Washington : Des experts burkinabè de la protection civile chez l’Ambassadeur Seydou BOUDA

824 0

En séjour du 12 au 16 mai 2014 à Washington, D.C à l’invitation du Commandement des Etats-Unis d’Amérique pour l’Afrique (U.S.AFRICOM), une délégation burkinabè d’une dizaine de membres, experts  des domaines des catastrophes, des  missions d’assistance humanitaire et de la protection civile nationale comprenant des officiers supérieurs du ministère de la défense nationale,   des représentants des ministères en charge de la protection civile, de la santé  et de celui de l’action sociale et de la solidarité nationale ont rendu, le jeudi 15 mai 2014, une visite de courtoisie à l’Ambassadeur Seydou BOUDA. 

Au nom des membres de la délégation, le chef de mission, le colonel Lazare YAGO, directeur général de la protection civile au ministre de l’administration territoriale et de la sécurité, a adressé des remerciements à S.E. Monsieur Seydou BOUDA pour la qualité de l’accompagnement et le suivi des différents projets et programmes avec l’U.S. AFRICOM de la part de la Représentation du Burkina.

Le colonel Lazare YAGO a ensuite  porté à la connaissance de  l’Ambassadeur Seydou BOUDA que la présence de la délégation du Burkina Faso à Washington s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de coopération entre une douzaine de pays africains  et  l’U.S.AFRICOM dont le Burkina Faso.

L'ambassadeur Bouda échangeant avec les experts (Ph : DR)
L’ambassadeur Bouda échangeant avec les experts (Ph : DR)

Ce projet vise   à les doter d’une organisation efficiente en matière de gestion de catastrophes notamment les pandémies. Ce projet, a-t-il expliqué, a une forte vocation civilo-militaire en ce qu’il cherche  à promouvoir la collaboration entre civils et militaires d’un même pays dans le cadre de la gestion d’une catastrophe ainsi qu’à un échelon régional (la collaboration entre structures spécialisées des pays de la sous-région ouest-africaine  parties  prenantes notamment au projet).

Le Centre de prévention des catastrophes et de l’aide humanitaire et de médecine (CEDHAM) de Washington est sa structure de mise en œuvre.

C’est ainsi que le colonel YAGO a précisé à  l’Ambassadeur Seydou BOUDA  que  la délégation au cours de son séjour d’une semaine, a eu des  échanges avec les experts du CDHAM sur deux points essentiels.

Le premier a concerné l’examen  et la  validation d’un scénario sur table d’un exercice de simulation d’une  catastrophe (une pandémie) dont le déroulement est prévu du 14 au 18 juillet 2014 à Ouagadougou au Burkina Faso.

Dans un second temps, les deux parties  ont aussi au cours de leurs travaux procédé à la finalisation,  sur la base des besoins exprimés par le Burkina Faso,  d’un plan stratégique de gestion des catastrophes pour les cinq ans à venir au bénéfice de   notre pays.

Donnant des détails sur l’organisation en juillet prochain de l’exercice de simulation d’un cas de pandémie à Ouagadougou, Monsieur Frank Wolffiens, Chef du programme du CDHAM a expliqué qu’outre  le contingent civil et militaire et les experts du Burkina qui seront engagés sur le terrain, il sera aussi fait appel à au moins douze experts américains (civils et militaires compris) spécialistes du domaine de la gestion des catastrophes ou des pandémies(de la marine, de l’armée de terre, de l’armée l’air..).

Il a aussi précisé que dans le cadre de  l’impulsion  d’une approche régionale, il sera fait appel à la participation de facilitateurs  des Etats ouest africains parties prenantes au projet comme le Ghana, le Bénin, le Togo, le Sénégal, le Nigéria…

Le coût de l’opération  est estimé entre 200.000 et 250.000 dollars US. Enfin, il s’est aussi félicité de la fructueuse coopération entre le Burkina et les Etats –Unis dans le cadre de la mise en œuvre du projet U.S. AFRICOM dont les débuts,  a-t-il rappelé, remontent à 2011. L’aide apportée au Burkina depuis cette date se chiffre entre 500.000 et 1 million de dollars US.

Pierre WAONGO

Attache de presse

Ambassade du Burkina Faso/Washington, D.C.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *