Prétendants au GPNAL : Babanguida, une étoile dans l’ombre

A l’occasion de la 17è semaine nationale de la culture (SNC), des artistes de tout genre ont convergé vers Bobo-Dioulasso. Ils sont venus de toutes les contrées du Burkina et de la diaspora pour tenter leur chance au Grand Prix National des Arts et des Lettres (GPNAL). Certains se détachent déjà du lot par leur art, avant même de monter sur scène. Le 24 mars 2014, nous avons partagé quelques instants avec l’un d’eux, Babanguida, un jeune de Banfora lors des répétions avec son groupe musical à Bobo.

Babanguida dit tirer son inspiration la nuit dans la brousse (Ph : B24)
Babanguida dit tirer son inspiration la nuit dans la brousse (Ph : B24)

Babanguida, de son vrai nom, Ibrahim Traoré, est un artiste musicien et comédien venu de Banfora pour convoiter le trophée de la vedette de la chanson traditionnelle. Aussi doué dans la chanson que dans la maitrise de la kora, sa musique attire adultes et enfants comme des abeilles autour du miel.

Babanguida est présent à la SNC avec 3 titres qui dénoncent les crises socio politiques en Afrique, l’injustice et rendent hommage aux hommes de culture et au corps militaire, en français, dioula et siamou. Son talent lui a valu des voyages en Europe et des distinctions à des concours.

«Le public est ma drogue et en sa présence, je me donne à fond», dit-il. La rigueur qu’il s’impose tant par sa voix que par la danse l’a conduit aux festivals de Poitiers et Pessac, en France en 2010 et 2011, aux nuits atypiques de Koudougou et au festival de trajet de Tenkodogo.

Il a également été sacré deux fois vedette de la chanson traditionnelle au concours talent de jeunes en 2010 et 2012. Son rêve, a-t-il confié, c’est de devenir une star.

L’homme des rivières et de la brousse nocturne

L'artiste en pleine répétition avec son groupe (Ph : B24)
L’artiste en pleine répétition avec son groupe (Ph : B24)

«Je trouve mon inspiration la nuit en brousse, près des rivières», a-t-il confié. Selon lui, c’est en ces endroits qu’il trouve des choses intéressantes. Et c’est dans ces conditions qu’il dit réussir à composer ses chansons, dans un calme serein.

 Etant à sa deuxième participation, il espère rentrer à Banfora avec le premier prix, à défaut, être parmi les meilleurs de sa catégorie. En attendant sa prestation le 27 mars prochain, il multiplie les répétitions avec son groupe, forçant l’admiration de son entourage qui ne se fait pas prier pour venir savourer le son de sa voix au rythme de la kora, du balafon, et du tam-tam.

Mouniratou LOUGUE (Stagiaire)

Pour Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page