Trop de mouvements cassent la lutte

603 7

La situation politique actuelle est un terrain fertile à la naissance de mouvements associatifs citoyens. Mais contrairement à ce vieil adage de chez nous qui dit que “trop de viandes ne gâtent pas la sauce”, trop de mouvements cassent la lutte, et dans le contexte actuel aggravent le risque d’affrontement.

En l’espace de quelque temps, on a vu naitre au Burkina Faso, notamment à Ouagadougou et Bobo Dioulasso, plus d’une dizaine de mouvements associatifs qui ne manquent pas l’occasion d’une marche ou d’un meeting pour s’afficher, particulièrement s’opposer au pouvoir actuel et à ses ambitions. Certains tentent même de relever le défit de l’organisation de leurs propres meetings, en associant d’autres mouvements. Ils partagent très souvent, par ces temps qui courent, les mêmes objectifs et revendications sans qu’on puisse savoir ce qui les distingue fondamentalement.

Il est clairement perceptible qu’au moment où certains voient l’alternance plus que jamais à portée de main, les calculs et ambitions personnels priment sur l’intérêt général. Quand on nourrit le rêve de voir sa contribution récompensée une fois la victoire remportée, il vaut mieux être leader de son petit mouvement que d’être noyé dans un plus grand. Et ce qui distingue la multitude de mouvements associatifs en ce moment pourrait se résumer au simple fait d’avoir des leaders et initiateurs différents. Dans le cas burkinabé, il est donc encore plus vrai que chacun préfère être la tête d’un ras plutôt que la queue d’un lion.

Au-delà de la mobilisation pour laquelle la diversité des mouvements est utile à la lutte actuelle de l’opposition, il y a comme un sentiment d’inutilité à vouloir multiplier les mouvements pour défendre une cause unique, et comme une sorte de cacophonie qui pourrait empêcher d’entendre ceux d’entre ces mouvements qui ont des revendications spécifiques.

Il y a aussi une inquiétude, celle que suscite une trop forte proximité des mouvements associatifs avec les leaders politiques du moment, qui pourrait les empêcher de jouer un rôle de garde-fou vis-à-vis de ces mêmes leaders le moment venu. Et cela sans compter que dans cette multitude de mouvements, où certains naissent en réplique à d’autres mouvements jugés proches d’un camp politique, l’instrumentalisation politique trouve facilement place.

Tout comme au sujet des leaders de l’opposition politique au devant de la lutte, il sied de s’interroger au sujet des leaders de mouvements associatifs sur leurs perspectives à long terme. Car une chose est d’obtenir un changement et une autre de le réussir.

Justin Yarga
Burkina 24


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 7 commentaires

  1. VIVE LA JEUNESSE CONSCIENTE,seul la lutte lib?re !!nous marcherons m?me sur nos t?te comme LE T?MOIN DE l?impunit? (SALIA) la dit a la presse .IL nous faut r?ussir l’alternance a tout prix et le vraie changement en r?ponse aux aspirations du peuple Burkinab

  2. coumbia souleymane achille |

    Notre pays a bcp souffert. Ceux qui veulent co?te que co?te le changement par ts les moyens doivent regarder autour d’eux. Le changement ? tt prix a occasionn? que de pertes de vie humaine. Arr?tons de mourir en martyr pr ne pas laisser derri?re ns des orphelins et veuves.

  3. Les mouvements circonstanciel et partisans tel que le Balai citoyen, le CAR, Brassard noir, quoi rouge, kokoriko, …ect sont appel? a dispara?tre deux m?me.Manque de vision, soutien d’un camp politique….c’est la prostitution et honte a ceux l

  4. C?est commencer ainsi partout dans le monde pour que la d?mocratie s?installe petit ? petit dans les pays dites d?mocratique. M?me les deux pays de l?Afrique de l?Ouest, le S?n?gal et le Ghana qui peinent ? rentrer dans les vraie d?mocratie ont commenc? par ces tourbillons de multiples partis et associations qui ont pris le dessus de la gouvernance a l??go?sme familial et dictatorial. Justin sans ces mouvements des partis et les multiples associations, dans 50 ans, Blaise sera encore au pouvoir et tuera qui il veut, et quand il veut. Encourageons tous ceux qui veulent que les choses changent dans la paix, pour que le Burkina avance et suive l??volution du 21e si?cle. Yarga que pensez-vous si votre fils ou votre petit fr?re qui n?arrive pas qu?une personne du CDP l?aide ? avoir un poste comme d?autres qui ont ?t?s nomm?s dans des poste sans exp?rience, et qui va manifester avec le groupe du balaie ? BOBO, et tout d?un coup on les chasse par ce que le maire est un membre d?un parti politique au pouvoir ? Si votre fils de retour le soir ? la maison, que lui diriez-vous ? Rien ! Car c?est la loi du plus fort qui fait ce qui est mieux pour soi, et non ce qui est mieux pour le peuple. Ces associations et ces partis politique qui poussent comme des champignons dans ces derniers temps sont l? pour dire au pr?sident Blaise Compaor?, qu?il est temps de tourner sa figure derri?re, et respecter la lettre et l?esprit de l?article 37 qui l?interdisent de briguer 3 mandats pr?sidentiels cons?cutifs, pour une alternance pacifique.

  5. C’est vraiment triste de savoir qu’il existe des gens comme ce Ptit…
    C’est normal y’en a qui descende du diable. fait attention a toi car tu risque d??tre maudit pour tout va vie en voulant le d?sastre aux Burkina Faso, terre des anc?tres.

  6. mon gas ici au faso on aime la paix si tu peux pas conserver cette paix faut pas la d?truire et puis tu a les memes id?es que ceux qui refusent que le peuple s’exprime par la tenue du referendum mais je te pr?viens que cet referendum c’est prevu pour bientot

  7. mon gars vivons ?, notre tours les pr?mices du catastrophe comme la RCI,RDC,MALI,…les petit caresses m?nent d’autres .
    comme Nietzsche il faut aussi casser pour reconstruire
    mais trop c’est trop pour un pouvoir de mill?naire.vous n’imaginez pas que certain
    sont au point de ne savoir quoi foutre avec l’argent malgr? qu’on donne des millions au pute,des milliers aux h?tel, y a n’en encore et assez en abondance. le cercle doit se fermer et ouvrir une r?volution populaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *