Agents du ministère du commerce : Un sit-in le 19 mai contre une “injustice”

533 0

Le syndicat national des agents du ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (SYNAMICA), organise un sit-in du 19 au 20 mai 2014 de protestation contre le mutisme autour du traitement de leurs doléances. Le bureau exécutif a organisé une conférence presse le 15 mai dernier pour en expliquer les raisons et donner le chronogramme.

Le sit-in du SYNAMICA débutera à 7 heures et prendra fin à 11 heures, du 19 au 20 mai 2014 selon son secrétaire général, Mahamadi Koussoubé. Le SYNAMICA réclame la revalorisation de l’image de marque de leur ministère et la motivation de ses agents depuis 2011.

«Sa dotation en moyens matériel et humain adéquats pour mener à bien ses missions de régulation et de contrôle de l’activité économique nationale», tel est le moyen selon lui, d’encourager les agents et marquer une visibilité de leur travail sur le terrain.

Des acquis ont été engrangés, mais la lutte continue

DSC09993
Le SG du SYNAMICA, Mahamadi Koussoubé (Ph : B24)

Il s’agit de l’augmentation des postes à pourvoir dans les concours professionnels, l’acquisition d’équipements mobiliers et de matériels roulants au profit du ministère, ainsi que la nomination de 5 conseillers issus du ministère dans les ambassades du Burkina. Mais la mise en place d’un fonds de roulement demeure non résolue selon eux.

«Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une injustice couplée d’un mépris total à l’égard de nos actions, de notre corps et de notre ministère », ont déclaré les syndicalistes.

Ils ont ajouté ne pas comprendre que des agents à la base de la promotion et du dynamisme du secteur économique national ne puissent pas bénéficier des retombées de ce secteur.

Ils ont voulu leur revendication légitime, du moment où la Cote d’Ivoire, le Ghana, le Sénégal et le Mali ont pris des mesures correctives pour y remédier.

Pour un examen sérieux de cette doléance, ils disent avoir multiplié depuis plus de deux ans, des actions d’explication et de plaidoirie. Ils ont cité 3 correspondances adressées au Premier ministre Luc Adolphe Tiao, qui n’ont pas bénéficié d’une analyse approfondie.

Ce constat est la cause du sit-in du 19 au 20 mai, selon les explications du secrétaire général. Il a conclu que cette action se veut pacifique et l’expression de la frustration des agents face au traitement réservé à leurs préoccupations, tout en espérant qu’ elle aboutisse.

Mouniratou LOUGUE

Pour Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *