Reposez en paix

437 0

Que de drames sur les routes du Burkina, en cette année 2014 ! Le 3 janvier, un accident sur la route Dédougou-Bobo fait 20 morts. Dans la nuit du 14 au 15 avril, sur la route d’Atakpamé au Togo, 24 Burkinabè perdent la vie.  9 autres perdent la leur à Gourcy, le 29 avril. Le 21 mai, 10 citoyens du Burkina sont arrachés à l’affection de leurs proches sur la route de Péni. La liste n’est pas exhaustive sur les accidents de la circulation terrestre. Et voici que dans cette sinistre nuit du 24 juillet, les routes aériennes se volatilisent avec 28 autres « Hommes intègres ».

C’était si brutal qu’il est difficile de rester insensible. Il faudrait avoir un cœur de pierre pour voir ces débris épars et la douleur des proches et ne pas en être remué.

 Le deuil décrété a été observé dans la ville de Ouagadougou. Le gouvernement semble avoir enfin compris les critiques formulées contre lui lors des précédents drames cités plus haut. A moins que ce ne soit que par opportunisme. Dans tous les cas, les Burkinabè lui sauront gré d’avoir formalisé cette marque de compassion nationale.

Les Burkinabè pourront être également fiers que ce soit leur armée qui ait pu envoyer au monde entier, les premières informations du crash, brisant un silence qui était aussi douloureux que l’annonce de la disparition de l’avion. Les militaires burkinabè ont montré un professionnalisme et une célérité qui méritent d’être salués et reconnus à leur juste valeur.

Même si cette mince consolation a été ternie par la fébrilité d’une France qui a voulu inopportunément  s’attribuer la primeur de l’info, se livrant à une contorsion médiatique indécente au moment où les familles des victimes avaient plus besoin de réconfort, de soutien que de calculs mal placés. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix se sont d’ailleurs chargées de signifier leur désapprobation.

Mais là n’est plus l’essentiel. L’important, c’est de découvrir qu’est-ce qui a entraîné la perte de l’AH-5017. Etaient-ce de mauvaises conditions météo ? Etait-ce une défaillance de l’avion ? Y a-t-il eu une éventuelle main intentionnellement ou involontairement criminelle ? Y a-t-il un espoir de retrouver des corps ?

Des réponses à ces questions permettront à ces centaines d’hommes et de femmes de pouvoir définitivement entamer  leur deuil et souhaiter à ces êtres chers  partis si brutalement, « reposez en paix ».

La Rédaction

 

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *