CEDEAO : Apprendre aux enfants « à se sentir citoyens de la communauté »

458 0

Le forum national citoyen s’est tenu du 3 au 5 juillet à Ouagadougou. Durant trois jours, les participants venus des différents pays de la CEDEAO ont fait l’état des lieux de la libre circulation des personnes et des marchandises. Au soir des travaux, des recommandations ont été formulées.

Les recommandations issues du forum,  tournent autour de l’introduction de la carte nationale d’identité biométrique de la CEDEAO, l’établissement d’un mécanisme régional de contrôle de la libre circulation des personnes.

La production d’un manuel de formation à l’attention des forces de sécurité des Etats membres, l’identification biométrique des citoyens de la communauté, l’harmonisation des législations nationales et de la CEDEAO et les plaidoyers auprès des hautes autorités nationales des Etats  membres, font également partie des recommandations.

 Des dispositions seront prises bientôt, selon Hamid Hamed, commissaire du commerce, de la douane et de la libre circulation de la CEDEAO.

« A court terme, nous allons débloquer la situation, parce que nos citoyens, operateurs économiques rencontrent des problèmes au quotidien le long des frontières, nous allons nous référer à nos textes et essayer de les faire appliquer », a assuré Hamid Hamed.

La stratégie du moyen terme consiste à mettre en œuvre des programmes de sensibilisation et de formation qui mettront plus à contribution la société civile et les médias.  Mais à l’entendre, cette question ne relève pas que de la société civile. Il préconise également  l’implication des enseignants.

«Il faut que les enseignants préparent les enfants à découvrir notre région, nos langues, nos cultures, et à se sentir citoyens de la communauté». Ainsi, a-t-il espéré, on pourrait dépasser les simples cours administrés en classe, en donnant une culture communautaire aux citoyens dès le bas âge.

Toutefois, Thomas Palé, ministre délégué chargé de la  coopération, a assuré que les recommandations seront soumises aux instances décisionnelles pour que la communauté puisse s’engager à nouveau dans l’accomplissement de la mise en œuvre effective de la libre circulation des personnes et des biens.

Mouniratou LOUGUE
Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *