Le juge Salifou Nébié a rejoint sa dernière demeure

550 6

Le juge constitutionnel, Salifou Nébié, a été conduit à sa dernière demeure ce 9 juin 2014 au Cimetière municipal de l’arrondissement 6 de Ouagadougou. Un important cortège a accompagné la dépouille mortuaire, en scandant et demandant « justice » pour le défunt.

Dans la matinée du 9 juin 2014, avant la levée du corps au domicile du défunt sis à Koulouba, collègues, amis, parents et personnalités sont venus s’incliner pour la dernière fois.

On y a remarqué le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré, le Président du MPP, Roch Marc Christian Kaboré, le Chef d’Etat-major particulier à la Présidence du Faso, Gilbert Diendéré, entre autres.

Le cortège a quitté la cour mortuaire aux environs de 9h, avec en tête, les éléments du Mouvement « Brassards Noirs », lesdits brassards à l’avant-bras.

 « Justice ! Justice pour Salifou Nébié » a été scandé tout au long du trajet qui mène au cimetière. Le cortège a fini par prendre les allures d’une marche. On notera qu’il a fait une halte devant l’état-major général des armées où l’hymne national a été entonné et terminé par des « à bas, les militaires pourris ».

Le cortège continuera jusqu’au cimetière, se grossissant de badauds qui l’ont rejoint en cours de route. Le cimetière était déjà plein de voitures et de personnes, à l’arrivée de la dépouille. L’hymne national a été plusieurs fois scandé par les mouvements « Brassards noirs » et « Le Balai Citoyen ».

Les amis, parents et collègues se sont inclinés pour la dernière fois devant Salifo Nébié (Ph :B24)
Les amis, parents et collègues se sont inclinés pour la dernière fois devant Salifou Nébié (Ph :B24)

Au moment des oraisons, celle du président du Conseil constitutionnel, Dé Albert Millogo, n’a pas pu se rendre audible. « On ne veut pas ! A bas, les juges corrompus »,  a lancé la foule, criant pour couvrir les propos de Dé Millogo  qui a retracé le parcours du défunt et souhaité qu’il repose en paix.

Salifou Nébié craignait-il pour sa vie ?

Le Secrétaire général du Syndicat des magistrats du Burkina (SAMAB), Antoine Kaboré, a assuré à celui qu’il qualifie de « magistrat courageux et engagé » que le SAMAB s’engage à trouver les auteurs de sa mort.  « Le SAMAB solennellement s’engage à t’accompagner dans cette grande opération de traque de ces indignes fils de notre chère patrie. Sache que le SAMAB n’aura de répit que lorsque ces lâches seront derrière les barreaux, la seule place qu’ils méritent dans cette société », a déclaré le SG du SAMAB.

Germain B. Nama, au nom des amis et le patriarche du quartier Koulouba, ont rappelé les mérites et qualités de l’homme. La représentante des enfants a livré un message ponctué de larmes. Ce à quoi un manifestant a lancé « vous êtes contents de ce que vous avez fait à cette enfant ? »

Mais les propos qui auront été retenus au cours de cette inhumation pour le moins particulière,  sont ceux tenus par le représentant des jeunes de Léo, Gafarou Nignan. Ce dernier a en effet évoqué des confidences qu’aurait faites le défunt quelque temps avant son décès.

 « Il a dit que lui et le président ne se sont pas entendus cette fois-ci et que lui il  a trop peur. Il  a payé jusqu’à trois moutons donner aux parents pour demander à Dieu de le sauver de cette situation », a affirmé Gafarou Nignan.

Plus tard, il confiera  toutefois qu’il ne saurait préciser de quel  « président » il s’agissait.

En rappel, le juge Constitutionnel Salifou Nébié a été retrouvé mort sur la route de Saponé, à quelques encablures de Ouagadougou. Les premiers éléments d’enquête concluent à un « homicide volontaire ». Une autopsie a été réalisée en début juin par un médecin-légiste dont le rapport est attendu.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. encor paix a son ame mais je voudrais dire a ce representant des jeunes de dire haut et fort le nom de ce president l? pour que tout soit claire

  2. ?a ressemble ? du d?j? c'est les m?thodes qui ont chang?. je pr?f?re juste citer Franz Fanon: " Chaque g?n?ration doit d?couvrir sa mission, l'accomplir ou la trahir!". La g?n?ration de nos papi nous a conduit aux ind?pendance, celle de nos papas l'entr?e ou plut?t l'initiation ? la d?mocratie.la notre je crois que c'est l'approfondissement et la lutte contre l'impunit?. nous y sommes d?j? initi? par Norbert et Justin Zongo .
    restons mobilis?s pour justice soit faite

  3. peuple du burkina l heure est venue de rendre justice a tout ceux qui sont morts par le faite qu’ils sont engages dans la lutte

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *