ISTIC ET ISTC: vers un partenariat pour soutenir le TAC

207 0

Le secteur de la communication entend être le moteur du Traité d’Amitié et de Coopération Burkina Faso/Côte d’Ivoire (TAC).

Si la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) et la Radiotélévision ivoirienne (RTI) se veulent des symboles forts de l’intégration, les Éditions Sidwaya et Fraternité Matin les aiguillons de la locomotive TAC, l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) et son homologue de Côte d’Ivoire, l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC) se positionnent déjà comme des pôles de formation et de professionnalisation des journalistes et techniciens dans les domaines de la communication.

 C’est dans cette perspective qu’une trentaine d’étudiants de l’ISTIC et leurs encadreurs, en voyage d’études du 2 au 12 mai 2014 à Abidjan, ont inscrit l’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, à leur programme de visite du jeudi 8 mai 2014.

Après Fraternité Matin, la Radio Al Bayane, la RTI et l’ISTC, les étudiants burkinabè de l’ISTIC ont tenu à rendre une visite de courtoisie à l’équipe de la représentation diplomatique du Burkina en Côte d’Ivoire.

La délégation de 10 personnes était conduite par le Directeur de l’Institut, Noël Dah. Ce voyage d’études, selon la délégation vise à s’imprégner de l’encadrement pédagogique et des œuvres universitaires de même que des méthodes et politiques de formation des futurs journalistes et techniciens des médias, il sert également à jeter les bases d’une coopération future entre les deux instituts, l’ISTIC et l’ISTC, à l’image de Fraternité Matin et Sidwaya ou encore la RTB et la RTI.

 Les ministères de la communication du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire en font une priorité, en vue d’accompagner les accords de coopération entre leurs deux pays. Tout en se réjouissant du rôle de la communication comme moteur du TAC, l’Ambassadeur Justin Koutaba a souhaité que ce voyage d’études soit fructueux en matière d’échanges d’expériences, d’apprentissage et de bonnes pratiques.

De ce partenariat naissant entre les deux structures, le chef de la mission diplomatique burkinabè en Côte d’Ivoire a aussi plaidé pour une valeur ajoutée du point de vue professionnel et de la formation.

Car, a affirmé M. Koutaba, «voyager c’est lire une bibliothèque pour se perfectionner et rayonner davantage». Aux étudiants, l’enseignant chevronné qu’est le diplomate a prodigué des conseils avisés, afin qu’ils soient positifs dans le traitement de l’information car si l’avenir c’est la jeunesse, c’est d’abord une jeunesse formée, efficace et consciencieuse qu’il faut.

Ce fut ensuite au tour des futurs journalistes de montrer leur savoir faire de la pratique journalistique en soumettant le diplomate burkinabè aux questions sur les missions de la Représentation et sur la vie de sa communauté.

Ce voyage d’études, le deuxième organisé par l’ISTIC fera, sans aucun doute, école en Eburnie, l’ISTC ayant d’ores et déjà conçu un projet similaire selon lequel très bientôt, les étudiants de cet institut devront emprunter la locomotive TAC en direction de Ouagadougou, la capitale burkinabè.

Mariam Vanessa Touré

Ambassade du Burkina Faso à Abidjan

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre