Kadija SIMBORO, l’une des jeunes femmes leaders les plus promoteuses d’Afrique

1051 18

Elle peut être comptée parmi les jeunes femmes leaders les plus prometteuses d’Afrique. Kadija Simboro, étudiante à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE), qui vient d’être retenue pour le programme MILEAD 2014, un programme  de développement du leadership à destination des jeunes femmes africaines. Pour nos lecteurs, elle se fait connaitre et parle de ce programme de promotion du leadership féminin dont elle est lauréate, ainsi que de son combat et ses ambitions de femmes scientifiques .

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je  suis Kadija SIMBORO. Je fais un master 2 en ingénierie de l’énergie à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE). J’effectue actuellement un stage de mémoire à la Direction du transport d’énergie de la SONABEL.

Vous avez récemment été retenue pour un programme de promotion du leadership féminin. Parlez-nous de ce programme MILEAD et en quoi il consiste.

Effectivement, je suis une lauréate du programme MILEAD 2014. MILEAD ( Ndlr: Moremi Initiative Leadership and Empowerment Development) est un programme  de développement du leadership visant à identifier, développer et promouvoir les jeunes femmes africaines ayant un potentiel et la passion du leadership à atteindre et à s’épanouir dans le leadership dans leur communauté en particulier et en Afrique en général. Le programme cible les jeunes femmes dynamiques intéressées à développer des compétences de leadership transformationnel puis les aide à résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les femmes et les filles à travers les communautés en Afrique. MILEAD équipe les boursières de compétences à travers une formation rigoureuse, de valeurs et de réseaux dont elles ont besoin pour réussir en tant que femmes leaders du 21e siècle.

A travers une sélection hautement concurrentielle, Moremi Initiative identifie chaque année un groupe de 25 jeunes femmes d’Afrique et de sa diapora, âgées de 19 à 25 ans. Les boursières sont choisies par un processus et des critères fondés sur leur promesse exceptionnelle de leadership, le parcours académique,  les réalisations de services communautaires, et l’engagement pour la promotion et l’autonomisation de la femme en Afrique.

Quelles sont les grandes articulations de ce programme?

Après la sélection, les boursières participent à une formation d’un an et un programme de mentorat visant à renforcer leurs compétences, renforcer leurs réseaux, et leur donner des connaissances sur les systèmes de soutien externes. Les boursières progressent ensuite par trois phases qui sont l’identification et la préparation à travers le développement du leadership, le réseautage, les conférences, le mentorat et la formation, la promotion à travers les médias et les réseaux, et l’appui grâce à la planification de carrière, la gestion et l’accès aux ressources.

Il faut noter que la formation d’une année se déroule en deux étapes. Une formation intensive de trois semaines à l’institut résidentiel en été à Accra, où les lauréates suivent des cours et travaillent sur un plan de développement en identifiant les intérêts de carrière à long terme et des projets communautaires portant sur des questions critiques. Après l’institut, les boursières mettent en place leur projet de changement. Ces activités sont faites à distance, la plupart des cours sont en ligne tout en permettant aux boursières de participer tant qu’elles restent étudiantes à temps plein ou salariées. À la fin du programme, les boursières sont membres du réseau MILEAD. Ensemble, elles forment une communauté de plus en plus puissante et panafricaine de jeunes leaders exceptionnels qui peuvent influer considérablement l’avenir du continent.

Je dois dire que Moremi attache une importance extrême au service communautaire à la fois comme un des critères de sélection dans le programme et une composante essentielle du programme lui-même.

-

Et que comptez-vous faire après cette distinction ?

Toutes les lauréates du programme MILEAD doivent s’engager à initier, conduire ou participer activement à un projet de changement qui aura un impact positif dans leur communauté sur une question importante pour leur communauté ou les femmes africaines en général. Moi j’ai choisi d’encourager les jeunes filles africaines à s’orienter vers les filières scientifiques et techniques. C’est le domaine dans lequel j’évolue. Je suis d’ailleurs membre du comité de pilotage de la Section Afrique du Réseau International des Femmes Ingénieures et Scientifiques. Je suis la représentante de ce réseau au Burkina Faso. Avec certaines collègues nous sommes en train de mettre en place une ONG pour encourager les jeunes africaines à s’orienter vers les filières scientifiques et techniques.

Mon objectif est de mettre en place une structure pour faire découvrir les métiers d’ingénieures et de techniciennes aux jeunes africaines et aider leurs choix d’orientation, sensibiliser les parents et les enseignants aux possibilités de carrières dans ces secteurs, partager des expériences entre professionnelles, informer sur les opportunités de bourses, stages et d’emplois dans ces secteurs.

En tant qu’étudiante et avec cette opportunité en leadership, pouvez-vous nous dire quel est votre plan de carrière professionnelle ?

J’ambitionne créer mon entreprise. Vu la problématique de l’énergie en Afrique, au Burkina Faso en particulier, mon rêve est de créer très jeune une entreprise évoluant dans le domaine de l’énergie afin de mettre mes compétences au profit du développement de mon pays tout en créant de l’emploi. Créer une entreprise pas facile et cela demande un minimum acquis, financiers surtout. Donc je suis à la recherche d’emploi pour l’instant.

Quels conseils avez-vous à donner aux jeunes filles qui souhaitent s’orienter vers les filières scientifiques ?

Choisissez la formation qui vous rend heureuse car le plus important c’est de faire le travail qu’on aime. Fixez-vous des objectifs et mettez toutes les chances de votre côté pour les atteindre. Croyez en vous et soyez persévérantes ; ne vous laissées pas découragés par ce que les gens diront.

Le programme Moremi existe depuis 2004 mais c’est la deuxième fois que le Burkina Faso sera représenté. J’espère que la chaine ne va pas s’arrêter et que notre pays sera représenté chaque année. J’encourage vivement les jeunes burkinabés à postuler.

Interview réalisée par Justin Yarga
Burkina 24


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 18 commentaires

  1. JE T ‘ENCOURAGE VIVEMENT.JE SOUHAITE QUE TOUTES LES FEMMES D’AFRIQUE AIENT TA VISION.RIEN N’EST FACILE.IL FAUT AIMER EFFECTIVEMENT SON TRAVAIL ET PERS?V?RER POUR ATTEINDRE SON R?SULTAT.NE PAS SE LAISSER INFLUENCER PAR LES FAIN?ANTS
    .TU ES UNE VISIONNAIRE POUR L’AFRIQUE TOUTE ENTI?RE.LONGUE VIE.

  2. Bon courage jeune fille, vous ?tes l?avenir du Burkina de demain. Ecoutez votre conscience et votre pers?v?rance pour r?ussir dans vos objectifs. Que vos objectifs soient votre plat du jour, nous dit Martin Luther King.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *