Présidentielle malawite : Joyce Banda, sentant sa défaite, annule les résultats

764 3

La présidente du Malawi Joyce Banda, candidate à sa succession à l’élection présidentielle du 20 mai dernier, a déclaré le scrutin ‘’nul et non avenu’’, au regard de la tendance des résultats qui annonçaient son éventuelle défaite. 

C’est à la radio que la présidente a fait l’annonce de l’annulation de l’élection. A 30% des suffrages, Mme Banda était déjà nettement en arrière par rapport à son principal adversaire Peter Mutharika (23% des voix pour elle contre 42% à M. Mutharika).

Au risque de devoir accepter des résultats qui ne lui sont pas favorables, d’une élection première pour elle, Joyce Banda a évoqué des irrégularités qui seraient le fait de son adversaire Mutharika, selon elle.

Cet état de fait est rare, très rare surtout en Afrique, qu’un président dénonce des irrégularités d’un scrutin qu’il a organisé. Ces genres de déclaration viennent généralement des opposants.

Cependant, il existe une certaine logique dans la réaction de la présidente du Malawi ; ceux-ci cherchent un alibi à leur défaite comme c’est le cas avec Mme Banda. Elle avait hérité du pouvoir en 2012 après la mort du président Bingu wa Mutharika.

Aussi, est-il rare en Afrique encore, qu’un président perde des élections qu’il a organisées ; et la présidente du Malawi, ne voulait certainement pas en être une victime, elle qui est d’ailleurs à sa première participation.

Elle dit avoir usé des pouvoirs que lui confère la constitution pour prendre cette décision, et a affirmé qu’un autre scrutin se tiendra dans 90 jours où elle ne serait plus candidate.

Selon le président de la commission électorale, Maxon Mbendera, l’élection était valide avec des “résultats fiables” et “vérifiables”. Il met la décision de la présidente sur le compte du “désespoir”.

Peter Mutharika lui, s’est dit “sûr de sa victoire”, parmi les douze candidats en lice pour le fauteuil, d’une élection présidentielle à un tour.

Le scandale de corruption et l’impopularité de ses mesures d’austérité avaient sérieusement entamé la popularité de la présidente qui malgré tout, a tenu à sa propre succession.

Autant dire que le syndrome du pouvoir des Chefs d’Etat pluri-décennaux a affecté l’une des rares Chefs d’Etat femme africains, Joyce Banda, qui risque de l’apprendre à ses dépens.

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24

 

 



Article similaire

There are 3 comments

  1. Alors! le d?compte des bulletins de vote continue malgr? la d?cision de la pr?sidente d'annuler le scrutin. En effet, la Haut cour de justice aurait autorit? la Commission ?lectorale ? poursuivre le travail. On attend donc les r?sultats. Du wait and see!!!!!!!!!!!!!

  2. cela rappelle blaise du faso: il affirme que la majorit? (sa majorit? ) imposera ces choix.au detours de quelques tourn?es bien mises en sc?ne o? les pancartes"pas de referendum" n'avaient pas leur place et o? les enfants de la maternelle sont sortis spontan?ment saluer le president ,blaise connait les r?sultats d'un scrutin ? l'avance.ce qui signifie qu'il fraudera (question de survie) ou s'il perdait il annulerait les elections comme cette dame et nous voterons autant de fois qu'il faut pour que le oui l'emporte .c'est ?a la d?mocratie selon blaise.je voudrais que son conseiller politique lui dise que la d?mocratie n'est pas la dictature de la majorit? sur les minorities sinon le genocide n'est pas loin. qu'en d?mocratie les r?gles du jeu sont le fruit du consensus.on ne modifie pas un article de la constitution ou le code electoral parce qu'on dispose d'une majorit? m?canique. voil? un president qui apr?s 23 ans de"retour ? la d?mocratie " ne connait meme pas les r?gles ?lementaires de cette d?mocratie.LE PAYS EST DANS DE TRES MAUVAISES MAINS.POUR DEGAGER CE CLAN QUI PERVERTIT LA DEMOCRATIE ET LA VIE DANS NOTRE PAYS MOBILISONS-NOUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *