Musique : Standing ovation pour le 3e album de Victor Démé

236 6

Après “Victor Deme” en 2008 et “Deli” en 2010, Victor Démé a présenté « Yaafa kè », son 3e album, au public Ouagalais. C’était le samedi dernier, au Grand Méliès à l’Institut français, devant une salle comble et un public ému.

Victor Démé sur scène au Grand Méliès. Ph. IF
Victor Démé sur scène au Grand Méliès. Ph. IF

Malgré un retard de plus d’une heure occasionné par une panne de groupe électrogène, le public n’a pas bougé. Il était peut-être attiré par la décoration particulièrement belle de la scène, mais surtout il ne comptait sûrement pas manquer la première présentation de « Yaafa kè ».

En une heure et demi, l’artiste a présenté les treize titres de son troisième album. « Yaafa kè », en langue djula, signifie ‘’pardonner’’. Pour Démé : « La génération actuelle ne s’entend pas avec ses parents, elle n’a pas leur temps. Alors qu’il est mieux de discuter souvent avec les parents pour comprendre certaines choses. A travers mes chansons je demande aux parents de pardonner aux enfants, de prier pour nous. »

Le public est resté attentif, souvent ému par les rythmes et les paroles qu’il entendait. A la fin, après avoir interprêté son fameux titre “Djon Maya“, le public s’est levé pour saluer l’artiste. Une spectatrice nous confie à la sortie : « C’était tellement bien qu’on ne sait pas quoi dire. J’ai aimé tous ses albums et j’aime celui-là aussi. » Victor chante essentiellement en langues locales (marka, djula, mooré…) car, dit-il, il ne maîtrise pas le français.

Ce concert a été l’occasion pour Démé de partager une scène avec des artistes plus jeunes mais plein de talent. Il s’agit de Patrick Kabré et Alif Naaba qui ont chacun accompagné Victor sur un titre. La première partie a été assurée par Baba Commandant, un de ses musiciens. Celui-ci a déjà un album sur le marché, « Djuguya », produit par le manager de Victor Démé.

Victor Démé, originaire de la ville de Bobo-Dioulasso, est l’un des chanteurs burkinabé les plus connus au monde. A 52 ans, sa voix, héritée de sa griotte de mère, semble ne connaître aucune ‘’ride’’. Ses doigts caressent aisément les cordes de sa guitare, quand il ne se déhanche pas sur les sonorités produites par ses musiciens.

Alif Naaba et Victor Démé chantent Nelson Mandela

Alif Naaba
Alif Naaba à la sortie du concert. Ph.B24

« C’est un honneur pour moi de chanter avec Démé. C’est quelqu’un de très inspiré. Cet album doit avoir écho au Burkina, car ce n’est pas normal que depuis toutes ces années Victor n’ait été plébiscité qu’à l’extérieur. Il faut que ses compatriotes apprennent à connaitre son travail. C’est important car c’est un fils du pays qui fait honneur au pays.

L’hommage à Mandela c’est une idée de Victor. Il m’a invité à partager une chanson qu’il a écrite pour Mandela, car il sait que j’aime et admire beaucoup ce grand homme. Je trouve que c’est beau qu’il ait ouvert une fenêtre dans son album pour rendre hommage à cet homme qui a tout donné pour son pays. Il sert d’exemple à l’Afrique, et  c’est un créneau qui doit être exploité par toute l’Afrique, et surtout ses dirigeants. Les paroles que Victor Démé a dite pour Mandela dans cette chanson sont exactement exactes et justement justes. »

Il y a 6 commentaires

  1. je le connais pas assez mais sa chanson djon maya ma touche.c est l un des grand artiste du pays.cher organisateurs de spectacle svp faites nous profitr de lui.c est injuste qu’on parle de lui a l’exterieur pourtant il n’est pas connu ici.bon vent papa DEME

  2. je le connais pas assez mais sa chanson djon maya ma touche.c est l un des grand artiste du pays.cher organisateurs de spectacle svp faites nous profitr de lui.c est injuste qu'on parle de lui a l'exterieur pourtant il n'est pas connu ici.bon vent papa DEME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre