Crise au Mali : Le lancement du dialogue inclusif à Alger s’appuiera sur Ouaga

518 0

Le président du Faso a reçu en audience le ministre algérien des affaires étrangères Ramtane LAMANRA au palais de Kossyam ce mercredi 9 juillet 2014. Ensemble,  ils ont abordé la question de la crise malienne  et la phase initiale du dialogue inter-malien inclusif qui se tiendra  le 16 juillet à Alger.

Cette audience visait à exposer devant le Chef de l’Etat burkinabè les idées qu’Alger compte mettre en œuvre pour aider les frères maliens à sortir de la crise, a confié le ministre algérien des affaires étrangères Ramtane LAMANRA à  sa sortie d’audience.

Une initiative qui confirme que les deux pays regardent dans la même direction.  «  L’Algérie et le Burkina (sont) sur la même longueur d’ondes concernant les principes, les contours de la solution à la crise malienne», a affirmé  en effet le ministre.

C’est par conséquent avec « l’expérience personnelle » du Président Blaise Compaoré que sera lancé le dialogue inclusif à Alger le 16 juillet prochain.

« Nous allons conjuguer nos efforts afin de pouvoir capitaliser sur cette expérience et rendre notre contribution optimale au lancement du dialogue inter-malien inclusif », a déclaré le ministre.

Pour le ministre algérien des affaires étrangères, le Burkina et l'Algérie sont sur la même longueur d'ondes (© Burkina 24)
Pour le ministre algérien des affaires étrangères, le Burkina et l’Algérie sont sur la même longueur d’ondes (© Burkina 24)

 Ramtane LAMANRA  a précisé que la réunion d’Alger regroupera autour d’une même table les ministres des pays de la sous-région, la délégation du gouvernement malien, dont la présence a été confirmée par le président malien, assure-t-il,  et les mouvements politico-militaires au Nord du mali.

La géographie, une donnée déterminante

Le Chef de la diplomatie algérienne  a rappelé  pour terminer l’importance de l’implication des deux pays  dans la résolution de la crise malienne.  «Il ya une complémentarité entre le Burkina et l’Algérie, une vision qui est d’aider ce pays voisin à transcender une conjoncture difficile.

Et nous le rappelons, la géographie est une donnée déterminante dans ce genre  de situation. 1400km de frontière entre l’Algérie et le Mali, 1200 entre le Burkina et le Mali : le sort du mali intéresse les deux pays au plus haut point », a-t-il assuré.

Stéphane S. OUEDRAOGO (Stagiaire)
Burkina 24 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *