Les chefs de services de renseignement de la région sahélo-saharienne chez Blaise Compaoré

462 3

Les chefs de services de renseignement de la zone sahélo-saharienne sont réunis à Ouagadougou pour deux jours de travaux dans le cadre du processus de Nouakchott pour le renforcement de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région. En marge de cette 5e réunion, ils ont été reçus par le chef de l’Etat burkinabé.

Une délégation composée des chefs de services de renseignement de la zone sahélo-saharienne et de représentants d’institutions régionales et sous-régionale a été reçue en audience par le Président du Faso cet après midi au palais présidentiel. Réunis à Ouagadougou ce lundi, ils sont venus faire le point de leur travaux à Blaise Compaoré et prendre les conseils de celui qui a “joué un rôle précieux dans la région pour la paix et la sécurité” selon M. Smaïl Shergui, le chef de la délégation et Commissaire à la paix et la sécurité de l’Union africaine. “Nous lui avons fait rapport de nos travaux et nous avons pu bénéficier de ces directives et ses réflexions pour enrichir nos débats et également rendre opérationnelles les conclusions de nos travaux” a indiqué Smaïl Shergui.

Cette audience avec le chef de l’État a eu lieu en marge de la 5e réunion des chefs de services de renseignement et de sécurité de la région sahélo-saharienne qui s’est ouverte ce lundi 19 mai dans la capitale burkinabè. Les chefs de service de renseignement des pays parties au processus de Nouakchott que sont l’Algérie, la Cote d’Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritannie, le Niger, le Nigeria, leSenegal, le Tchad, le Burkina, ainsi que des représentants d’institutions régionales et sous-régionales participent à cette rencontre.
A un moment où l’actualité dans la sous-région et dans la région, notamment au Mali, Nigeria et en Libye, rappellent les défis sécuritaires auxquels reste confrontée la zone, le chef de l’État-major particulier de la présidence du Faso, a souligné la nécessité de “coordonner davantage [les] moyens de lutte à travers des actions concertés d’urgence, aussi bien au plan sous régional que régional”. Les conclusions des travaux de cette rencontre  sont attendues ce mardi.

Justin Yarga

Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. verit? no1 de BURKINA24 |

    Bjr,soyons fiers chers Burkinab? d avoir eu un pr?sident en la personne de SEM Blaise compaor?,il r?ussit toutes ses actions ,votons tous le OUI lors du referendum!!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *