5 leçons que les entrepreneurs peuvent tirer de la coupe du monde

223 0

Président de Broadsuite, professeur de commerce et auteur de deux livres, Dan Newman propose 5 leçons tirées de la coupe du monde, pour les entrepreneurs. D’entrée de jeu, il mentionne que plus populaire que les jeux olympiques, le championnat annuel de la ligue majeure du baseball, et même le Super Bowl (championnat de football américain), tous les quatre ans, la coupe du monde de la FIFA met en scène 32 pays pour gagner le titre de « meilleur ». Le monde entier est à l’écoute d’un si grand évènement car il captive les fans, les spectateurs et même les sceptiques.

Tout comme les équipes, les jeux et les fans, il y a des leçons apprises qui peuvent être appliquées à la vie d’un entrepreneur. Donc, si vous allez regarder la Coupe du Monde, en particulier au cours de la journée de travail, voici cinq leçons à emporter qui vous feront passer le temps non seulement en divertissement, mais aussi bon pour les affaires.

1. Le talent ne gagne pas toujours

Il y a quatre ans, l’Espagne a remporté son premier titre de la Coupe du monde. Les gens s’attendaient à ce qu’il gagne de nouveau cette Coupe du Monde. Avec quelques-uns des meilleurs joueurs du monde et une grande partie des listes des très acclamés  Real Madrid et Barcelone, les gens ont prédit l’Espagne faire un autre exploit.

Cependant, il ne l’a pas fait. Ils sortirent après une défaite embarrassante face aux Pays-Bas. L’Angleterre et l’Italie, deux autres pays avec de longs parcours, ont fait des sorties similaires, tout en ouvrant la voie à de plus petites équipes apparemment moins talentueuses pour avancer.

Ces exemples sont  un rappel important pour les entreprises: Le talent seul ne garantit pas le succès. Il faut plus de choses telles que l’effort, l’innovation et la stratégie.

2. La communauté est la meilleure amie d’une marque

La Coupe du Monde a été bonne pour les marques internationales. Nike, Coca-Cola et bien d’autres ont mis le feu au monde avec des campagnes innovantes et attrayantes en capitalisant sur la passion du monde pour la Coupe du Monde. Cela dit, la plupart des marques ont plutôt relié leurs produits et services à la communauté de football (ou soccer) mondial et non aux produits et services eux-mêmes.

Pour les entrepreneurs, c’est un grand rappel de l’importance de la construction de la communauté pour vos clients et perspectives. Mettre l’accent sur l’éducation, l’information et le service plutôt que l’auto-promotion pure comme un moyen de propulser la notoriété sans se sentir comme un « Spam 2.0 ».

Après tout, n’importe quelle marque qui m’empêche de regarder des publicités est sur ​​quelque chose de bon.

3. « L’outsider » (non-favoris) a un rôle sur la grande scène

Pendant que les équipes restantes sont toutes considérées comme des puissances de football, bon nombre des 16 équipes qui ont émergé ne sont pas les meilleures au monde. Des pays comme la Grèce, le Costa Rica et les États-Unis sont tous sortis des groupes très difficiles pour émerger avant les équipes comme l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne et le Portugal de Cristiano Ronaldo.

Dans chaque grand événement sportif cela arrive et pour les propriétaires d’entreprise, il montre que les grands joueurs ne sont pas toujours les plus aptes à fournir les produits et services que les clients exigent.

Cela devrait servir aux entrepreneurs comme un rappel qu’ils peuvent fournir une valeur unique et la différenciation, même si elles sont plus petites ou moins expérimentées.

4. L’importance de la rareté

Nous vivons dans un monde de connectivité instantanée. Entre les médias sociaux et les appareils mobiles, nous pouvons être joints à tout moment.

Avec 91% des gens qui dorment à la portée de leur téléphone, nous sommes plus connectés que jamais. On pourrait penser que la FIFA veuille suivre cette tendance et ramener la Coupe du monde à tous les deux ans. Mais un peu comme les Jeux olympiques, la Coupe du Monde est maintenue à quatre ans car l’accumulation crée un intérêt de plus à mesure que l’événement approche.

Les entreprises pourraient s’en servir aussi. Bien que nous ne voulons pas que nos clients attendent, il y a quelque chose à dire sur le fait d’avoir un différenciateur unique. Le football est joué l’année sur de nombreuses grandes étapes mais seulement la Coupe du Monde apporte la passion et l’engagement que nous voyons en ce moment.

Pour la FIFA son différenciateur est la rareté, les entrepreneurs ont besoin de penser à ce qui les rend unique et mémorable. 80 % des propriétaires d’entreprises pensent que leurs produits et services sont vraiment différenciés, mais seulement 8 % des clients le ressente, selon une étude réalisée par le cabinet de conseil Bain & Company. La Coupe du monde a sa différenciation, quelle est la vôtre ?

5. La stratégie est le niveleur ultime dans le domaine des affaires

Si j’avais prédit que le Costa Rica battrait la prestigieuse équipe italienne aux tirs au but en quarts de finale, plusieurs n’auraient jamais cru. C’est arrivé, et ce n’est pas par accident.

Le Costa Rica savait qu’il était désœuvré mais, contrairement à ceux qui ne pouvaient pas gagner contre l’Italie avant, le Costa Rica a piégé les Italiens avec une simple stratégie de football : Le piège du Hors-jeu. Plus d’une douzaine de fois, la défense du Costa Rica a arrêté l’avancée italienne comme une sanction hors-jeu intensifiée en ligne et a gagné un penalty.

Pour les entrepreneurs, ce petit succès du Costa Rica est un rappel de l’importance de la stratégie. Les entreprises avec un talent peuvent aller loin, mais les entreprises de talent avec un plan sont ceux qui vont en profondeur dans des batailles concurrentielles et viennent souvent en tête.

La Coupe du monde 2014 a pour un moment poussé les fans à regarder la plus grande compétition footballistique. Si vous restez attentif, vous verrez qu’il y a beaucoup à apprendre des équipes, des sponsors et des événements qui peut être appliquée à toutes les entreprises, tous les jours.

Bintou DIALLO
Burkina 24 (Sherbrooke)

Source: Entrepreneur.com.

Bintou Diallo

Correspondante de Burkina24 au Canada (Sherbrooke) Diplômée en Maîtrise en administration publique (concentration internationale) de l’École nationale d’administration publique de Montréal et en science politique de l’Université de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre