Indépendance du Burkina : L’opposition invite au respect de la Constitution

460 6

Le Burkina Faso a 54 ans, depuis la proclamation de son indépendance de l’empire colonial français. Le Chef de file de l’opposition politique burkinabè, dans une déclaration, souhaite la bonne fête aux Burkinabè, mais n’oublie pas la polémique politique du moment.

Toutes les couches sociales (Paysans, éleveurs, fonctionnaires, travailleurs, chômeurs, élèves et étudiants, femmes, hommes, enfants)  n’ont pas été oubliées dans la déclaration signée de Zéphirin Diabré, au nom de l’opposition.

Une pensée a également été réservée aux victimes des différents drames qui ont émaillé l’année 2014.

Mais la politique a vite pris le dessus, car selon le Chef de file, « la célébration de la fête de l’indépendance est toujours un moment unique d’introspection et d’engagement pour l’avenir ».

Selon l’opposition, il y a eu des acquis en cinq décennies d’existence, mais les défis restent nombreux. Ils se formulent en interrogations : «continuer d’évoluer dans l’unité et la concorde ; construire une véritable démocratie républicaine et citoyenne dans laquelle l’alternance devient la règle et non l’exception ; vaincre la pauvreté ; donner un emploi décent à sa jeunesse ; éliminer la corruption et toutes les pratiques de mal gouvernance ; préserver ses ressources naturelles ; préparer un avenir radieux aux générations montantes ».

Mais ce qui semble le plus tenir à cœur à l’opposition, c’est surtout le respect des règles démocratiques. « Notre pays s’est construit sur un socle puissant de valeurs, parmi lesquelles figurent l’intégrité et le respect de la parole donnée, indique le Chef de file.

C’est en considération de cela, que l’opposition politique  invite les acteurs politiques au respect de la Constitution et des consensus historiques, principales gages de la cohésion sociale et de la marche triomphale du peuple sur les sentiers du progrès et de la démocratie ».

Telle est donc « l’introspection » que fait l’opposition politique sur les  54 ans d’indépendance du Burkina.

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. Non au referendum bidon. Non ? l’injustice du r?gime. Non ? la modification de l’art37. Non ? la pr?sidence ? vie de Blaise Compaor?. Non ? la gouvernance clanique du CDP. Oui ? l’alternance en 2015.

  2. Respectons la constitution. Deux mandats, c’est largement suffisant.
    Nous sommes contre le r?f?rendum pour la modification de l’article 37. C’est ill?gal. Des grands juristes l’ont dit. C’est anticonstitutionnel juridiquement et inacceptable politiquement.

  3. “Ind?pendance” ne veut pas pour autant dire “libert?” ! Pour beaucoup (trop) de pays, cette “ind?pendance” a signifi? un ?norme retour en arri?re…

  4. Le r?f?rendum est un gaspillage d’argent. Nous ne voulons pas de tripatouillage de notre constitution par Blaise Compaor? et ses gourous du CDP.

  5. Non, Konan c’est stupide comme raisonnement. Modifier l’article 37 c’est tripatouiller la constitution. Donc un non respect de la constitution. Nous voulons le respect de notre constitution qui limite ? deux, le nombre de mandat.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *