Burkina : Ces vigiles qui n’ont pas de quoi appeler des renforts …

532 8

Au petit matin du 31 juillet 2014, à Ouagadougou, le siège du journal de nos confrères de « L’Evènement » a reçu des visiteurs indélicats.

Ils ont fouillé de fond en comble des bureaux, plus précisément celui du rédacteur chef, Newton Hamed Barry. Ce dernier a confié à nos confrères du Faso.net que ce sont certainement les dossiers sur les affaires Salifou Nébié et explosion à Laarlé qui étaient visés.

 Voilà qui remet au goût du jour la question de la sécurité des journalistes  et de leurs lieux de travail au Faso. Elle est si préoccupante que ce n’est pas le seul cas au Burkina. Le siège du journal « L’Opinion » a également été visité par de sinistres individus en février dernier.

La liberté de presse ne plaît définitivement pas à certaines personnes et, en même temps, les journalistes ne sont vraisemblablement plus à l’abri de rien, dans l’exercice de leur sacerdoce.

Mais peut-on seulement s’en plaindre dans un contexte où des explosifs peuvent franchir les barrières  de nos  forces de l’ordre pour être stockés dans des lieux d’habitation, en plein centre-ville ?

Peut-on seulement  crier à la discrimination au moment où les banques, censées être les lieux les plus sécurisés,   sont braquées en pleine journée, comme dans un film surréaliste ?

Ce sera difficile. L’autre option, pour se mettre à l’abri, c’est de se payer une sécurité privée. Mais là, l’insécurité n’est pas vaincue pour autant. Si l’on se réfère au cas du « cambriolage » de L’Evènement, on tombe des nues.

Le vigile qui devait assurer la sécurité des lieux aurait affirmé que lorsqu’il a découvert l’effraction, il n’avait pas de crédit téléphonique pour appeler la police ou les renforts de la société qui l’emploie.

Incroyable !  Ce vigile n’était donc pas en mesure d’assurer sa propre sécurité si le danger le submergeait, a fortiori autrui ! Quelle est donc cette société de gardiennage qui envoie ainsi ses agents sur le terrain sans leur donner les moyens d’ameuter des renforts ?

Sans arme, sans salaire conséquent, sans matériel de travail. Ce n’est pas étonnant que ces pauvres agents se fassent trucider autant dans la capitale burkinabè. Mais est-ce encore la peine d’interpeller les responsables de ces sociétés ou leur autorité de tutelle ?

Pourtant, il faut un sursaut. Le ministère de la sécurité essaie de raisonner les patrons de sociétés de gardiennage. Mais il faut être plus exigeant. Tout comme  il faut, ne serait-ce qu’une seule fois, arrêter ces individus qui portent atteinte à la liberté de presse au Burkina.

La Rédaction

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Related Post

There are 8 comments

  1. Safia, estime heureuse d'avoir ?t? r?pondu. Il arrive que tu appel durant toute une g?n?ration sans ?tre d?croch? ? plus raison obtenir une promesse d'intervention.

  2. Les appels au secours sur les num?ros verts ne sauvent jamais. J'en ai fait l'am?re exp?rience. Ils vous r?pondent qu'ils viennent et vous demandent d'indiquer l'emplacement et c'est tout.

  3. C EST VRAI CES MENSONGES? pour appeler la police ou la gendarmerie on a pas besoin de cr?dits.c est un num?ro vert.mais il faut reconnaitre que la s?curit? priv?e a encor besoin d’un minimum de securit? pour eux.

  4. Oubien, imposer que les appels sur les numerous d’urgence (police, sapeurs pompiers, gendarmerie) soient gratuits et donc ne necessitent pas d’unites.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *