Premier congrès du MPP : Le Parti veut écrire « une nouvelle page de l’histoire » du Burkina

696 13

Le Premier congrès ordinaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)  a ouvert ses portes ce 5 avril 2014 à la Maison du peuple à Ouagadougou. En attendant la clôture qui aura lieu le 6 avril 2014 au Stade municipal qui verra la naissance du nouvel exécutif du parti et son projet de société, le MPP sonne déjà la cloche du changement.

Les leaders du MPP à l'ouverture du congrès du 5 avril 2014 à Ouagadougou (Ph : B24)
Les leaders du MPP à l’ouverture du congrès du 5 avril 2014 à Ouagadougou (Ph : B24)

L’ouverture du premier congrès du MPP s’est faite avec la participation de 3 860 délégués.

Les discours de la cérémonie d’ouverture ont parlé changement et alternance en 2015. En témoigne d’ailleurs le thème du congrès : « Ecrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays en consolidant l’implantation de notre parti au sein du peuple pour une alternance démocratique en 2015 ».

Le Chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, a souligné que la décision de Roch Kaboré, Salif Diallo et Simon Compaoré, de démissionner du CDP (Congrès pour la démocratie  et le progrès (CDP), est arrivée « au bon moment » pour faire tourner définitivement le vent de la bataille de l’alternance en faveur de l’opposition.

Roch Marc Christian Kaboré, dans un discours parfois musclé, a salué les efforts fournis par le CFOP pour organiser davantage l’opposition et a assuré qu’à l’issue de ce congrès, le MPP inscrira désormais ses actions dans le cadre de l’institution.

Ne pas prendre en mal le « mercato politique »

Le MPP se veut une "force de changement", selon Roch Marc Christian Kaboré (Ph : B24)
Le MPP se veut une “force de changement”, selon Roch Marc Christian Kaboré (Ph : B24)

Il en a profité pour appeler à une union de l’opposition, insistant sur le fait que ce que la presse a appelé « le mercato politique » ne doit pas être vu comme des « manœuvres orchestrées pour déstabiliser les partis » qui sont touchés par des démissions au profit du MPP.

Les alliances, les fusions et les démissions que crée le MPP doivent être considérées comme l’occasion de « sortir de l’émiettement partisan actuel qui ne renforce ni la démocratie ni la bonne gouvernance dans notre pays », estime Roch Kaboré.

Le président du MPP  a, pour le reste, rappelé que le parti fonde son action sur la jeunesse et les femmes. « Rien de durable ne saurait (…) se faire désormais sans que la question cruciale du devenir de la jeunesse ne soit au centre, dans une perspective qui intègre la promotion du genre », a affirmé l’ancien président de l’Assemblée nationale burkinabè.

Roch Marc Christian Kaboré a enfin réaffirmé l’opposition du MPP à la révision de l’article 37 de la Constitution et à la mise en place du Sénat. Il a pour cela appelé la FEDAP-BC et le CDP à renoncer à ces projets.

« Il est encore temps d’y renoncer, au nom de la paix et de l’amour que nous devons tous avoir pour le peuple que nous sommes  censés servir », a-t-il dit.

Le premier congrès ordinaire, dont l’ouverture a vu la participation de l’International socialiste et de l’Union internationale de la jeunesse socialiste du Chili, au soir du 6 avril 2014, devra élire le Bureau politique national et le bureau exécutif et établir les textes fondamentaux du MPP que sont le  Manifeste, le projet de société et les statuts et règlement intérieur.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 13 commentaires

  1. L’heure du changement a sonn? AU FASO nous devons donc faire en sorte qu’il se fasse dans un climat apais? et BLAISE aussi doit reflchir profond?ment afin de pouvoir marquer l’histoire de notre pays en sortant par la grande porte.

  2. je ne veux pas ?tre pessimiste mais il me faudra voir pour croire comment un loup d'il y a ? peine 5 mois peut devenir un agneau dun coup.
    quand on parle de changement il ne s'agit pas uniquement des personnes ? la t?te de l'ex?cutif mais surtout des id?es, des programmes. et si ces messieurs ont vraiment chang? ?a signifie que soit ils ignoraient les aspirations des citoyens quantd ils op?raient au sein du CDP, soit ils ?taient hypocrites.

    Rien ne change si celui qui prend la place du CDP continue son oeuvre.
    si en 2015 c'est le MPP qui a le pouvoir nous allons nous retrouver encore gouvern?s par ces m?me personnes qui sont au CDP. la seule diff?rence est que le parti au pouvoir ne s'apellera plus CDP mais MPP.
    Et ?a signifie que tous les dossiers houleux dans lesquels ils sont impliqu?s resteront dans les tiroirs.
    et quand le peuple manifestera encore son m?contentement ils vont encore d?missioner et cr?er un nouveau parti en pr?textant q'ils ont eu ? commettre des erreurs et sont l? pour l'alternance.

  3. Le peuple doit faire la d?mocratie pour les politiciens. Faisons en sorte qu’il y ai une opposition forte quelque soit celui qui remportera l??lection de 2015 .C’est de l? que viendra notre salut. Appel ? r?flexion

  4. Je sens le coup foir? sans les actions de ce nouveau parti. le MPP ne peut pas ?tre une alternative cr?dible pour le BF. Le changement qu’il pr?ne ne me convainc pas. De m?me la discours que tiennent ces leaders m’amuse car j’ai l’impression qu’ils veulent prouver ? l’opinion qu’ils ont mal agit parce que Blaise avait mis une arme sur la tempe. Foutaise.

  5. la coalition que tente de mettre en place le mpp est juste un simple retour ? la maison des opposants fantoches que Salif et ses sbires avec contribu? ? mettre en place pour diviser l’opposition burkinab?. du coup, je me sens plus ? l’aise avec l CDP.

  6. je trouve que le gens s’enthousiasment un peu trop vite pour ce nouveau parti. je suis curieux de constater que ces m?mes acteurs politiques veulent se blanchir politiquement. mais peuvent pour autant effacer leur pass

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *