Pourquoi la forte croissance économique en Afrique ne stimule pas l’emploi ?

298 12

S’il existe un concept qui semble populaire ces dernières années dans le domaine économique, c’est bien celui de la forte croissance constatée en Afrique. Dans son rapport de 2014, intitulé, catalyser l’investissement pour une croissance transformatrice en Afrique, la CNUCED montre que l’Afrique a maintenu un taux de croissance élevé au cours de la dernière décennie, actuellement plus élevé que la moyenne mondiale. Cependant, elle constate que cette dernière n’a pas réussi à l’étendre dans le secteur de l’emploi. Cette diffusion nous oblige, d’entrée de jeu, à reconnaître qu’il y a de toute évidence un écart entre la croissance économique en Afrique et celle de l’emploi. Qu’est-ce qui explique ce contraste ? 

L’Afrique a un énorme problème de chômage, notamment celui des jeunes. Elle a connu un taux de croissance élevé de la population, qui a le potentiel pour être une dividende démographique, mais seulement s’il y a assez d’investissements dans les emplois, les compétences et l’éducation.

Malheureusement, le continent n’a pas suffisamment généré d’investissements et de croissance dans l’économie nationale. L’investissement public a été faible, et l’investissement direct étranger a été en grande partie canalisé dans les secteurs où les rendements élevés concernent le pétrole, le gaz et les minéraux.

La difficulté qui en ressort de cette situation est que ces secteurs ne produisent pas des avantages économiques en dehors d’une très petite enclave. Ils ne demandent pas une forte main-d’œuvre.

Par conséquent, ils ne créent pas beaucoup d’emplois et des bénéfices, au sens large de l’économie. Les investissements ont besoin de soutenir les secteurs tels que l’agriculture, la manufacture et l’industrie qui ont le potentiel pour une croissance élevée et la création d’emplois. Ce type de création d’emplois sera un élément clé pour l’avenir de la croissance du continent.

Qu’est-ce qui se cache derrière cet échec de stratégie d’investissement?

C’est en partie  à cause des conseils émanant  des  institutions de Bretton Woods (de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international) que suivent de nombreux pays africains. Il s’agit également d’une stratégie visant à minimiser les risques  afin de ne pas se retrouver dans une situation terrible qui pourrait créer  une autre crise financière mondiale.

Et enfin, il faut dire que c’est fondamentalement dû aussi à ​​un manque de politiques basées sur le renforcement des capacités, la diversification des économies et la reconnaissance d’une nécessité à créer davantage d’emplois.

Que dit le rapport à propos des secteurs où l’emploi a diminué, et augmenté ?

D’une manière générale, il y a une absence de mise à niveau dans les secteurs traditionnels comme l’agriculture,  ou il y a eu un degré élevé de la migration rurale-urbaine.

Beaucoup de gens se déplacent de l’agriculture de subsistance dans les activités urbaines qui sont largement informelles et survivalistes. Cela tend vers des emplois vulnérables et faiblement rémunérés. Ce type de travail représente environ 80% de l’emploi total dans de nombreux pays africains.

Pour finir, le rapport met aussi en évidence le niveau exceptionnellement élevé de l’emploi et de la croissance dans le secteur des services en Afrique, par rapport à son stade de développement.

Bintou Diallo
Burkina 24 (Sherbrooke)

Source: CNUCED.

 

B. Diallo

Correspondante de Burkina24 au Canada (Sherbrooke) Diplômée en Maîtrise en administration publique (concentration internationale) de l’École nationale d’administration publique de Montréal et en science politique de l’Université de Montréal.

Il y a 12 commentaires

  1. Bonjour jeunedame seret,tous les d?tails sont sur ce site : http://unctad.org/fr/PublicationsLibrary/aldcafrica2014_fr.pdf

    Sinon dans l’article aussi y’a quelques pistes de solution (ex:Les investissements ont besoin de soutenir les secteurs tels que l?agriculture, la manufacture et l?industrie qui ont le potentiel pour une croissance ?lev?e et la cr?ation d?emplois. Ce type de cr?ation d?emplois sera un ?l?ment cl? pour l?avenir de la croissance du continent). L’article est juste un bref r?sum? ? titre informatif !

  2. Je vous invite ? relire l’article jeunedame seret, le rapport ?voque quelques solutions (voici un exemple: Les investissements ont besoin de soutenir les secteurs tels que l?agriculture, la manufacture et l?industrie qui ont le potentiel pour une croissance ?lev?e et la cr?ation d?emplois. Ce type de cr?ation d?emplois sera un ?l?ment cl? pour l?avenir de la croissance du continent). D’autres solutions sont clairement sp?cifi?es dans l’article….si vous voulez plus d’informations vous trouverez le rapport au complet sur ce site http://unctad.org/fr/PublicationsLibrary/aldcafrica2014_fr.pdf
    Mon objectif ?tait d’en faire un bref r?sum?, ? titre informatif, pas de faire une analyse ou une critique. Quand ? votre question au sujet de mon exp?rience qui pourrait un jour servir le Burkina, juste vous dire qu’elle le sert d?j?, je n’ai rien ? prouver ! Et finalement, j’aimerais bien vous rencontrez aussi un jour, pas pour des d?bats parce que vous donnez l’impression de vouloir me tester,et comme j’ai dit je n’ai rien ? prouver. Si je veux vous rencontrez c’est parce que je veux voir la personne qui a une opinion arr?t?e de moi sans me connaitre. Vous restez focaliser sur ma personne plutot que sur mes articles. Et ?a revient toujours ? la question d’identit

  3. Qu’est-ce que le rapport propose comme solutions? Et, toi intellectuelle de Montr?al ? Montr?al; comment faire pour se d?partir du paternalisme de la FMI-Banque mondiale? Quelle influence pr?pares-tu pour les mentalit?s asservies? Est-ce que ton exp?rience montr?alaise peut un jour nous servir au Burkina? Donne aussi ton appr?ciation de ce rapport, avec ses limites. J’aimerais bien te croiser un jour, m?me ? ouaga, pour ouvrir les d?bats.

  4. Le manque de realisme de la de ns dirigeans africains et leur emprise du pouvoir. Si la croissance est en progression s.est que de hommes y travaillent .de la part de nos d.etat revoyer vtre gouvernance en multipliant la creation d.emploit.merci

  5. Le manque de realisme de la de ns dirigeans africains et leur emprise du pouvoir. Si la croissance est en progression s.est que de hommes y travaillent .de la part de nos d.etat revoyer vtre gouvernance en multipliant la creation d.emploit.merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre