation du statut des inspecteurs et contrôleurs du travail (Ph : B24)

Parlant justement des conditions de travail, les inspecteurs et contrôleurs du travail ont observé en fin 2013 et en début 2014 deux sit-in pour revendiquer une revalorisation de leur statut et une meilleure sécurité dans l’exercice de leurs fonctions.

Le Premier ministre, dans son discours, a dit comprendre les doléances des inspecteurs et contrôleurs et reconnaît qu’ils travaillent dans des conditions difficiles.

« C’est inquiétant de la part que ceux qui sont censés nous empêcher d’avoir des conflits », dit-il car, « s’ils y arrivent, ajoute-t-il, c’est que c’est grave et c’est sérieux ».

Luc Adolphe Tiao a alors assuré qu’il instruira le ministre Vincent Zakané afin qu’ils se retrouvent « dans un autre cadre de dialogue » et il croit qu’une solution sera trouvée pour tenir compte de la spécificité du corps. « Et j’espère que ce sera la dernière fois que les inspecteurs et les contrôleurs iront en grève parce que c’est eux qui empêchent que les grèves arrivent », a terminé le Premier ministre.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page