Le Burkinabè décédé au Ghana avec des symptômes semblables à ceux d’Ebola testé négatif

309 4

Le Burkinabè décédé au Ghana et dont avait fait écho la presse ghanéenne comme suspecté d’être contaminé par la fièvre Ebola a été testé négatif. L’information a été donnée par le ministre ghanéen de la santé, à travers un communiqué repris par les médias ghanéens

Les tests effectués sur le sang de notre compatriote et de trois autres patients se sont révélés négatifs, au grand soulagement des Ghanéens, mais également des Burkinabè, car le défunt aurait transité au Burkina avant de retourner au Ghana.

En Côte d’Ivoire également, 40 cas auraient été suspectés, mais les tests se sont révélés négatifs. Le pays a suspendu ses vols entrants et sortants avec les pays affectés. Près d’une centaine de Libériens ont également été refoulés du pays, ont annoncé les autorités.

Au Burkina, aucun cas n’a encore été confirmé, selon les informations du ministère de la Santé.

Pour rappel, l’information avait été relayée par plusieurs médias ghanéens qu’un Burkinabè, vivant dans le nord ouest du Ghana dans  un village  proche de la frontière du  Burkina, est décédé alors qu’il était transporté par ses proches à l’hôpital de Bawku. Il saignait abondamment du nez et des oreilles.

Joseph Yaw Manu, le Médecin en Chef du Presby Hospital de Bawku, dans une interview accordée à une radio ghanéenne, avait dit craindre que les saignements ne ressemblent aux symptômes de la fièvre Ebola.

Des prélèvements de sang ont été effectués et envoyés au laboratoire de l’Université du Ghana afin de vérifier si le Ghana vient d’enregistrer son premier cas de maladie à virus Ebola.

→ Lire aussi : Comment éviter le virus Ebola ? 

Selon StarrFMonline.com, un média ghanéen,  notre compatriote, souffrant de fièvre,  aurait été transporté dans un hôpital  du Burkina pour être soigné. Mais son état ne s’améliorant pas, ses parents  ont décidé  alors de traverser la frontière du Ghana, pour des soins appropriés. Décédé, son corps aurait  été ramené dans une ville appelée Sankanduri au Burkina pour l’enterrement.

Des sources proches du ministère burkinabè de la santé, contactées par Burkina 24, avaient  affirmé n’être pas encore au courant de cette information et “qu’aucun cas confirmé” n’a encore été déclaré au Burkina.

A noter qu’au Togo, un cas similaire d’un homme qui s’est écroulé en pleine rue, saignant du nez et des oreilles, a été détecté. Mais les autorités sanitaires togolaises ont vite attesté qu’il ne s’agissait pas d’un cas d’Ebola.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 4 commentaires

  1. Est-ce que les autorites africaines ne sont pas en train de cacher la realite d’ Ebola dans leurs pays? Comment quelqu’ un tombe comme ca en saignant des oreilles et du nez et puis vous vous precipitez pour direqu’ il ne s agit pd d’ Ebola? Donc il s’ agit alors de quoi?

  2. ..la politique est ce que appartient aux Politiciens. la Paix , Tranquillit?…appartiennent aux Populations.Les populations Burkinab? veulent vivre dans un pays D?mocratie sans guerre et sans haine

  3. SI CETTE MALADIE EST AU GHANA JE VAIS TROUVER UNE SOLUTION MAIS AU BURKINA JE M’EN FOU QU4IL TUE BLAISE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre