SÉNÉGAL : Inquiétude des populations face à l’épidémie de la fièvre Ebola.

520 0

L’inquiétude gagne de plus en plus les pays limitrophes de la Guinée Conakry dont le Sénégal où les populations craignent de plus en plus d’être frappées par l’épidémie de la fièvre Ebola.

« Au moinsebola3bis 59 des 80 personnes qui ont contracté Ebola dans ce pays d’Afrique de l’Ouest sont mortes jusqu’à présent.

Ces derniers jours, la fièvre hémorragique mortelle s’est rapidement répandue des préfectures de Macenta, Guéckédou et Kissidougou (Sud) à la capitale, Conakry », a déclaré l’UNICEF.

Il s’agit là du communiqué qui a mis le feu aux poudres.

Cette épidémie qui est souvent accompagnée de fièvre virale et d’hémorragies est apparue au mois de février dans le sud de la Guinée et se propage depuis dans ce pays qui n’arrive pas pour l’heure à l’enrayer.

Les préoccupations des populations croissent de jour en jour et cela est très perceptible sur les réseaux sociaux pour ce qui concerne le Sénégal. En effet, l’on constate sur ces réseaux sociaux que de nombreuses personnes sensibilisent sur les symptômes de la maladie et sur les mesures d’urgence à prendre.

En ce qui concerne les autorités sénégalaises, il y a une volonté de rassurer notamment avec l’annonce qui a été faite par le Directeur de la prévention, le Dr. El Hadj Mamadou Ndiaye qui a indiqué que le ministère de la santé et de l’action sociale avait décidé de renforcer la surveillance épidémiologique dans tous les centres de santé et plus particulièrement au niveau des frontières.

L’attention est portée sur les régions frontalières, Kédougou, Sedhiou, Kolda et Ziguinchor, à plus de vigilance, parce qu’étant considérées comme des zones à risque.

Ce dispositif est lancé en attendant que se réunisse le comité de gestion des épidémies qui a été convoqué et se tiendra très rapidement pour élaborer dans de plus amples détails un plan de riposte et de gestion afin d’être préparé à toutes les éventualités sans doute.

Par ailleurs, il est recommandé aux populations d’être vigilantes et d’adopter des comportement à moindre risque. Quand aux centres de santé il leur est recommandé de faire remonter les informations au niveau central le plus rapidement possible en cas de situation d’urgence.

Youssouf Bâ

Pour Burkina 24



Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *