Commune de Ouagadougou : les travailleurs en grève de 72 heures

233 0

Les travailleurs de la commune de Ouagadougou, répondant au mot d’ordre de leur syndicat, le SYTRACO (Syndicat des travailleurs de la commune de Ouagadougou), observent un arrêt de travail de 72 heures à compter de ce 19 mai 2014. Ils exigent une revalorisation de leur statut.

Les travailleurs de la commune de Ouagadougou ont rallié la Bourse du travail de Ouagadougou  ce 19 mai 2014. Ils entament ainsi une grève de 72 heures pour réclamer la satisfaction de leur plateforme de six points (voir :  Commune de Ouagadougou : des agents mécontents marchent sur leur ministère de tutelle).

La principale revendication, confie le secrétaire général du SYTRACO,  Sié Justin Palé, est la relecture de la loi n°027 relative au statut des agents des collectivités territoriales, afin notamment de rayer la disparité qui existe entre ces agents et les travailleurs de la fonction publique.

« Lorsque le gouvernement prend des décisions pour améliorer les conditions de vie des travailleurs du Burkina, les agents de l’Etat sont satisfaits en premiers », explique-t-il. Alors que les agents des collectivités, continue-t-il, doivent « mener des luttes » pour bénéficier de ces améliorations.

Sié Justin Palé dit apprécier le relèvement des indemnités de logement et de sujétion pris récemment par le Conseil des ministres au profit des travailleurs des communes, au titre des mesures sociales de 2013. Mais ce n’est pas suffisant.

 Le syndicat revendique également une extension des mesures sociales prises en mars 2014, notamment la relecture de la grille indemnitaire, aux agents des collectivités territoriales.

Pendant ces 72 heures de grève, le service minimum sera assuré au niveau des services de la commune, explique le SG du SYTRACO. Mais à l’issue de ce mouvement, Sié Justin Palé espère que le gouvernement réagira.

« Nous osons croire que les autorités nous inviteront à la table de négociation, a-t-il souhaité. A défaut, nous allons nous retrouver au niveau de la base pour définir d’autres formes de lutte ».

En février dernier, le SYTRACO a organisé une marche sur le ministère en charge des collectivités territoriales afin de remettre sa plateforme revendicative. Ce mouvement a été suivi par un sit-in de 72 heures du 5 au 7 mai 2014 autour de cette même plateforme revendicative.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

  1. courages camarades.la solution ce n'est pas n?gocier avec ce gouvernement irresponsible qui ne pense aux citoyens que quand ?a chauffe: en dehors il gaspille l'argent public dans des futilit?s et ne se soucie que de sa perennisation par la corruption et les intimidations.Alors joignez nous pour chasser ces vampires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre