BASSINGA Wilfried: « Trois idées du monde pour le Burkina que j’aime »

778 12

Pour fêter ses trois ans, Burkina 24 donne la parole aux lecteurs pour proposer sous forme de concours, trois idées qui pourraient inspirer le Burkina Faso. Burkina 24 vous propose d’apprécier et de voter pour les meilleures idées. Ci-dessous, la proposition de Bassinga Wilfried.

Durant mes 3 années passées dans le Royaume chérifien je suis tombé sous le charme de la politique marocaine en termes de construction et d’énergie. Je pense qu’en imitant certains points le Burkina pourra faire face à bien de problème concernant l’urbanisation et surtout l’énergie et cela avec peu moyens.

La 1ère idée concerne la Promotion de la Construction en hauteur par les logements sociaux. 

En effet, en 2010 une loi a été promulguée et introduite dans la loi de finances de l’année 2010 portant sur le logement social au Maroc. Quelle est donc le rapport avec le Burkina Faso ?

Vous êtes sans ignorer que ces 15 dernières années Ouagadougou s’est agrandit à une vitesse hallucinante. Avec une superficie de 220 Km2 contre 105 pour Paris, la capitale des deux roues est passée de 110000 habitants en 1972 à 500000 en 1984, et 1,6 million actuellement. En 2025, sa population atteindra 4,7 millions d’âmes soit 25 fois la population d’un pays comme le Sao Tomé et Principes. Ne pas y penser dès maintenant serait comme s’aventurer les yeux fermés vers un grand Boom démographique qui ne serait sans conséquence sur l’aggravation des problèmes socio-économiques que nous essayons déjà résoudre.

Des projets tels que le Schéma stratégique d’aménagement du territoire Grand Ouaga (Satgo), ont été mis en place pour contrer cet essor démographique. L’idée maîtresse du Satgo était de juguler l’extension de l’agglomération par l’absorption des communes riveraines, tout en densifiant les espaces existants. La superficie globale de l’agglomération est passée à 320 km2 englobant ainsi, l’actuelle commune urbaine ainsi que les sept communes rurales que sont Koubri, Komsilga, Tanghin-Dassouri, Pabré, Saaba, Komki-Ipala et Loumbila, dans la région du Plateau. Certes le plan d’occupation des sols (POS) prévoit la construction d’immeubles plus élevés de type R+7 (rez-de-chaussée +7 étages) mais seulement dans des Zones d’Activités Diverses (ZAD)  comme la Zone d’activités commerciales et administratives (Zaca), qui était prévue pour être le futur poumon économique de la ville et qui semble malheureusement se diriger vers un échec.

Une ville qui s’agrandit entraine avec elle l’accroissement de tous les besoins primaires tels que les voies de communication, les systèmes d’assainissements, d’alimentation en eau potable et électricité.

Ouagadougou est entourée de zones non lotis et à chaque lotissement le particulier Ouagalais se retrouve bénéficiaire d’une parcelle d’environ 250m2. En outre il y a également ces dernières années la vente des parcelles viabilisées par l’Etat sous tirage au sort. A mon avis lotir à cette allure en donnant des superficies de cette taille contribue à accroitre la superficie d’une ville qui dès lors n’arrive pas à résoudre tous ses problèmes d’assainissement et d’électricité. A quoi cela sert-il de lotir un quartier sans l’équiper de caniveau ou d’électricité ?

Ma proposition pour un Ouagadougou à surface réduite serait de s’intéresser comme le Maroc au logement social en construisant en hauteur. Il s’agit essentiellement des constructions de locaux à usage exclusif d’habitation dont la superficie couverte, par unité de logement, est comprise entre 50 et 100 m2 et le prix de vente n’excède pas deux cent cinquante mille 250.000,00 dirhams, hors la taxe sur la valeur ajoutée soit environ 15 millions de FCFA.Ce type de logement est destiné principalement à une couche de population dont le revenu mensuel ne dépasse pas une fois et demie (1,5) le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG).Le programme de logement destiné à la classe moyenne et permettra de “donner à des centaines de milliers de familles marocaines un accès à un habitat décent à des prix défiant toute concurrence”, a déclaré le ministre du Logement Nabil Benabdallah.Quelques vingt mille logements seront construits d’ici 2016, a-t-il précisé.

Pourquoi ne pas copier un exemple aussi simple ? Lotir certes mais avec des Immeubles à niveau de 4 ou 5 étages muni de plusieurs appartements et accessibles à prix réduit par le Burkinabè moyen.

Deuxièmement j’aimerais vous parler du plan d’action marocain pour l’énergie bioélectrique.  

Le Maroc possède une grande autonomie sur le plan énergétique avec notamment un très grand réseau ferroviaire fonctionnant à l’électricité et reliant les plus grandes villes du pays.

Nous sommes très loin de pouvoir installer à Ouagadougou des lignes de tramways comme à Rabat ou Casablanca. Nos centrales hydroélectriques ne fonctionnent presque plus à cause des nombreuses pannes des turbines ; les groupes électriques de la SONABEL ne possèdent pas une grande capacité pour alimenter toute la ville à tel point que nous sommes obligés de programmer des délestages par secteur. Pourquoi ne pas se tourner vers d’autres sources d’énergies ?

Le bio méthane est un combustible récemment découvert. Il est issu de l’épuration du biogaz créé par une unité de méthanisation par une dégradation biologique de la matière organique contenue dans des substrats fermentescibles. Ces substrats ont plusieurs origines : agricole (lisiers, fumiers, déchets de céréales, etc.) ; industrielle (lactosérum, refus de cribles, graisse, déchets de fruits et légumes, etc) ou encore domestiques.

Le Maroc souhaite tirer profit de ses atouts pour augmenter la part des énergies renouvelables et réduire sa consommation énergétique. Pour cela des projets à court et long termes ont été lancés. Une Usine Bioélectrique existe déjà au niveau de la décharge contrôlée de la ville d’Oujda. Elle a été mise en service le 15 Mai 2012 et reçoit une quantité de 110000 Tonnes de déchets par an pour une puissance actuelle de 850 Kilowatts. Une extension de 2×850 kilowatts est prévue pour les 4 prochaines années. Une autre Usine est en fonctionnement dans la ville de Fès pour un traitement estimé à 310000 tonnes de déchets par an et une puissance de 2Mégawatts. En plus de produire de l’électricité saine le Maroc réussira dans cette démarche à devenir une puissance énergétique.

En essayant d’imiter cette démarche pour une recherche d’énergie saine le Burkina réussira à réduire un temps soit peu ses besoins en énergie notamment pour une ville comme Ouagadougou. Il suffira comme au Maroc de règlementer l’évacuation des déchets domestiques. Il s’agira de munir chaque rue d’une poubelle publique qu’un camion videra quotidiennement pour évacuation dans une décharge où se poursuivra un traitement en vue de produire de l’électricité. Cela nécessitera certes de gros moyens pour les installations d’équipements mais le résultat à long termes sera plus que satisfaisant car nous arriverons à contrôler nos déchets. On évitera ainsi  à  des sociétés privées d’évacuer les déchets dans des décharges qui, non seulement sont sans aucun suivi mais en plus polluent notre environnement et peut nous causer de sérieux problèmes de santé.

L’idée est simple et peut se résumer en ses termes : « utiliser nos déchets pour avoir de l’électricité !! ».

Ma dernière idée concerne la réorientation des recherches scientifiques en tenant compte des conditions locales.

Je prendrai les choses d’un point de vue Génie Civil car c’est le domaine que je maîtrise le mieux. La construction est régie par plusieurs normes et des règles concernant les différents matériaux, les procédés de conception, les démarches administratives etc…

Le béton armé est devenu le matériau par excellence du 21e siècle pour la construction. Son utilisation demande des calculs spécifiques que seuls sont habilités à faire les ingénieurs en Génie Civil.

Le problème au Burkina Faso est que nous utilisons des normes de conceptions européennes qui ne tiennent pas compte de nos conditions locales. Cela n’est non seulement pas économique mais engendre en plus certains dommages non négligeables dans nos édifices. Le BAEL 91 (Béton Armé aux Etats Limites) est un règlement publié depuis maintenant 23 ans mais que continuent d’utiliser certains ingénieurs Burkinabè. Aujourd’hui en Europe ils sont passés à l’Eurocode qui vise à harmoniser les techniques de construction et de conception en Europe. Les différentes hypothèses émises et coefficients pris en compte pour l’établissement de ces normes de calculs tiennent compte de plusieurs paramètres que nous n’avons pas chez nous : les grands vents, la neige, les températures, les tremblements de terre, l’utilisation de matériaux différents de ceux qu’on trouve en Afrique etc..

Le Maroc a tenté dans ce sens d’adapter les normes internationales à leurs réalités locales. Le Règlement Parasismique Marocain est à sa 2e édition. Tous les paramètres pris en compte pour son établissement sont liés au climat marocain, à la géologie et l’hydrogéologie locale et aux conditions de vie marocaines.

Récemment il fut également publié un décret portant la Règlementation thermique Marocaine. En effet le Bâtiment est énergivore et dans un pays à climat méditerranéen comme le Maroc l’isolation thermique du bâtiment  est un critère à ne pas négliger. Isoler le bâtiment en évitant les pertes de température a un impact très positif sur la consommation d’énergie.

Pourquoi le Burkina Faso n’établirait il pas lui-même ses propres règlements pour la construction ? Mon exemple concerne juste le Génie Civil mais il existe bien d’autres domaines fonctionnant toujours sur des normes internationales qui ne collent pas avec la réalité de l’Afrique.

En résumé les chercheurs Burkinabè pourraient orienter leurs recherches scientifiques vers l’établissement de normes adaptées aux conditions in situ du Burkina Faso et cela dans tous les domaines de l’ingénierie où interviennent des normes de calcul ou de conception. La référence que représente l’enseignement supérieur Burkinabè dans la sous-région nous donne largement les moyens de s’y aventurer.

A propos de l’auteur
BASSINGA Bgnon Robert Wilfried est étudiant en Génie Civil et Environnement à l’Université Mohamed 1er Oujda (Maroc). Il est également diplômé de l’Institut Spécialisé des Travaux Publics d’Oujda au Maroc

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 12 commentaires

  1. Voyez vous un peu la r?flexion de ce jeune? Impeccable, et surtout int?ressant, nos dirigeants devraient prendre l’argent pour le referendum, le s?nat pour soutenir les talents des jeunes comme BASSINGA. Ben allez voir, des soient disant responsables irresponsable, des tricheurs seulement. Jeune Homme BASSINGA, tu as de l’avenir et que le tout puissant te guide vers un avenir et devenir meilleur.

  2. Tr?s bonnes id?es, le probl?me est que tu n’as pas le bon gouvernement pour ?a. Des ing?nieurs de hautes qualit? et des chercheurs Burkinab? vivent au Burkian et ? l’?tranger, mais l’Etat ne leur fait pas appel. Ils pr?f?rent se tourner ers l’expertise ?trang?re qui nous propose des solutions adapt?es ? leurs probl?mes et pas aux notres. Il y a tant de choses ? faire, des hommes capables comme toi mais des incapables aux postes strat?gique, incapables d’innover de leurs propre chef.

  3. Burkina 24; quel usage allez-vous en faire? Belle inspiration sur page. Et ne sera pas lu par tout le monde; surtout les vraies personnes. On s’en fout. Car ce n’est pas inspiration de Soungalo ou d’Alizeta.

  4. Je suis tr?s content d'apercevoir que la jeunesse commence ? r?fl?chir sur les probl?mes auxquels nous sommes confront?s dans nos pays et qu'elle parvient ? d?gager des solutions qui sont belles et biens applicables

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *