23 ans de la Constitution : Afrikamba propose une relecture, après 2015

457 2

Le mouvement Afrikamba soutient les luttes contre la modification de l’article 37. C’est ce qui ressort de leur déclaration du 11 juin 2014, parvenue à Burkina 24, à l’occasion des 23 ans de la promulgation de la constitution de 1991.

Dans la déclaration, Afrikamba annonce qu’il «soutient les luttes en cours et appelle le peuple burkinabé à la vigilance», et recommande une relecture après 2015 de la constitution en vue de lui «  donner un contenu stable, démocratique et progressiste ».

 Par cette recommandation, Afrikamba vise le renforcement de la protection sociale, des libertés démocratiques, de l’article 37 dans son caractère actuellement limitatif, des candidatures indépendantes, de l’autonomie des pouvoirs législatifs et  judiciaires ainsi que l’indépendance de la CENI.

En ce qui concerne les raisons de ces recommandations, ils ont évoqué les ambitions de la révision de l’article 37 par Blaise Compaoré, président du Faso. Pour le mouvement, cela lui permettrait d’avoir un pouvoir à vie.

Une ambition, qui selon eux, se heurte à « une opposition politique et citoyenne unie, déterminée et bien organisée», d’où la situation politique tendue qui règne au Burkina.

Par contre, le refus de la révision de la constitution par le peuple favoriserait l’ouverture du champ politique et la paix sociale, gage du progrès vers l’indépendance véritable, estime Afrikamba dans sa déclaration.

Mouniratou LOUGUE

Pour Burkina24

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. entre juge et partie |

    On vous soutient et on dit a bas ceux qui se laissent b?illonner par ces soit disant opposant a ?a,c’est claire il ne faut pas que n’importe qui parvient au pouvoir pour nous imposer des choses qui ne seront pas a la port?e des Burkinab?.Le changement se fera apr?s 2015 et sans aucun membre de ces assoiff?s de pouvoir.

  2. A l’?tat actuelle je prendrai la modification de l’article 37 comme un gage de la bonne foi de Blaise. Certes pour lui le contexte est mal choisit cependant quant on analyse bien la situation force est de constater qu’une d?cision doit ?tre prise pour revoir toute la constitution burkinab?. En effet l’on dit bien dans le cadre d’un probl?me qui mettrait en jeu l’int?r?t national l’article 37 peut ?tre modifier soit par voie parlementaire ou par voie r?f?rendaire. Pour le cas du pr?sident actuel d’aucun disent qu’il n’est pas pour l’instant un probl?me nationale, c’est pour cette raison que je vous demande d’imagine un temps soit peu si Blaise devenait un probl?me nationale qu’est ce qui va se passer? Imaginons m?me si le successeur de Blaise met en place une situation qui lui permet de modifier l’article en question que dirons nous en ce moment???? Cher fr?re africains a qui la peur du changement a ?t? inculqu?, il est temps d’apporter un solution durable face a ce probl?me que nous contournons depuis 1991

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *