SÉNÉGAL : Fronde populaire autour du « Mur de la Honte ».

680 0

mur de la honteUn mûr est en train de mettre fin au long compagnonnage heureux entre le président Macky Sall et les populations de la ville de Dakar qui dure depuis pratiquement son élection en 2012.

En effet, si tout le monde peut s’accorder sur le fait que depuis son accession à la tête du pays, le président Macky Sall est en bons termes avec le peuple sénégalais même si forcement il y aura eu ça et là quelques petits désaccords mais pas de quoi remettre en cause cette atmosphère ; l’on doit reconnaître que quelque chose est en train de se passer et risquer de saper cette entente si rien n’est fait.

Un Mur et rien de plus ou de moins.  Voilà la pomme de discorde entre le gouvernement de Macky d’une part et la Mairie de Dakar et les populations Dakaroise d’autres part. Il ne s’agit cependant pas de n’importe quel mur car il s’agit du mur de la future ambassade de Turquie que cette dernière est en train d’ériger sur la corniche ouest de la ville.

Rappelons que c’est à la suite d’une descente de la brigade de contrôle de la mairie de Dakar que le problème est née.

En effet, la mairie dirigée par Khalifa Sall membre du Parti socialiste Sénégalais ( parti membre de la coalition Benno Bokk Yaakkar au pouvoir) a mis en place une brigade de contrôle des constructions dans la ville de Dakar a l’effet de lutter contre les constructions illégales qui ont atteint une certaine proportion dans la ville et contre laquelle lutte la municipalité depuis fin 2012. C’est donc dans ce cadre qu’une descente a été effectuée pour contrôler les autorisations de construire de la bâtisse de la future ambassade turque, lesquelles autorisations se sont avérées contraires aux lois en vigueur.

Effectivement,  l’autorisation a été donnée par voie ministérielle uniquement toute chose qui est en contradiction avec la loi aux termes de laquelle lorsqu’une bâtisse a pour objet le domaine public maritime, l’autorisation doit être donnée conjointement par le gouvernement et la mairie de la ville concernée. Dans le cas d’espèce, la Mairie de Dakar n’a ni été sollicitée à cet effet, ni autorisée ladite construction. Outre ce manquement, la loi stipule que le domaine public maritime est inaliénable, toute chose qui ne saurait être compatible avec la construction d’un bâtiment destiné à être une enclave diplomatique.

La réaction de la mairie ne s’est pas faite attendre. Elle a porté l’affaire au grand jour, brisant ainsi le silence dans cette affaire. Immédiatement le relais a été pris par les populations de la ville qui ont pris un certain nombre d’initiatives pour marquer non seulement son hostilité mais surtout empêcher la construction dudit Mur.

Dans ce cadre, une pétition a été lancée sur internet pour dénoncer et empêcher l’érection de ce qu’ils qualifient de «  Mur de la Honte ». La revendication n’est rien de moins que la destruction de ce qui a déjà été érigé. Cette pétition connait un certain succès et mobilise de grands noms de la contestation citoyenne tels que Bousso Gueye qui a avait refusé un visas français et avait dénoncé dans une lettre publique le comportement irrespectueux du personnel de l’ambassade de France au Sénégal.

Les Dakarois n’entendent pas sacrifier la belle vue qu’ils ont sur la mer mais aussi les beaux espaces de plaisance et de sport dont ils ne lassent pas, au profit des caprices d’une ambassade quelle qu’elle soit.

La réaction du Gouvernement se fait pour l’instant attendre mais dans un contexte où les élections municipales sont pour bientôt, il ne sera pas surprenant de voir le gouvernement donner un signal fort pour calmer le jeu et ne pas s’aliéner la sympathie des Dakarois. Cependant notons que certains dans les sphères du pouvoir redoutent l’incident diplomatique avec la Turquie.

Youssouf Bâ

Pour Burkina 24



Youssouf Bâ

Juriste, Spécialisé en Droit de l'Intégration. Journaliste, Poète.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *