CPI : Laurent Gbagbo, entre la liberté et un procès

200 3

L’ancien président Laurent Gbagbo, en détention actuellement à la Haye, sera-t-il remis en liberté pour défaut de preuves ? La Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) tranchera bientôt, selon RFI.

Le Procureur Fatou Bensouda a versé de nouveaux éléments de preuves le 13 janvier 2014, mais cela n’a pas fait l’objet d’une audience.   Sur ces nouveaux éléments, la Chambre préliminaire jugera si l’ancien président ivoirien doit être soumis à un procès ou purement libéré.

A la première audience  du 19 au 28 février 2013, la Chambre avait estimé insuffisantes les preuves rapportées par le bureau Procureur parce que ce dernier s’est « largement fondé sur des rapports d’ONG et des articles de presse pour étayer des éléments-clés de sa cause ».

En rappel, Laurent Gbagbo est soupçonné  d’être « co-auteur indirect » de crimes contre l’humanité, commis pendant les violences post-électorales en Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

Aboubakar KAMAGATE (Stagiaire)
 
Pour Burkina 24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 3 commentaires

  1. En r?alit? on n’a pas besoin d’autres charges . Gbagbo a perdu les p?dales par inexp?rience du pouvoir. Son ent?tement a fait trop de morts en cote d’ivoire. Il a pass? son temps dans la roublardise et l’inconscience totale des actes qu’il devait assumer en tant que chef de file de la division de la cote d’ivoire. Il a int?r?t ? prendre sa retraite ? la CPI puisque si d’aventure on le lib?rait il dira ou il vivra … Cet historien doit r?apprendre l’histoire ? l’ombre de la CPI . ce sera mieux pour lui sinon la justice des victimes de l’ivoirit? ? la gbagbo sera plus am?re pour lui.

  2. aucune preuve pour sa condamnation etais valable mais vous verez que la cpi fera tout pour le condamne car cette cour politique internationale ne voit que ceux qui revndiquent leurs souveraineite

  3. Ne nous flattons pas, preuves ou pas preuves, aucun dictateur des pays Africains n?a jamais ressorti des cellules de la CPI sans condamnation. Concernant le grand partisan du multipartisme en Cote d?ivoire qui est Laurent Koudou GBAGBO, sortir libre de la CPI sera un ?chec pour un premier procureur noire qui est madame Fatou Bensouda. Comme pour Charles Taylor du Liberia, la CPI a toujours des r?serves de preuves suffisantes pour ceux qui ont du sang dans les mains. Laurent et Bl? ainsi que Simone sont dans les cordes des crimes crapuleux en C?te d?Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre