La loi anticorruption plus prioritaire que le référendum, selon le REN-LAC

556 10

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) estime que l’adoption de la loi anti-corruption au Burkina est plus prioritaire que le référendum. « Une priorité absolue », précise le Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif (SE) du REN-LAC, lors de la clôture de la 14e assemblée générale ordinaire (AGO)  du réseau, le 24 avril 2014.

Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du REN-LAC : "L'impunité avance dangereusement" (Ph : B24)
Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du REN-LAC : L’adoption de la loi anti-corruption est “une priorité absolue” (Ph. D’archives : B24)

« Le gouvernement se mobilise plus aujourd’hui autour de l’organisation d’un référendum inopportun et coûteux pour sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels, mais nous tenons à lui dire que les vraies attentes du peuple se trouvent ailleurs », a adressé au gouvernement burkinabè Dr Claude Wetta, SE du REN-LAC à la clôture d’une AGO, le 24 avril 2014.

Et parmi ces «vraies attentes » figure l’adoption de la loi anti-corruption. C’est une « priorité absolue » aux yeux du premier responsable de cet organisme de la société civile burkinabè.

Dr Claude Wetta justifie cette priorité par l’état de la  corruption qui « demeure omniprésente » au Burkina, malgré des progrès « timides » en 2013 avec les syndicats de magistrats qui se sont unis pour « défendre l’indépendance du pouvoir judiciaire ».

Le Secrétaire exécutif rappelle que les huit mesures promises par le Premier ministre en septembre 2012 contre la corruption, notamment le traitement des cas diligents de malversation, n’ont toujours pas eu d’effet.

« A ce jour, aucun auteur de crimes économiques n’a été traîné devant les tribunaux comme le relève notre mémorandum remis en décembre au gouvernement », relève Wetta.

Autant de raisons qui poussent le REN-LAC à faire de  l’adoption de la loi anti-corruption, un « grand défi » et pour laquelle Dr Claude Wetta a fait le serment ce jour avril que « tant que cette loi ne sera pas adoptée et promulguée sans une virgule de moins, nous n’aurons pas de repos ».

En attendant, la 14e Assemblée générale du Réseau a donné « quitus » à l’organe exécutif pour toutes les actions qu’il a posées en 2013 dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2013-2016.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 10 commentaires

  1. On reconnait que la corruption,nous devons lutter contre fl?au mais pour le moment on doit penser au peuple et faire de sorte qu’il soit en paix.Nous sommes tous d’accord que sans la paix rien ne peu se faire.

  2. NOUS savions ce que nous voulions,?coute nous savions tous que la corruption est une gangr?ne pour le d?veloppement d’une nation,mais il faut accepter qu’aujourd’hui compte tenue de la conjoncture il est indispensable que le referendum passe en premi?re phase,pour un Burkina rempli de paix.

  3. pour d?gager blaise et sa malgouvernance mobilisons-nous! ceux qui jouent aux specialists en droit un peu d'humilit? ;les profs de droit constitutionnel sont clairs: peut pas ?tre modifi?.ces ignorants qui nous disent que blaise apporte la paix: rappelez vous d'oct 1987,D?cembre 1998, les mutineries de 2011 etc.

  4. jules tu d??ois la jeunesse burkinab?.la corruption aura sa fin avant la fin du mandat de ton pr?sident.il refuse la loi car il sait que ces hommes ont vol? et ils vont tous r?pondre .ne tant fait pas.

  5. Les dossiers de corruption sont l? avant cette histoire de r?f?rendum . Franchement nous faisons piti? , les 2 premiers intervenants pensent r?ellement le bien de ce pays ? Tout se fait par ?tape m?me le vol? Si c’est comme ?a que vous ?tes dans vos partis, Yako Burkina .

  6. La lutte anti-corruption est noble mais peut attendre apr?s 2015. Par contre la question du s?nat, du r?f?rendum et de l’article 37 doit ?tre trancher maintenant sans attendre sans une minute de retard. Donc la priorit? du comment c’est le referendum et l’article 37.

  7. Mr Dr Claude Wetta, dans une vie tout ce fait par ?tape et pour le moment il est plus que n?cessaire de mettre le peuple sur la m?me longueur d’onde avant d’aborder une quelconque r?solution d’un maux de cette soci?t?. Si le peuple n’a pas trouv? de consensus sur le plan politique aucune question ne trouvera une solution parce que les gens auront toujours une r?flexion partisane.

  8. Voil? une bonne parole de l?ann?e pour le peuple Burkina.????? Freiner la corruption ? ciel ouvert.????? Si le pr?sident Blaise Compaor? avait mis un ton ferme pour radier la corruption dans sa gestion des affaires de l??tat, au lieu de dire sur une chaine de t?l?vision que la corruption est un fl?au international, il n?aura aucune difficult? ? demander la confiance du peuple pour se repr?senter. Il faut l?alternance pour freiner les belles m?res qui se croient tout permis avec le denier de l??tat, ou les 4×4 qui tarissent la caisse de l??tat pour le plaisir de certains, pourtant ? nos jours, 90% de la population Burkinab? n?a pas un repas par jour. Bravo B24 et les responsables de REN-LAC pour cette analyse qui mettra de l?eau dans le vin des partisans du S?nat et du referendum. Le peuple est m?ri et rien ne serait comme avant. Pas de s?nat, pas de referendum, mais une alternance apais? pour l?avenir de nos enfants et un Burkina ?mergent.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *