Aziz Diallo, président d’honneur du Festival Leelal Sahel: “La première richesse culturelle du Sahel est sa diversité”

796 3

Le Festival Leelal Sahel a refermé ses portes le 27 avril passé à Dori, après trois jours d’effervescence pour la culture du Sahel. Danse, théâtre, artisanat, carnaval, art vestimentaire, d’autres formes de manifestations culturelles étaient à l’honneur  à cet évènement naissant et qui nourrit l’ambition de faire briller la lumière du clair de lune sur la richesse culturelle des peuples du Sahel. Burkina 24 revient sur cet événement dans cet interview avec Aziz Diallo, natif de Dori et président d’honneur du festival.

Bintou Diallo : Parlez-nous du Festival.

Aziz Diallo : Le Festival Leelal Sahel, qui veut dire Clair de Lune du Sahel, se veut un cadre de valorisation et de promotion de la richesse culturelle du Sahel. Le Sahel aujourd’hui est un reflet des diversités culturelles de notre pays et de la sous région. L’Association pour un Développement Durable de la Province du Seno a trouvé opportun de servir cette richesse aux populations à travers des compétitions de théâtre, de danses traditionnelles de niveau scolaire, de danses individuelles, et aussi des prestations d’humoristes et d’artistes. Le carnaval qui fut l’entrée en matière du Festival a vu les différents groupes ethniques de la région arpenter les rues de la ville de Dori, en tenues et parures traditionnelles. Des artisans chevronnés de la ville ont aussi animé une rue marchande avec à la clé pour les élèves des écoles primaires de Dori des démonstrations de fabrications d’objets à base de cuir et peau.

BD : Comment appréciez-vous la vie culturelle dans le Sahel ?

AD : La culture est un élément très important dans le Sahel. Les sahéliens y étant très attachés, elle est très influente et apparente dans leur quotidien, et cela de génération en génération. C’est une richesse qu’il est très important de préserver. Beaucoup s’y emploient, a la mesure de leurs moyens. Que ce soit des chanteurs, des conteurs, des griots, des danseurs, des humoristes, etc, chacun porte en lui les vestiges de la richesse de la culture sahélienne, et, a l’occasion, se font l’honneur de montrer aux populations leurs aptitudes, leurs talents.

BD : Y a-t-il des richesses culturelles particulières que vous souhaitez vendre au monde a travers ce festival?

AD : On se dit que la première richesse culturelle du Sahel est sa diversité, et l’harmonie avec laquelle ces différentes cultures cohabitent. C’est très important. Aussi, nous avons senti une opportunité de créer un cadre d’expression de nature compétitive. Nous avons vu des écoles primaires rivaliser en danse traditionnelle, des troupes de théâtre de Dori, de Gorom-Gorom, de Gorgadji se mesurer autour du thème de cette édition, qui est “Les cultures sahéliennes, facteur de cohésion sociale”. Nous avons aussi vu compétir des danseurs du Soum, de l’Oudalan, et du Seno. Pendant la nuit des lauréats, nous avons vu des artistes originaires de la région tel Dicko Amadou, Alberi Cissé, Kaltchimo, Maiky Dool, Dicko Fils, etc, et d’ailleurs au Faso comme Amsa Bella, JPP, Karsamba Warga offrir le meilleur d’eux mêmes, pour le plaisir des populations. Voir aussi, en coulisse, autour d’un déjeuner, ces artistes échanger et s’encourager, fut aussi une source de bonheur. Ce Festival se veut donc complémentaire des autres initiatives que nous saluons au passage.

BD : Quelles sont vos ambitions pour les années à venir?

AD : Nous avons beaucoup appris à travers cette première édition. Nous avons connu des difficultés. Nous les mettons sur le compte d’une première édition. Aussi, il fallait s’y attendre, la mobilisation des ressources financières ne fut pas aisée, au point où nous avons dû sursoir a certains volets du Festival. Par exemple, nous n’avons pas pu “régionaliser” certains volets, notamment la compétition de théâtre et de danse traditionnelle de niveau scolaire. Grâce a certains sponsors dont I AM Gold, Airtel Burkina Faso que nous saluons au passage, et surtout grâce à nos deux parrains, le Député/Maire de la ville de Dori, et Madame la Ministre de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation, nous sommes ravis d’avoir pu servir trois jours de plaisir, d’émotion, de bonheur aux amoureux de la culture sahélienne. Nous avons noté un engouement sans faille des populations depuis que nous avons émis l’idée du Festival. Vous serez surpris de voir combien de monde ont mis la main à la poche pour nous apporter leur contribution, leur soutien. Vous serez surpris de voir combien d’élèves, d’étudiants se sont mis à notre disposition pour nous accompagner dans l’organisation du Festival, et qui sont restés à nos cotés jusqu’au dernier jour. Tout ceci nourrit nos ambitions. On ne compte pas s’arrêter là, par la Grâce de Dieu. Nous allons travailler encore plus, et nous atteler a servir une meilleure édition l’année prochaine, avec plus d’accent sur l’aspect régional. Nous envisageons ouvrir le festival à d’autres régions, et aussi à d’autres villes du Niger, du Mali, car nous sommes convaincus que ces brassages culturels raffermissent les liens entre les peuples, et enrichissent les cultures.

Bintou Diallo, en collaboration avec Justin Yarga.

Pour Burkina 24



B. Diallo

Correspondante de Burkina24 au Canada (Sherbrooke) Diplômée en Maîtrise en administration publique (concentration internationale) de l’École nationale d’administration publique de Montréal et en science politique de l’Université de Montréal.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *