Disputes territoriales : Hanoï contre Pékin

Les Vietnamiens ont entamé depuis une semaine des manifestations contre la Chine au sujet des Îles Paracels situées en mer de Chine méridionale où l’Empire du milieu compte initier un projet de forage pétrolier.

A Hanoï, les manifs ont fait deux morts et au moins une centaine de blessés chinois. Une situation qui a ainsi donc débordé, car ces questions se gèrent habituellement au haut niveau par les politiques et les diplomates.

Les tensions éclatées sur des Îles Paracels ou «îles Xisha» conquises par la Chine en 1974 sont allées au-delà des îles.

Elles effleurent la question de l’implantation des entreprises étrangères au Vietnam particulièrement celles chinoises, vues comme une invasion par les Vietnamiens.

Plusieurs d’entre elles ont interrompu leurs activités par crainte d’être des victimes véritables ou collatérales. Parmi elles, des entreprises et usines taïwanaises, japonaises et sud-coréennes.

Hanoï gagnerait à dissiper et le plus tôt les protestations et les attaques contre les entreprises étrangères au risque de mettre son économie en péril en provoquant la fermeture et la fuite de ces dernières.

Cette rivalité ne va guère profiter à personne, encore moins aux Vietnamiens. Véritables cibles, les Chinois du Vietnam fuient à la recherche de leur sécurité vers le Cambodge voisin.

Les provocations vietnamiennes ne se limitent pas au sol mais se ressentent aussi en mer avec d’innombrables actes du genre entre bateaux chinois et navires vietnamiens.

La Chine entretient également un différend territorial avec le Pays du soleil levant à propos des  îles Diaoyutai (îles Senkaku en japonais), archipel inhabité situé en mer de chine orientale.

Un conflit maritime a longtemps couvé entre la Corée du Sud et le Japon, qui avait engagé un autre conflit territorial avec la Colombie et le Nicaragua. Bref, ce n’est seulement donc pas en Afrique que les Etats se font souvent la guerre pour des portions de territoire.

Ces situations existent un peu partout dans le monde et sont légions en Asie à propos d’îles que les uns et les autres entendent contrôler  pour des raisons diverses (géopolitiques, stratégiques, économiques, culturelles).

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24

source:rfi.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page