Alain Edouard Traoré à propos de l’accident d’Atakpamé : Le gouvernement compte « assumer au-delà de ses responsabilités »

590 0

Le point de presse du gouvernement, du 16 avril 2014, a reçu le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré qui a répondu à des préoccupations ayant trait à l’actualité nationale et le ministre des Ressources animales et halieutiques, Jérémy  Tinga Ouédraogo.

Alain Edouard Traoré au point de presse du gouvernement du 23 janvier 2014 (Ph : B24)
Alain Edouard Traoré au point de presse du gouvernement du 23 janvier 2014 (Ph : B24)

D’entrée de jeu, le ministre porte-parole du gouvernement a promis que le gouvernement compte « assumer au-delà de ses responsabilités », l’accident d’un car au Togo ayant entraîné 48 morts, dont 24 Burkinabè.

Aussi, il a confié : « Nous nous sentons purement responsables ». Pour le porte-parole du Gouvernement, le gouvernement  a pris toute la mesure de la chose et est « sur le vif ».

Les ministres des différents départements concernés suivent l’affaire de bout en bout, a-t-il confié.  Une mission administrative a été dépêchée et une autre ministérielle également. Il  fait savoir que le deuil national est une perspective. Et que l’engagement du gouvernement est total pour le suivi de l’affaire.

Trouver : La liste des Burkinabè décédés et des blessés

Des kits contre Ebola

Répondant à une question en rapport avec la fièvre appelée Ebola qui brûle l’actualité et consume des vies dans les pays non loin du Faso, le porte-parole a fait savoir que le gouvernement s’est mis en contact avec l’Organisation mondiale de la Santé et cette dernière a mis à sa disposition des kits.

Alain Edouard Traoré dit  ne pas être informé  de l’agenda du président ivoirien dans le cadre de la « médiation » entreprise, en tout cas, les rencontres entre Alassane Ouattara et des acteurs du landerneau politique burkinabè. Mais il a positivement apprécié l’ouverture au dialogue occasionnée par cette démarche.

Pour la prise en compte des agents des Etablissements publics de l’Etat (EPE)  et les Etablissements public à caractère administratif (EPA) devront patienter, le temps de la procédure pour être pris en compte effectivement dans les nouvelles mesures issues des négociations gouvernement/Syndicats.

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Jérémy  Tinga Ouédraogo, a pour sa part fait le bilan de 2013 de son sectoreur et évoqué les actions en projet pour l’année en cours. Pour ce qui concerne les activités déjà réalisées, le ministre Ouédraogo a rappelé que les acteurs de son secteur ont vu leur fourbi alourdi.

7 020 Burkinabè ont reçu des poules

 Les techniciens en matière d’élevage ont connu un « accent particulier » en vue d’assurer un accompagnement conséquent à tous ceux qui veulent se lancer dans l’élevage. En plus de l’alimentation du bétail qui a été au centre des préoccupations, il y a également une  politique hydraulique pastorale qui a été étudiée.

Le programme de développement de l’aviculture traditionnel a permis de doter des Burkinabè en équipement nécessaire pour mener à bien cette activité. 7 020 personnes ont reçu chacune 10 poules et un coq.

Avec le calcul que chacun pourrait produire en un an environ 500 volailles, cette initiative entend contribuer au développement de secteur de l’élevage. Un programme laitier a également été lancé, sans oublier la couverture vaccinale qui a été satisfaisante, à en croire le ministre.

Pour 2014, entre autres, le programme laitier sera mis en œuvre. Des éleveurs seront répertoriés et dotés en vache laitière et seront encadrés. Des actions sont prévues dans le sens de la transformation, a fait savoir le ministre, pour rester dans la ligne fixée à partir de la Journée nationale du paysan en son édition de 2014.

 Dofini BANLO (COLLABORATEUR)

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Tous les eleveurs vont fuire le Burkina car s’ils ne sont harcel?s par les paysans, ce sont les agents des eaux et forets qui les escrquent.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *