Exploitation minière : la dégringolade de SEMAFO au Burkina

702 7

Or couléeLe groupe canadien SEMAFO présent dans le gisement aurifère de Mana dans l’Ouest du Burkina Faso a réalisé une contre-production au premier trimestre de l’année 2014 comparativement à l’année dernière.

A Mana, l’exploitant canadien a produit 35 000 onces d’or durant le premier trimestre de l’année 2014 contre 42 700 durant la même période en 2013, ce qui représente 17% de baisse.

Cette production a rapporté 38,5 millions de dollars, 47% de moins également. C’est donc une année assez difficile pour SEMAFO, présent en Afrique de l’Ouest dans le domaine de l’exploitation minière.

Avec une perte d’exploitation de 14,7 millions de dollars contre un bénéfice de 21 millions sur la même période en 2013, le groupe canadien a aussi  ainsi enregistré une perte nette de 12,9 millions de dollars sur le premier trimestre, contre un bénéfice net de 11,5 millions durant les trois premiers mois de l’année dernière.

A l’analyse des chiffres, on constate une régression de la production et une baisse des bénéfices depuis 2011. L’or ne brille pas pour SEMAFO au Burkina.

Ces contre-performance sont certainement liées à l’épuisement des réserves minières du site exploité, et devraient du même coup interpellé les autorités du pays sur les limites du sous-sol, qu’il faille exploiter judicieusement.

La compagnie minière canadienne, elle, en tire déjà leçon ; avec un objectif de 200 à 250 000 onces en 2014, elle envisage réorienter ses efforts sur l’accélération du développement des secteurs miniers de Siou et de Fofina sur Mana.

Après avoir cédé la mine de Samira Hill au Niger, et décidé de placer la mine de Kiniero en Guinée en mode d’entretien et de maintenance, SEMAFO reste opérationnel seulement au Burkina Faso, en Afrique occidentale.

Boureima LANKOANDE pour Burkina 24

Source : jeuneafrique.com



Article similaire

Il y a 7 commentaires

  1. JE CROIS QUE LES NOUVELLES AUTORIT?S DE LA TRANSITION DOIVENT D’ABORD REVOIR LES CONTRATS DE SES VAUTOURS DE SOCI?T?. LES GISEMENTS COMME CEUX DE MANA NE DOIVENT PAS ?TRE CONFIES A DES SOCI?T?S D?LINQUANTS COMME SEMAFO. ILS SONT LA JUSTE POUR PILLER NOTRE SOUS-SOL. NOUS VOULONS DES SOCI?T?S D’EXPLOITATION RESPONSABLE,RESPECTUEUSE DE NOTRE ENVIRONNEMENT, ET DE NOS GOUVERNEMENT.

  2. semafo ! le fait que je ne sais pas ? qui profite les retomb?es des activit?s de cette soci?t?, qu’elle ferme ou qu’elle continue de fonctionner ne me dit rien. C’est une simple manie pour licencier et pour payer moins de taxes.

  3. mon ami, mana est a moins de 200km de ouaga, semafo a qon si?ge a ouaga a la zone du bois, si tu es journaliste s?rieux pas besoin de plagir? jeune afrique qui parait en france et qui a copi? ses infos sur le march? boursier et fait ses commentaires ?ronn?s. la baisse de la production est seuelemnt li?e a la chute du cours de l’or, lannn?e pass? a la meme p?riode la cours ?tai a 1.700 dollars l’once, la cours a chutt? jusqu’? 1200 en septembre 2013. toutes les soci?t?s ont revu a la baisse les charges et baisser la production pour ne pas perdre. les r?serves de Semafo ne sont pas ?puis?es, Semafo a la plus forte tenru d’or au burkina (4g/tonn). essakane est ? 1g/tonne. en plus avec l’extension a siou semafo a encore de l’or, cette baisse est temporaire et va remonter quant le cours de l’or augmentera, aller s’il vous plia la source pour vous informer.

  4. je ne sais pas comment l’analyse a ?t? faite pour affirmer que la SEMAFO a r?alis? une perte au premier trimestre 2014. on ne peut pas parler de perte, plut?t une baisse de production par rapport ? la m?me p?riode en 2013. une perte signifie pour nous (profane et gens averts) que les charges depassent les produits alors que c’est nullement le cas.
    Dites ? ces gens de SEMAFO, qu’ils peuvent liceci?s qui ils veulent comme d’habitude, et surtout qu’ils peuvent toujours cotinuer ? exploiter le peuple et tromper sa conscience avec l’aide de leurs complices que tout le monde connait. C’est la gourmandise qui les pousse ? donner de telle situation aux fins de s’accaparer de toutes les retomb?es de ces mines d’or.
    Que gagne le peuple burkinab? dans tout ?a!!!! je vous met en defi, montrez le moi!!!!
    Qu’ils ferment la mine et rentrent chez eux!!!!!!

  5. Le cas de SEMAFO est comparable aux autres sites miniers de notre pays qui connaitront t?t ou tard des probl?mes de productivit?s ou de vente.les ressources ne sont pas des richesses renouvelbles. lorsque nos dirigeants aident ? piller ces ressources,peut-on parler encore de developpement durable? est-ce que l’?mergence d’un pays consiste ?piller les richesses naturelles en faisnt fi de la tesruction de l’environnement? je vous signale en passant que des canalisations trainentl’eau de notre plus grand fleuve jusqu’? l’usine SEMAFO dans la zone de Safan?. cette m?me eau alimente les villes de D?dougou et Koudougou que je connais bien sans parler de l’abreuvage des animaux, de la p?che et des activit?s agricoles qui sem?nent le long du fleuve. que voulez laisser aux g?n?rations futures. de la d?solation? c’est cela le developpement au Faso

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *