Burkina Faso: Ce banditisme à la Hollywood

88 5

Cette semaine, Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a été marqué par un acte de banditisme qui étonne par son audace. Une banque a été attaquée par deux individus en plein jour et ont réussi à emporter une dizaine de millions de F CFA.

Entrés comme de simples clients dans la banque, ils ont sorti leurs armes, mettant en joue agents de la banque et clients pendant qu’ils remplissaient leur sac d’argent et sont ensuite ressortis. Comme dans ces films de braquages qui remplissent les discothèques de Ouagadougou.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans la capitale burkinabè. On se rappelle de l’épisode Romuald Tuina, qui a dévalisé l’agence d’une banque en plein soleil. Dans d’autres villes, des caisses populaires ont été victimes de « hold up » sous l’œil de l’astre du jour.

Dans  tous ces cas, l’interrogation qui vient par réflexe aux lèvres, c’est « où étaient les forces de sécurité ? » tant la facilité avec laquelle les malfrats opèrent laisse perplexe.

Interrogation intéressante qui permet de mettre le doigt sur le système de sécurité des institutions financières au Burkina (sans exclure aussi l’hypothèse des complicités internes). L’on est parfois surpris par la « légèreté » du dispositif sécuritaire de certaines banques.

Dans la plupart des cas, ce sont des agents des agences privées de sécurité qui sont commis à la protection des banques. Dans  le meilleur des cas, ces agents sont soutenus par des policiers.

Pourtant, ces vigiles, comme on les appelle communément, sont mal équipés. Les armes que l’on voit souvent à leur épaule peuvent peut-être inquiéter un individu lamda sans mauvaise intention. Mais devant des bandits bien armés et sûrs de leur fait, il n’est pas certain que ces vigiles puissent les intimider.

Les bandits, de plus en plus hardis et surtout cultivés, sont capables de déceler ces failles et en profiter  pour se remplir les poches et  se faire la malle en toute tranquillité.

Il apparaît donc important, sinon urgent, d’accentuer ou de revoir la sécurisation des agences d’institutions financières pour éviter de tenter les braqueurs. Cela passe par un meilleur équipement des agents de sécurité, afin d’éviter que ces films, à force d’être trop parfaits, ne finissent un jour par dévier du scénario initial, au dam de la vie de citoyens innocents.

La Rédaction

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 5 commentaires

  1. c'est Dieu qui est fort |

    Quanf on veux la securite il faut miser sur les agents de securite leur equipement et leur cadre de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre