Mines : L’Institut canadien des mines s’implante au Burkina Faso

880 4

Le samedi 21 juin s’est tenu à Ouagadougou le premier symposium sur l’or au Burkina Faso. Initié par l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM) et l’ambassade du Canada cette rencontre  a voulu déterminer des solutions pour que le secteur minier participe au développement du Burkina Faso.

Le premier symposium de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM) tenu ce lundi a coïncidé avec la visite du Ministre du Commerce International Ed Fast. A l’occasion, il été annoncé le lancement de la nouvelle section locale de l’ICM à Ouagadougou, la seconde dans la sous-région après celle de Dakar.

Pour le gouvernement burkinabè, le développement du pays est une priorité et les sociétés minières doivent pleinement s’impliquer pour le décollage socio-économique du pays. Ces industries minières ont partagés cette vision et promis d’apporter leurs contributions.

Le bureau de l’ICM Burkina Faso est dirigé par Tidiane Barry. Il est chargé de mettre en œuvre la politique de l’ICM conduite depuis le siège au Canada. Par ailleurs, le Canada envisage d’ailleurs la création d’une Ecole des mines à Ouagadougou en partenariat avec la Chambre des mines du Burkina Faso (CMB). «Nous allons suivre la mission de l’ICM au niveau du siège et pouvoir décliner un ensemble d’activités ici au Burkina. Nous avons la chance aussi de pouvoir bénéficier de l’expertise de tout le réseau de l’ICM à travers le monde. Je pense que ce sera un acquis très important pour la branche locale» a indiqué Tidiane Barry dont les propos ont été rapporté par nos confrères du site Les Echos du Faso.

Aboubakar KAMAGATE (Stagiaire)
Burkina24

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 4 commentaires

  1. L?Institut canadien des mines, de la m?tallurgie et du p?trole (ICM) a plus de cent ans de service alors je pense qu?il pourrait nous apporter bien de choses. L?avantage est qu?il va nous en donner des exp?riences acquises durant ce si?cle, cependant c?est ? bras ouvert que nous devons l?accueillir. Le probl?me des mines en Afrique n?est pas li? ? ces structures d?aides et autres de l?ext?rieur mais nous m?me dans notre envie de pourchasser le lux individuel. J?esp?re d?autant que tout jeune de ce pays que ce premier symposium de l?ICM ait une r?percussion positive sur le Burkina Faso et sur toute l?Afrique.

  2. c'est commeca que vous faites et vous vider nos universities de leurs contenus. Pourquoi la chambre des mines du Burkina ne le fait pas avec une des universite publique du Burkina. l'universite polititechnique de bobo ou l'ufr SEA de l'UO devrait profiter du developpement des secteurs pour se developper ells-memes. Vous allez tuer nos universites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre