La défense de Laurent Gbagbo veut faire appel

111 2

Après la confirmation des charges de la Cour pénale internationale contre l’ancien président ivoirien Koudou Laurent Gbagbo, la jeunesse du Front Populaire Ivoirien (FPI) et le PDCI se sont prononcés sur la question de façon diverse. Cette confirmation de charges a fait réagir bon nombre de personnes, dont la défense de Gbagbo qui veut faire appel à la confirmation des charges.

A la veille de la confirmation des charges contre l’ancien président du FPI (Front Populaire Ivoirien),  la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI) à travers Konaté Navigué, secrétaire nationale avait entrepris de convier toute la jeunesse ivoirienne à une grande veillée de prière œcuménique. Prière selon eux qui permettra  la libération de Laurent Gbagbo.

Le secrétaire national du JFPI se dit choqué et révolté par cette décision qu’il juge « injuste, abject, irresponsable, nauséabonde et raciste, car à l’évidence, il n’y a pas de raisons objectives de confirmer des charges, inexistantes contre le président Laurent Gbagbo»,  a rapporté La dépêche d’Abidjan.

Pour sa part, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-parti unique) a salué, le vendredi 13 juin 2014, la confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, estimant que c’est une « décision historique importante » qui doit « inspirer » dans l’exercice des « libertés publiques et la pratique des élections sans violence ».

Conformément à la décision de la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo sera jugé pour les charges retenues contre lui, pendant la crise postélectorale de 2010 en Côte d’Ivoire, qui a entrainé la mort de plus de 3000 personnes, selon l’Agence Africaine de Presse (APA)

Quant à la Défense de Laurent Gbagbo, elle a demandé à la Chambre préliminaire I que le délai de 5 jours qu’ont les parties pour demander l’autorisation d’interjeter appel de la décision de confirmation des charges ne courre qu’après la notification de la version française de cette décision et de l’opinion dissidente.

Il revient désormais à la Chambre préliminaire d’examiner cette demande.

En rappel, le 12 juin 2014, la Chambre préliminaire I a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire – tentative de meurtre, et persécution) à l’encontre de Laurent Gbagbo et l’a renvoyé en procès devant la chambre de première instance.

Aboubakar KAMAGATE (Stagiaire)
Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 2 commentaires

  1. Panga vous avez cerveau pour reflechir je pense? je vais demander d’analyser seulement les assassinats pendant le r?gne de ton president Koudou et celui du pouvoir actuelle et deduit mathematiquement qui est assassin; sinon je dirai que tu es politicien partisan

  2. Lib?r? Notre Pr?sident LAURENT GBAGBO.
    Les vrais assassins sont ceux la qui sont en libert? comme GUILLAUDS SORO, Alassane AUATTARA……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre